AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 Il y a un rodeur derrière les buissons !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Marcelline Courtet

avatar

Messages : 12

MessageSujet: Il y a un rodeur derrière les buissons !   Mer 2 Avr - 5:42

Le calme et la sérénité... Voilà deux choses que Marcelline aimerait retrouver sans que cela ne soit possible ! Elle n'était pourtant pas des plus à plaindre, mais elle avait eu ces jours-ci son lot de mauvaises surprises.

Les rumeurs allaient bon train en ce moment... Des rumeurs qui n'étaient pas annonciatrices de bonnes nouvelles malheureusement. Les disparitions mystérieuses de ces femmes étaient le sujet central de nombreuses discussions, même au sein des cercles bourgeois. Il fallait donc être sourd pour ne pas être au courant des dernières nouveautés en la matière... notamment concernant la découverte du cadavre place de la roquette ! Marcelline avait entendu des horreurs indicibles à ce sujet sans savoir ce qui était vrai et ce qui ne l'était pas. On parlait d'une gorge tranchée, du sang qui s'était déversé et qui était toujours incrusté entre les pavés... Bien entendu, Marcelline n'était pas toujours choquée lorsqu'elle apprenait un décès brutal survenu dans les rues de Paris, mais cette affaire de filles disparues commençait à prendre une tournure étrange, que l'on ne pouvait plus qualifier de « coïncidence ».

L'épouse du négociant en vin tenta de ne plus faire cas de ce genre de discussions, préférant des sujets de conversations plus légers comme la mode ou bien encore les derniers ragots concernant des gens du beau monde. Seulement, ce ne fut que de courte durée, car une chose étrange se produisit après une sortie à l’opéra. Albert était resté comme à son habitude à s'occuper de ses affaires et ce fut sans lui que Marcelline décida de sortir ce soir-là. En effet, la jeune femme n'allait pas s'arrêter de vivre parce que le vieux Albert n'arrivait à suivre la cadence ! Elle était donc sortie avec un couple d'amis et ils avaient pu profiter de la soirée comme il se devait. Seulement, lorsqu'ils l'abandonnèrent sur le perron de sa demeure parisienne quelque chose se produisit, quelque chose qui empêcha Marcelline d'ouvrir sa porte... Une ombre, un mouvement se dessina sur sa gauche, suffisamment impressionnant pour captiver son attention sans qu'elle ne mette ce remue-ménage de feuilles sur le compte d'une bourrasque de vent inexistante. Silencieuse et figée, Marcelline attendit une nouvelle manifestation, un nouveau mouvement, un nouveau bruit, mais rien ne vint. Pourtant, au moment même où elle venait de se résigner, où elle allait finalement tourner la poignée de sa porte en se persuadant qu'il s'agissait d'un gros chat, une masse sombre et puissante sortit d'un buisson, prenant ses jambes à son cou ! Elle ne put retenir un cri de frayeur qui fit rappliquer instantanément le domestique qui attendait son retour derrière la porte. D'une main tremblante, elle désigna la rue par laquelle l'intrus venait de filer et une peur immodérée prit possession d'elle... sans la quitter.

Inutile de dire qu'elle ne ferma pas l'œil de la nuit. Marcelline avait du mal à se calmer, persuadée que cet individu avait guetté son retour pour lui faire du mal... ou pour l'enlever. Elle en toucha quelques mots à Albert qui tenta de la rassurer et de lui faire comprendre qu'il devait s'agir d'un enfant en train de s'amuser. Ce plaidoyer ne la convainquit pas et la jeune femme décida de prendre une initiative en écrivant une lettre directement à la sûreté. Allaient-ils réagir à la suite de son courrier ? Allaient-ils la prendre au sérieux ou pour une folle qui avait envie de faire la une des journaux ? Elle n'en savait rien, mais au moins elle essayait. En attendant, Marcelline ne risquait plus de mettre le plus petit orteil dehors de peur que cette personne soit à l'angle d'une rue en train de la surveiller.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucien Rausa

avatar

Messages : 62

MessageSujet: Re: Il y a un rodeur derrière les buissons !   Ven 11 Avr - 10:04

D'habitude on n'envoyait pas un agent de la Sûreté pour ce genre d'affaires mais comme Lucien était plus ou moins officiellement sur l'affaire des jeunes filles disparues, on jugeât bon de lui demander d'aller rassurer la bourgeoisie. Car c'était bien là le but de la Préfecture : montrer que dès le moindre problème on n'hésitait pas, on envoyait la Sûreté. Pendant que l'on tentait de calmer les bonnes gens, dans les bas fonds la vraie misère grouillait. Pour autant Lucien n'était pas homme à prendre son office à la légère. Il allait mener son enquête même si il n'était pas convaincu. Il approcha de la très coquette bâtisse, il franchit les quelques marches qui séparaient une petite allée de ville bordée de jolies fleurs à la lourde porte en bois ouvragé. Il frappa à l'aide du heurtoir en bronze et un domestique lui ouvrit presque immédiatement, à croire que le pauvre homme dormait à côté de la porte. Il ôta son chapeau.

"Lucien Rausa, Inspecteur de la Sûreté. Je suis ici pour voir madame au sujet d'un rôdeur."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marcelline Courtet

avatar

Messages : 12

MessageSujet: Re: Il y a un rodeur derrière les buissons !   Ven 18 Avr - 0:18

Le Seigneur semblait avoir entendu ses plaintes et l’agent de la Sûreté se présenta finalement à elle, assez rapidement. Lorsque le domestique lui annonça la bonne nouvelle, Marcelline se sentit revivre. Jetant un coup d’œil à son reflet dans le miroir, elle manqua de se pincer les joues pour leur donner un peu couleur… Cette histoire la perturbait véritablement, au point même qu’elle n’avait rien pu avaler ce matin. Pourtant, une petite voix à l’intérieur d’elle-même lui disait qu’elle se faisait trop de soucis pour rien… mais la jeune femme semblait ne pas vouloir l’attendre.

Lorsqu’elle fut prête, elle demanda à voir l’agent. L’homme lui apparut alors et sa grande taille la surprit. De plus, il était plutôt pâle, à tel point que Marcelline se demanda s’il n’était pas malade et si ce n’était pas lui qui devait envisager de se pincer les joues. Elle n’allait certainement pas le lui faire remarquer ou le lui demander… bien trop heureuse de le voir présent dans sa demeure ce matin pour le faire fuir avec des remarques désobligeantes.

« Je vous remercie d’avoir fait aussi vite. Déclara-t-elle. Je suis heureuse de voir que ma requête ait trouvé preneur aussi rapidement. »

D’un geste de main, elle l’invita à se joindre à elle sur les confortables fauteuils de velours verts qui meublaient le petit salon de la demeure. Marcelline avait décoré cette pièce avec goût, comme elle l’entendait, l’agrémentant de quelques jolis tableaux, et elle était plutôt fière du résultat… mais elle n’était malheureusement pas d’assez bonne humeur pour s’extasier devant son propre génie.

« Voulez-vous boire quelque chose ? »

Et d’un autre geste de main, elle demanda au domestique d’apporter de quoi se désaltérer à son bienheureux visiteur… à savoir du thé. Il était peut-être un petit peu tôt pour boire autre chose non ? Quoiqu’un petit coup d’eau-de-vie aurait peut-être aidé Marcelline à retrouver quelques couleurs… cependant, une telle attitude n’était pas digne de son rang et cela risquait de faire mauvais genre… Marcelline voulait toujours paraitre à son avantage et même si ce n’était pas simple aujourd’hui, elle n’allait pas céder à la tentation aussi facilement.

« Par où dois-je commencer ?! demanda-t-elle finalement avec un empressement non feint tout en saisissant une tasse de thé bien chaud. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Il y a un rodeur derrière les buissons !   

Revenir en haut Aller en bas
 

Il y a un rodeur derrière les buissons !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chronique du règne de Félix Faure :: Paris, ses faubourgs... :: Autour du Théâtre d'Art :: Chez les bonnes gens et les esthètes-