AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 Examen de passage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Lucien Rausa

avatar

Messages : 62

MessageSujet: Examen de passage   Ven 28 Fév - 1:26

Lucien était arrivé en avance à la pension de jeune fille ce qui l'avait contrant à flâner dans les rues attenantes faisant un cercle dans sa promenade dont le bâtiment aux teints blancs était le centre. Lorsque sa montre à gousset afficha l'heure, il dut ravaler son angoisse et se décider à agir. La pension montrait tous les signes de respectabilité qui sied à ce genre d'établissement. Quelques fleurs s'affichaient aux fenêtre révélant que la logeuses devait être une personne qui avait le goût des choses belles et bien faites toutefois la peinture écaillée à certains endroits trahissaient le dénuement général des jeunes filles qui sans doute logeaient là à défaut d'avoir des parents dans la ville. Beaucoup de ces pensions étaient des refuges pour les orphelines ou les jeunes filles qui avaient fui une province effrayante voire funeste. Étonnamment la police avait rarement à intervenir dans ces établissements qui semblaient vouloir conserver une respectabilité au-delà de la Loi et de toutes les tentatives, fréquentes hélas, de la part de la pègre de venir y faire leur commerce de jeune chair fraiche à exploiter.
Lucien vérifia sa mise et, par dessus tout, ajusta son tout nouveau chapeau. C'était un fort beau dimanche, l'air était chaud. Lorsque l'aiguille marqua l'heure pile, Lucien frappa à l'aide du heurtoir en faux bronze sur la vieille porte. Celle ci s'ouvrit sur celle qu'il estimait être la logeuse. Il se décoiffa et s'inclina légèrement.

"Bonne journée à vous madame. Je suis Lucien Rausa, je suis venu voir, avec votre permission, une de vos pensionnaires : Mademoiselle Vilard."

Il avait dû se retenir de ne pas préciser qu'il était e la Sûreté : il n'avait pas l'habitude de ce genre d'échanges.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zélie Vilard

avatar

Messages : 51

MessageSujet: Re: Examen de passage   Ven 28 Fév - 2:33

Cela faisait maintenant plus d'une heure que Zélie essayait tous ses chapeaux les uns après les autres, sans parvenir à se décider. Elle s'assit sur le bord de son lit, dépitée. Elle ne comprenait pas ce qui lui arrivait.
D'abord, elle s'était réveillée très tôt, avait changé trois fois de robe avant de se décider pour une robe d'été toute simple, bleue pâle, en mousseline. Elle n'avait presque rien pu avaler au déjeuner non plus, mais Mme Andrée, qui était pourtant toujours à surveiller la santé de ses pensionnaires, n'avait semblé s'inquiéter de ce manque d'appétit.

Et, depuis, une heure, c'était les chapeaux qui lui causaient des misères. Aucun ne semblait parfaitement adapté. Alors qu'elle soupirait d'un air triste, elle entendit soudain leur heurtoir de la porte. Elle se leva d'un bond et se précipita à la fenêtre, expédiant des chapeaux aux quatre coins de la pièce. C'était bien Lucien Rausa ! Elle était si contente qu'il l'ai invité à faire une promenade ! Après avoir consulté Mme Andrée et avoir répondu à Lucien Rausa, elle avait écrit à sa grand-mère, pour la tenir informée. Et celle-ci n'avait rien trouvé à redire à cette sortie dominicale, elle faisait confiance à la logeuse pour protéger sa petite fille des séducteurs sans scrupules.

Zélie entendit alors Mme Andrée ouvrir la porte. Elle se retourna alors et se précipita encore, bien que silencieusement cette fois, dans la cage d'escalier, pour entendre la conversation.

- Bonne journée à vous madame. Je suis Lucien Rausa, je suis venu voir, avec votre permission, une de vos pensionnaires : Mademoiselle Vilard.


- Bonjour Monsieur. Je vais faire prévenir Mlle Vilard de votre arrivée, lui répondit Mme Andrée. Mais auparavant, je tiens à vous signaler que je n'ai accepté qu'elle aille se promener avec vous que parce que votre métier m'incline à croire que vous vous comporterez en parfait gentleman. Vous voyez, Mlle Vilard est encore très jeune et innocente, et je ne voudrait pas qu'on en profite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucien Rausa

avatar

Messages : 62

MessageSujet: Re: Examen de passage   Ven 28 Fév - 2:47

Lucien avisa la logeuse. Madame Andrée était son nom si sa mémoire ne lui faisait pas défaut. Il n'avait pas pu s'empêcher de mener une petite enquête préalable. Depuis la réforme de la police les archives étaient bien tenues et si votre nom ne figurait pas dans une fiche c'est que l'on n'avait rien à vous reprocher. Depuis l'entrée il put distinguer la suite de la maison. Une volée de marches montaient probablement dans les chambres. Un couloir court que supportait un tapis sobre envoyait le regard jusqu'à un porte derrière laquelle Lucien suspectait que devait se trouver la salle à manger ou la cuisine. A sa droite une ouverture dans le mur à la mode provençale donnait sur un tout petit salon mal éclairé à cause de la cheminée qui était éteinte en cette saison. Là deux fauteuils élimés mais visiblement confortables devaient accueillir la maitresse de maison et un éventuel invité. De là où il était Lucien pouvait deviner le bord d'une maigre bibliothèque sans doute emplie de livres sur la bienséance et autres manuels à l'usage des jeunes filles. La maison sentait un mélange de fleurs et de pots pourris qui était entêtant mais pas désagréable. Loin des pensions angoissantes des bas quartiers, celle-ci semblait chercher à élever les jeunes filles dans un soucis de bonne tenue. Étonnamment cela le désarmait un peu. Il avait l'habitude des cloaques et des tripots. Il savait comment tenir en respect un voyou aviné simplement en le menaçant. Il y prenait même un certain plaisir tout chevaleresque mais ici tout semblait si juste et si propre qu'il lui semblait que soudain on n'avait pas besoin de lui pour rétablir un certain ordre.

"Madame, je vous prie de croire en ma toute sincérité quant à mon affection pour mademoiselle Vilard. Je vous assure que je suis la dernière personne dans cette ville qui pourrait avoir la moindre mauvaise pensée quant à profiter d'une jeune fille."

Jusqu'à peu il était surtout la dernière personne dans cette ville à avoir une pensée pour une jeune fille tout court...

"J'ai proposé à mademoiselle Vilard que nous allions nous promener au Jardin des Plantes car je connais son goût si pur pour les belles choses. Je vous assure qu'elle rentrera avec moi avant le début de la soirée."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zélie Vilard

avatar

Messages : 51

MessageSujet: Re: Examen de passage   Ven 28 Fév - 3:16

Zélie tendait l'oreille et retenait son souffle pour ne rien perdre de la conversation, appuyée sur la rampe d'escalier.

- Madame, je vous prie de croire en ma toute sincérité quant à mon affection pour mademoiselle Vilard. Je vous assure que je suis la dernière personne dans cette ville qui pourrait avoir la moindre mauvaise pensée quant à profiter d'une jeune fille. J'ai proposé à mademoiselle Vilard que nous allions nous promener au Jardin des Plantes car je connais son goût si pur pour les belles choses. Je vous assure qu'elle rentrera avec moi avant le début de la soirée.

Comme il s'exprimait bien ! Mme Andrée ne pourrait rien lui reprocher ! Zélie se sentit toute flattée des compliments qu'il lui adressait, sans savoir qu'elle pouvait les entendre. Elle se sentit même rougir...
Comme Mme Andrée tardait à répondre, elle se pencha encore plus, pour essayer de voir quelque chose.

- Bien, je sens que je peux vous faire confiance. J'attend donc Zélie... Mademoiselle Vilard, en fin d'après midi. Ne bougez pas, je vais la chercher.

Entendant les pas de la logeuse qui approchaient de l'escalier, Zélie se redressa d'un bond et repartit aussi vitre que possible dans sa chambre. Elle venait tout juste de s’asseoir que Mme Andrée frappa deux coups et ouvrit la porte pour lui annoncer l'arrivée du jeune homme. Elle haussa légèrement le sourcil à la vue des chapeaux étalées partout, des joues rouges et du souffle un peu court de Zélie, mais se contenta de lui adresser un sourire complice.

- Allez, Zélie, dépêchez-vous, ne fait pas attendre votre ami. Et je compte sur vous pour vous comporter toujours avec bienséance.

- Oui, madame, répondit Zélie toute heureuse, je ferais bien attention !

Toute à sa joie, elle saisit le premier chapeau à sa portée, tout simple en paille et muni d'un ruban bleu, et le fixa sur sa tête à l'aide d'une épingle à chapeau tout en descendant les escaliers. Arrivée presqu'en bas, elle s'arreta pour reprendre une contenance, puis reparti d'un pas plus mesuré jusqu'à la porte.
Elle l'ouvrit doucement, et... resta parfaitement muette, ne sachant pas ce qu'il fallait dire en une telle occasion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucien Rausa

avatar

Messages : 62

MessageSujet: Re: Examen de passage   Ven 28 Fév - 4:13

Lucien vit arriver Zélie. Elle avait opté pour un robe d'été bleue tout à fait satisfaisante. Elle ressemblait à une jeune fille de la petite bourgeoisie ou une de ces modèles de peintres que l'on voit dans le quartier. Sentant le silence s'installer, il se lança.

"Bonjour mademoiselle. Vous êtes toute en beauté aujourd'hui."

Quelque chose ne lui alla pas dans la phrase prononcée.

"Je veux ire vous êtes toute en beauté en général! Pas juste... aujourd'hui. Non, je veux dire vous êtes particulièrement... Attendez. Bref."

Lucien était soudainement désemparé. Cela l'étonnait car si il avait dû autopsier mademoiselle Vilard il n'aurait aucun mal à savoir où inciser, quel organe vérifier en premier. Y a t-il un impact à l'arrière de la tête? Le nouveau produit pour relever les traces de caillots dans le cerveau lui serait également utile. Au vu de la taille de mademoiselle Vilard un coup au haut du crâne serait plus probable. Une vérification de la rigidité lui permettrait de vérifier si il y a eu tassement des tissus...
Lucien chassa ces pensées. Ce n'était pas le genre de choses qu'un homme normal devait penser dans une situation comme celle-là! Au fond il était très satisfait de son organisation mentale qui était particulièrement efficace ans son travail mais qui se prêtai peu au badinage. Il tâcha de faire bonne figure en faisant un large sourire. Il offrit son bras à Mademoiselle Vilard afin de l'aider à marcher sur les pavés de la rue.

"Permettez que je vous offre mon bras jusqu'à que nous puissions prendre une voiture, ces pavés sont traitres aux chevilles fragiles des jeunes dames."

Il se surprit lui-même de ce compliment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zélie Vilard

avatar

Messages : 51

MessageSujet: Re: Examen de passage   Ven 28 Fév - 8:44

- Bonjour mademoiselle. Vous êtes toute en beauté aujourd'hui. lui dit Lucien Rausa pour briser le silence. Zélie le remercia intérieurement de prendre la parole en premier car elle en était bien incapable. C'était la première fois qu'elle allait sortir avec un homme, et cette l'effrayait.

- Je veux dire, vous êtes en toute beauté en général ! Pas juste...aujourd'hui..., s'embrouilla Lucien Rausa.

Curieusement, ces paroles rassurèrent Zélie. A ce qu'il semblait, il n'avait guère plus d'expérience qu'elle, et semblait tout aussi intimidé. Il avait l'air tellement plus jeune lorsqu'il n'était pas en service ! Plus jeune et plus... Attachant, en quelque sorte. Il perdait cet air froid et intimidant qu'il avait eu durant leur entretien à la boutique.
Faute d'avoir récupéré assez d'emprise sur elle même pour pouvoir lui répondre, Zélie se contenta de lui sourire, d'un sourire qui venait du fond du coeur. Elle se sentait si flattée d'avoir été distinguée par un homme tel que lui. Lucien Rausa lui rendit son sourire, et lui tendit galamment son bras.

- Permettez que je vous offre mon bras jusqu'à ce que nous puissions prendre une voiture, ces pavés sont traitres aux chevilles fragiles des jeunes dames.

Zélie sentit de nouveau ses joues s'empourprer, comment faire autrement, alors qu'il s'adressait à elle de manière si galante ! Elle prit une grande inspiration, et poser légèrement sa main ganté sur le bras qui lui était offert. Ce faisant, elle le remercia d'une petite voix :

- Vous êtes très aimable. Il est vrai que les chaussures des dames ne sont guère pratiques pour marcher sur les pavés...

Alors qu'ils s'engageaient dans la rue, Zélie ne put s'empêcher de se dire qu'ils avaient plutôt belle allure, malgré leur petits moyens. S'avisant soudain qu'il lui fallait peut-être exprimer sa reconnaissance pour cette invitation, Zélie releva mes yeux vers Lucien Rausa et lui dit, d'un voix qui s'affermit un peu :

- Permettez moi de vous exprimer toute ma gratitude pour cette invitation qui me comble de joie. Je suis enchantée de découvrir le Jardin des Plantes, dont j'ai tant entendu parler.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucien Rausa

avatar

Messages : 62

MessageSujet: Re: Examen de passage   Ven 28 Fév - 8:56

Lucien mena Zélie jusqu'à une voiture qui attendait là.

"C'est moi qui dois vous exprimer ma gratitude. Mon travail me prend un temps tout à fait considérable. Bien que j'aime mon emploi, je dois dire qu'un peu d'air frais me fera du bien."

Il eut envie de lui expliquer qu'il connaissait bien le Jardin des Plantes. Il s'y était rendu le mois dernier pour un suicide sur le parterre des tulipes de Hollande. L'examen de la scène de crime avait été passionnante car il avait pu étudier comment le sang s'était diffusé dans les pétales. Il avait d'ailleurs écrit un article suer le sujet. Il se ravisa : ce n'était pas un sujet pour les jeunes filles. Lucien se contenta donc d'un sourire et lui ouvrit la porte. Il paya d'avance le cocher et monta en face de Zélie. Il frappa deux coups contre la paroi derrière lui et le fiacre se mit en branle. C'était potentiellement une bonne journée.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Examen de passage   

Revenir en haut Aller en bas
 

Examen de passage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chronique du règne de Félix Faure :: Paris, ses faubourgs... :: Autour des Funambules :: Chez les Bohèmes et les gens modestes-