AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 Caliel Cozart : Manneken-Pis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Caliel Cozart

avatar

Messages : 16

MessageSujet: Caliel Cozart : Manneken-Pis   Sam 15 Fév - 6:34

Carton d'invitation


Registre des habitants de Paris

Nom & Prénoms : Cozart de son nom, hérité de Jules Cozart, le deuxième. On retrouve peu de Cozart, à présent. Nombreux sont ceux qui ont péri en quelque guerre tandis que leurs frères préférèrent la soutane aux beaux habits. Le drame des Cozart veut que ces derniers aient les ardeurs si promptes qu'ils se tuent à les assouvir ou se châtrent à les étouffer.
Caliel de son prénom, hérité de la fiévreuse foi de sa mère et des vagues origines juives de sa grand-mère. Ne porte pas le prénom d'un ange qui veut. Caliel, ange de vérité, le dix-huitième de la Kabbale, saura, dit-on, ouvrir votre conscience et vous guider vers la voie la plus juste. Se montrer à la hauteur de ce prénom constitue un défi pour le moins intéressant.
Âge & Date de naissance : Seize ans depuis le 17 octobre. Caliel est donc né en 1881. Ah ha! Mais le jeunot, sous sa tignasse ambrée, cultive un esprit à en faire rougir quelques aînés. À défaut de porter la barbe, ni même l'ombre d'une moustache, Caliel Cozart porte sa jeunesse bien haute et fièrement.
Origine sociale : Treizième et dernier fils du colonel Cozart, héros de la première bataille du Bourget d'octobre 1870, et de Madeline Sabban, fille d'un éminent médecin.
Métier, occupation : Petit prodige de la religion, Dieu s'est manifesté fort tôt au garçon sous la forme d'un violon. Certains prétendirent qu'il ne pouvait s'agir que d'un don du diable, mais les parents de Caliel y virent plutôt une révélation, un appel. Ce garçon-là savait émouvoir sans un mot et sa grâce n'avait d'égal que sa musique. L'on s'emporta. Et c'est ainsi le petit fût introduit au catholicisme dès son plus jeune âge, avant même d'être en mesure de s'exprimer clairement. Monseigneur De Gante le prit dès lors sous son aile. Bref, Caliel, à ce jour, parfait sa formation de prêtre. Conjointement, il enrichit son répertoire de musicien. En effet, le « Saint petit musicien », grand adepte du violon, pour ne pas dire virtuose, connaît un succès certain auprès des grandes gens de ce monde. Si Monseigneur l'autorise à participer à ce type d'activités potentiellement pernicieuses, c'est bien dans l'espoir que son protégé puise conforter les cœurs troubles des auditoires dans un sentiment religieux.
Ambitions : « Devenir prêtre. » Répondrait-il instinctivement. Mais à seize ans, vous savez, une petite paire de jambes bien arrangée vous fait vite changer d'avis. « Pas moi. Vous êtes faible. » renchérirait notre Cozart. Alors très bien, très bien... Le petit veut être prêtre. Tout de même, avouons que l'ambition est noble.
Milieu fréquenté : Outre l'église, les bibliothèques, les hôpitaux et l’Institut catholique de Paris, Caliel ne fréquente pas, sur une base régulière, quelque milieu particulier. Mais qui sait, la situation pourrait être appelée à changer.
Réputation : On s’émeut de son talent, on admire ses charmes… Plusieurs se désolent de sa vocation… D’autres applaudissent sa sagesse… Certains, plus rares, n’y croient tout simplement pas, au jeune éphèbe soi-disant mystique.

Tout esprit profond s'avance masqué
Description physique et psychologique

Madame,

Vous me voyez réjouie de votre intérêt pour mon fils, bien que peu surprise. Caliel a le charme du cas à part. J'entends par là que son don manifeste pour la musique ainsi que ses grandes aptitudes pour la religion ont si tôt fleuris en lui qu'il est impossible de ne pas s'en voir séduit. Je m'en étonne toujours à ce jour. Je me ferai donc un plaisir de lui faire part de vos bons mots et je ne doute pas que vous saurez le reconnaître si vous croisez sa route.

Son indomptable chevelure est un phénomène en elle-même. Un châtain cuivré s'y débat avec un brun chocolaté. À mon avis, il porte ses cheveux un peu long, mais il est si occupé... Seize ans déjà! Vous saviez? Heureusement, il ne porte toujours pas la barbe. Son joli minois n'a pas perdu son charme gamin. Son visage arrondi s'allonge quelque peu... Ses lèvres finement ourlées, son nez fier, si droit, ses grands yeux clairs, intelligents... Il devient un bel homme, mon petit garçon. Je crains parfois que cet esthétisme particulier, cette douce sauvagerie, pourtant naturelle, qui enflamme sa crinière et anime ses iris de jade ne le désavantagent dans son cheminement religieux. Mais qui sait? Caliel a toujours su s'illustrer, même dans la marge.

Monseigneur De Gante ne les désigne pas tous aussi jeunes! Au contraire! Mais Caliel a, depuis toujours, cette maturité d'esprit, cette aptitude particulière aux apprentissages, qu'une avide curiosité risque toutefois de désorienter, ou d'orienter autrement. Je revois mon petit Caliel, le menton sur la table, sourcils froncés, concentré dans l'étude de nos conversations. Il finissait toujours par intervenir en semant tantôt le rire, tantôt le doute, avec ses questionnements. Sa langue, Caliel, ne la tait pas dans sa poche, loin de là, mais il n'a tout de même pas la loquacité des commères de ce monde. Disons qu'il sait se montrer plus pertinent. Si ce n'était de la verdeur de ses traits, par son savoir-vivre et sa vivacité d'esprit, on le croirait sans aucun doute plus âgé qu'il ne l'est vraiment. Ainsi si vous veniez à vous entretenir avec lui, ne vous surprenez pas de l'audace de son regard et de ses fins sourires. Le sérieux qu'il sait adopter contraste remarquablement avec la légèreté qui peut sembler guider sa conduite. Bien vite, vous vous surprendrez à lui faire des confidences. Il a de ces oreilles qui invitent aux secrets.
Ah! Chère dame! Caliel, mon fils, mon garçon, mon petit ange à la tête flambée... vous verrez, vous verrez!

Cordialement,

Madame Cozart

Seules les pensées que l'on a en marchant valent quelque chose
Test RP


- Vous dites ?

Les doigts affilés du garçon s’élèvent, la manche noire de sa chemise se dégage juste assez pour laisser entrevoir la blancheur et la délicatesse du poignet. Caliel sourit en inclinant gentiment la tête. Sa main se pose sur celle de la jeune fille alitée. Elle rougit et couvre sa bouche de sa main libre. De faibles toussotements s’échappent d’entre ses lèvres. Dans des gestes aussi sûrs que doux, Caliel enveloppe les doigts de la souffrante. Et d’une voix mûre et claire à la fois…

- Qui sait, Annabelle, les mystères que nous tait la mort ? Vous n’aurez peut-être pas connu les joies du mariage ici bas, cela dit, c’est avec l’amour de Dieu que vous trouverez la paix éternelle.

De timides larmes débordent des paupières de la jeune fille. Elle renifle bruyamment. Caliel réprime un frisson. Les mourants et leurs fluides… songe-t-il avec dégoût.

- Je reviendrai vous voir lundi, Annabelle. Reposez-vous bien.
- Mais lundi me semble si loin…

La graciant d’un sourire désolé, Caliel se lève en extirpant sa main le plus poliment possible de l’étreinte de la malade.

- Et bien… Je vous ai donné la Bible. Lisez-la. Vous verrez, c’est une fort longue histoire.

Avec un soudain aplomb, Caliel défroisse sa chemise, incline la tête en guise de salutation et tourne les talons.

Avide d’air frais, il en inspire une longue bouffée dès qu’il se trouve à l’extérieur. Ensuite, mains dans les poches, il quitte la cour de l’hôpital d’un bon pas.
En chemin, il achète une pomme qu’il croque aussitôt avec appétit. Il jette le cœur du fruit dépecé à l’entrée du cimetière du Montparnasse, dans lequel il s’aventure d’un pas léger en chantonnant le vingt-quatrième caprice de Pagini.
Le jeune Cozart interrompt sa promenade lorsqu'un monument familier accroche son regard. Il s'en approche. On peut y lire, inscrit dans le marbre :

« Je suis le serviteur et l’adorateur de la Vérité seule. »

- Quel homme, le père Gratry ! s'exclame platement Caliel.

Et soudain, curieusement, une pressante envie d’uriner le prend.


Theatrum mundi

Pseudonyme : Chacha
Âge : 24
D'où nous venez-vous ? De l’ombre… ! Ça faisait longtemps que je vous avais dans mes favoris. Ça faisait longtemps que j’avais participé à un forum… Faut croire que le temps est venu !
Quelque chose à nous dire ? Non. Que des fleurs à vous lancer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guignol
Méfie-toi des gones que savent faire rien de rien, ils sont capables de tout.
avatar

Messages : 106

MessageSujet: Re: Caliel Cozart : Manneken-Pis   Lun 17 Fév - 0:14

Et bien tout ça m'a l'air très bien !

Je te validerai si la fondatrice n'y voit pas de souci non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caliel Cozart

avatar

Messages : 16

MessageSujet: Re: Caliel Cozart : Manneken-Pis   Lun 17 Fév - 3:56

Ça roule! Y'a pas de presse, toute façon. Et puis je me demandais encore si j'étoffais le Test RP...  scratch  J'sais plus! Attendons de voir ce qu'en dira la capitaine!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pierrot Lunaire
La bouche clownesque ensorcèle comme un singulier géranium
avatar

Messages : 2896

MessageSujet: Re: Caliel Cozart : Manneken-Pis   Mar 18 Fév - 2:31

Très belle fiche, en effet, que je m'empresse de valider avec joie - voire avec béatitude ! Very Happy
Bienvenue parmi nous, Caliel ! \o/

_________________
Qui c'est, lui ? Liste des PNJs utilisés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://locution-des-pierrots.blogspot.com
Caliel Cozart

avatar

Messages : 16

MessageSujet: Re: Caliel Cozart : Manneken-Pis   Mar 18 Fév - 6:58

Yihou! Merci beaucoup! :melon: 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Caliel Cozart : Manneken-Pis   

Revenir en haut Aller en bas
 

Caliel Cozart : Manneken-Pis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chronique du règne de Félix Faure :: En scène ! (hors RP) :: Les Acteurs de bonne foi :: Spectacle vivant-