AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 [Flashback] Au Paradis des Parias

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Misia

avatar

Messages : 43

MessageSujet: [Flashback] Au Paradis des Parias   Jeu 21 Nov - 23:43

Novembre 1896

Lascivement adossée au comptoir, elle attendait, et ne s'en cachait pas. Parfois même, elle soupirait un peu, adressait des sourires à certains- ces "certains" étant par ailleurs sélectionnés d'après quatre critères incontournables :
1) Ils ne devaient pas avoir l'air trop ivres
2) Ils se devaient d'être correctement habillés
3) Ils devaient avoir l'air un tant soi peu élégants- dans leurs manières et leur attitude
4) Ils ne devaient pas avoir l'air trop étranges

En bref, les "certains" se faisaient rares : mais Misia n'en démordrait pas. Hors de question d'aguicher le premier venu.
Elle se demandait néanmoins si elle avait bien choisi son endroit : bien qu'elle ait quelques habitudes et habitués dans certains bars, elle aimait à en changer quelquefois- aujourd'hui en particulier, elle était en quête de nouvelles prises un peu plus avantageuses. Par ailleurs, selon les conseils d'Emmy, rester toujours dans les mêmes lieux vous faisait rester toujours à la même place : et "ça n'est certainement pas ce que tu veux, ma chériiiie ?"

Non, en effet, ça n'était pas ce que Misia voulait.
Seulement, il semblait qu'elle ait mal choisi son endroit : le bar où elle se trouvait était encore plus miteux que ceux qu'elle fréquentait parfois.
Ca gueulait et ça se saoulait jusqu'à plus soif dans tous les coins. Et ça ne sentait pas la rose non plus.
La danseuse qui effectuait une espèce de danse orientale réinventée en déambulant au milieu des tables crasseuses semblait s'ennuyer mortellement. Elle ne prêtait aucune attention à ce qui se passait autour d'elle, les yeux résolument fixés dans le vague.

"''Le Paradis du Douxième' mon cul ! " pensa Misia, qui regrettait déjà d'être entré dans ce bar sordide. Elle aurait dû faire demi-tour dès le premier pas posé sur le sol plus ou moins bicolore du 'Paradis'.
Elle baissa les yeux quelques secondes pour renouer son châle autour de son cou, et quand elle les releva, son projet- c'est à dire, s'enfuir de là et ne plus jamais y remettre les pieds- s'en trouva potentiellement remis en question.
Elle venait d'apercevoir quelqu'un qui répondait- de loin, du moins- à ses quatre critères.
Un examen plus approfondi s'imposait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yann Le Guélec
Ils ont des chapeaux ronds...
avatar

Messages : 319

MessageSujet: Re: [Flashback] Au Paradis des Parias   Ven 22 Nov - 1:43

Comment Le Guélec s’était retrouvé dans ce bar miteux ? Bonne question ! Je crois que même moi, narrateur omniscient s’il en est, n’en ai aucune idée ! C’était il y a « si » longtemps ! Ce que je sais c’est que c’était un samedi soir, qu’il était tard et que notre noceur invétéré voulait sortir. Et pas du coté de Montmartre bizarrement…

Donc il arriva devant cet horrible estaminet au nom sacrément mensonger : Le Paradis du Douzième ! ‘Parlez d’un paradis ! Mais il avait froid et en avait assez de marcher alors il entra, espérant bien qu’une bonne mousse bien accompagnée pourrait lui faire oublier une dure semaine de travail.

Il avait troqué son bleu de travail contre ses habits du dimanche car, pour lui, le samedi soir était bien plus important que le dimanche ! Il resta un moment sur le paillasson, jaugeant l’atmosphère du bar. Une danseuse dansait au milieu des tables, subissant sans trop y prêter attention, les regards envieux des mâles mal fagotés. Au bar, la deuxième et seconde femelle du troquet, une bien jolie demoiselle un peu plus habillée que la première. Il vit également, qu’elle avait vu qu’il la regardait. Vous suivez ? Bref, je ne sais pas s’il se doutait de la condition de la jeune femme mais en tout cas, il n’hésita pas plus longtemps et se dirigea vers le comptoir où il enleva son manteau et s’installa, avec sa belle chemise blanche fraîchement lavée, à coté de la souriante demoiselle.

Excusez moi d’m’asseoir comme ça à coté d’vous mais… j’vous regardais là, depuis la porte et… comment dire ? Vous m’semblez être la personne la plus … ben la plus accueillante !

Il jeta un œil vers le barman, puis sur le verre vide devant sa voisine…

Vous voulez boire quelque chose ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://soundcloud.com/yvonwestfall
Misia

avatar

Messages : 43

MessageSujet: Re: [Flashback] Au Paradis des Parias   Dim 24 Nov - 10:33

Il avait remarqué qu'elle l'avait remarqué. Peut-être même s'était-il aperçu qu'elle s'était aperçue qu'il savait qu'elle l'avait vue.
En bref, leurs regards s'étaient croisés, et il avait décidé de s'approcher. Alors qu'il arrivait vers elle, Misia entreprit de le scanner des pieds à la tête. Elle semblait ne pas s'être trompée : élégamment habillé (peut-être pas à la manière d'un aristocrate, certes, mais tout de même), la figure avenante, il n'avait pas du tout l'air d'un ivrogne. Il semblait même, en comparaison avec les autres hommes du bar, un peu déplacé dans cet endroit.
Misia ne pouvait s'empêcher de penser que c'était  là une prise inespérée : des comme lui, il ne devait pas en venir beaucoup au triste 'Paradis du Douxième". Ca ne devait pas être un habitué : il avait peut-être, tout comme elle, atterri là "par hasard".
Il fut bientôt près d'elle, chemise blanche immaculée et sourire aux lèvres. Bien bien.
"Excusez moi d’m’asseoir comme ça à coté d’vous mais… j’vous regardais là, depuis la porte et… comment dire ? Vous m’semblez être la personne la plus … ben la plus accueillante !

Misia ne répondit rien, légèrement choquée. Il ne parlait pas du tout comme un élégant se devait de le faire ! On eût dit un petit paysan fraîchement débarqué de sa cambrousse natale !
Pragmatique, Misia tira une leçon de sa déconvenue : un air soigné et une chemise propre ne faisaient pas le parfait petit Parisien (que l'on espérait un tant soi peu utile pour monter en grade...).
Bon, elle devait répondre quelque chose, tout de même. C'aurait fait très mauvais genre. Certes,  Misia avait été déconcertée, certes, ses plans s'en trouvaient remis en question, mais ce n'était peut-être pas une assez bonne raison pour ignorer complètement le jeune homme. Par ailleurs, il était sans doute la personne la plus convenable de cet établissement.

"Ah oui ? Ca doit pas être très difficile, remarquez !"

Et elle jeta un air dédaigneux à l'assemblée.

"Avec plaisir. Whisky",  ajouta-t-elle.

C'était dit comme une évidence. Ils n'étaient pas vraiment susceptibles de servir de grands crus, de toute façon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yann Le Guélec
Ils ont des chapeaux ronds...
avatar

Messages : 319

MessageSujet: Re: [Flashback] Au Paradis des Parias   Dim 24 Nov - 22:32

Yann commanda deux whiskies au barman. La remarque et la moue de la jeune femme indiquait qu’elle n’avait pas trop apprécié la phrase d’accroche de notre cher breton ! Après tout, il est vrai qu’elle n’était pas très belle (la phrase, pas la jeune femme). Mais notre apprenti menuisier ne sut trop quoi dire pour se rattraper. Alors, après un petit silence gêné, il raconta son périple :

D’habitude j’vais à Montmartre… Les cabarets sont si beaux, l’ambiance si chaleureuse ! C’soir j’ai voulu visiter c’quartier mais c’est vrai qu’c’est pas très … c’pas pareil !

Il regarda la salle autour de lui et soupira d’un air déçu.

Ca m’apprendra à partir à l’aventure comme ça ! Un tiens vaut mieux que deux tu l’auras, n’est ce pas ?

Il sourit à son interlocutrice, espérant détendre l’atmosphère …

Puis, nos deux oiseaux virent les 2 verres atterrirent devant eux.

Oh ! Excusez moi, je ne me suis pas présenté : Yann Le Guélec…

Il avança sa main droite vers son verre. Celui-ci était large et pas très haut. Le liquide jaune-brun ne remplissait qu’un tiers du verre. Yann l’empoigna et regarda son interlocutrice. Elle avait un visage fin. Des grands yeux joliment maquillés (à son goût) et des lèvres plus rouges que la moyenne… Il l’aurait appelé « rouge-gorge » s’il avait dû lui donné un surnom !

A votre santé ! Dit-il en levant son verre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://soundcloud.com/yvonwestfall
Misia

avatar

Messages : 43

MessageSujet: Re: [Flashback] Au Paradis des Parias   Mer 4 Déc - 7:57

Montmartre... elle y était déjà allée quelque fois, pas beaucoup. Oui, peut-être bien que ça pouvait être chaleureux... tout dépendait bien sûr de quel point de vue on se plaçait. Yann n'y allait sûrement pas à des fins professionnelles.

-Oui, c'est sûr que ce doit être trèèèèèèès différent.

Misia se rendit compte qu'elle devait paraître un peu désagréable... il n'avait pourtant rien dit de mal, ce pauvre garçon. Oh, et puis tant pis.  Elle était de mauvaise humeur. Et après tout, elle ne comptait pas en faire un futur client, n'est-ce pas ?

-C'est un point de vue...

"Un tien vaut mieux que deux tu l'auras"... c'était tellement... commun ! Et tout le contraire de sa philosophie personnelle, en somme. Elle  avait pris l'habitude de tout conjuguer au futur, elle qui n'avait jamais eu grand chose.

-Misia.

Décidément, on avait connu la susnommée Misia plus avenante. Mais ça lui était aussi arrivé d'être plus désagréable, finalement.
Il y eut un flottement. Puis Yann attrapa le verre à demi vide posé devant lui (Misia se demanda comment les hommes qui étaient ici pouvait être aussi saouls, ils devaient écluser des verres et des verres. Le patron aurait mieux fait d'investir en tonneaux).

-A la vôtre !

Et elle vida son verre d'un trait. Il n'y avait pas vraiment de quoi faire la délicate. Et puis, ce Yann le Guélec devait bien se douter qu'elle n'était pas la Princesse de Val-sur-la-Lys, ni la duchesse de Lambressac, d'ailleurs.

-Faites quoi dans la vie ?

Ah ! C'était inespéré, mais Misia s'était dit qu'elle pourrait bien faire un petit effort. Un petit. Il n'était ni grossier, ni laid, ni saoul. Un peu trop populaire, certes. Mais c'était de loin le meilleur parti du "Paradis du douxième". Un paradis qu'elle eut soudainement l'envie irrépressible de quitter.

-Sortons. L'air est empesté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yann Le Guélec
Ils ont des chapeaux ronds...
avatar

Messages : 319

MessageSujet: Re: [Flashback] Au Paradis des Parias   Jeu 5 Déc - 5:10

Elle s’appelait donc Misia …

Ca c’est pas son vrai prénom...

Yann en était à présent persuadé : Il s’agissait bien d’une gigolette. Croyez vous que cela lui déplaisait ? Pas du tout, non. La promesse d’une conclusion heureuse le ravissait et en plus, cette petite était plus discrète à propos de sa profession que beaucoup de filles : elle laissait même planer un certain doute ! Bon, vous me direz que le doute n'était pas vraiment permis : une fille seule dans un bar comme celui-là, le soir, maquillée, seule au comptoir ! Mais, pour notre naïf breton... En plus, elle jouait – et même plutôt bien – le jeu de la séduction qui n’était pas vraiment un jeu, d’ailleurs, puisqu’elle se permettait de choisir ses clients. En deux mots, c'est la "prostituée presque parfaite" pour notre apprenti menuisier !

Il fit tinter son verre de whisky contre celui de la jeune femme avant de boire une gorgée. Il allait reposer son verre mais, comme Misia ne reposait pas le sien, il se sentit obligé de faire comme elle et de finir son verre cul sec.

Lorsqu’ils reposèrent leur verre, Le Guélec ne put s’empêcher de rire de bon cœur de sa propre attitude !

Vous m’obligez à finir mon whisky ! C’est pas très loyal ça ! Je vais pas tenir le coup !

Les traits de Misia semblèrent s’adoucir un peu et elle lui demanda ce qu’il faisait dans la vie.

Je suis apprenti menuisier.

Il se retint, au dernier moment, de lui retourner la question ; ce qu’il aurait fait naturellement mais il trouva, ce soir, cette option peu judicieuse. Alors il continua.

Je travaille pour la menuiserie d’la rue Marcadet, dans le 18ème… C’est pas près d’chez moi mais c’est à coté de Montmartre… ce qui est plutôt intéressant !

Après avoir écouté la réponse du goéland, Misia lui proposa de sortir.

Oui, vous avez raison, l’air s’ra meilleur dehors !

Yann paya les 2 verres et rejoint Misia sur le trottoir. Il avait remis sa veste à la hâte et entraîna la jeune femme vers l’avenue Daumesnil. Après tout, c’était la seule « belle » avenue du quartier et elle les ramènerait vers le centre ville, vers les lumières, vers un Paris plus attrayant. Enfin, encore fallait-il que la jeune fille accepta la ballade.

Misia, vous… ça vous dit de marcher un peu ? On peut aller vers le centre, ce sera un peu plus beau qu’par ici…


Yann regarda le plus discrètement qu'il pût - c'est à dire pas très discrètement - la jeune femme des pieds à la tête et se trouvait bien heureux d’être, ce soir, en si charmante compagnie.

Non, mais, sérieusement, expliquez-moi : Comment vous avez fait pour tomber dans ce trou à rat ?! Demanda-t-il, moqueur, à la jolie Misia. Vous qui êtes si belle, vous méritez … je sais pas moi, un cabaret ! Un beau cabaret plein de lumières, de musique, de cocktails !

Et voilà que Le Guélec l’enthousiaste réapparaissait comme un diablotin sorti de sa boite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://soundcloud.com/yvonwestfall
Misia

avatar

Messages : 43

MessageSujet: Re: [Flashback] Au Paradis des Parias   Sam 14 Déc - 4:13

Ils se retrouvèrent donc dehors, sur le trottoir. Et maintenant... ?

-Misia, vous… ça vous dit de marcher un peu ? On peut aller vers le centre, ce sera un peu plus beau qu’par ici…

Alors là, l'apprenti menuisier marquait un point, et non des moindres. En général, on ne la vouvoyait pas. Oh, ça arrivait bien quelquefois mais tout de même, c'était toujours agréable de se sentir  respectée.
De plus, il semblait connaître un peu Montmartre... Misia, qui était plutôt assidue au travail, hésita quelques instants : aller se promener en compagnie du jeune homme lui ferait perdre une soirée. Et en même temps... passer une soirée à Montmartre promettait d'être plutôt amusant. Certes, elle ne se trouvait pas en compagnie du Vidame de Pamiers, mais elle se sentait- ce qui lui semblait être une idée assez saugrenue- comme en sécurité avec Le Guélec. En clair, elle ne le sentait pas prêt à lui sauter dessus à la première occasion- pas qu'il ne soit pas du tout intéressé, elle venait d'ailleurs de remarquer qu'il la regardait avec attention... mais il semblait trop... gentil, peut-être, pour lui manquer de respect.

Néanmoins, comme elle s'apprêtait à accepter la proposition du jeune homme, elle passa presque machinalement le pied droit sur son talent gauche, pour s'assurer que le petit coutelas qu'elle avait l'habitude de glisser dans sa chaussette, était bien là- on n'est jamais trop prudent. Et même si le jeune homme semblait convenable, elle avait eu bien assez de temps pour apprendre qu'en certaines occasions, l'habit ne faisait pas le moine. En outre, à ces heures avancées de la nuit, les rues sombres des bas-quartiers étaient plutôt désertes...

Elle sourit à Yann, l'air de rien : son geste avait duré une seconde tout au plus, il n'avait pu se rendre compte de rien. Elle fit mine d'hésiter, comme une vraie coquette, puis :

-Vous croyez ? Oui certainement... c'est d'accord.

Presque l'air de se faire prier, avec ça. En réalité, elle était maintenant plutôt impatiente : il y avait certainement des endroits très biens à Montmartre.
Contre toute attente, Misia sourit à la dernière remarque de Yann : il était flatteur, ce qui n'était jamais désagréable (mais pour ça, Misia se méfiait un peu, car les flatteurs espéraient souvent quelque chose en retour), et son naturel était... réchauffant.

-[...]Un beau cabaret plein de lumières, de musique, de cocktails ! "

A ces mots, Misia fut traversée d'une envie soudaine, qu'elle exprima sur-le-champ, les yeux brillants.

-Vous m'emmenez danser, Monsieur le Guélec ?

Et elle ponctua sa demande d'un charmant sourire, auquel il ne pourrait sans doute pas résister.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yann Le Guélec
Ils ont des chapeaux ronds...
avatar

Messages : 319

MessageSujet: Re: [Flashback] Au Paradis des Parias   Mer 18 Déc - 23:00

En effet, pour l'instant, tout se déroulait plutôt bien pour notre sémillant breton. Elle avait accepté de bon coeur, semble-t-il, sa proposition et lui demandait même s'il l'emmenait danser !

Bien sûr que j'vous emmène danser ! En plus c'est vous qui proposez alors ... avec plaisir !

Yann n'avait bu qu'un verre, certes de whisky mais tout de même, il se sentait déjà étonnamment euphorique. Sans doute le ravissant sourire de la jeune femme n'y était pas étranger !

Vous savez, nous, les Bretons, on est des danseurs excellents ! On a une danse par chez nous qui s'appelle la gavotte ! Et bien j'peux vous dire qu'les parisiennes, elles ont du mal à m'suivre quand j'leur montre comment ça s'danse !

Petit moment de doute dans la tête du goéland.

Mais vous êtes pas parisienne au moins ?

Yann était déjà prêt à rire de sa petite gaffe qui n'en était même pas vraiment une ! Et puis, déjà, on approchait de la gare de la Bastille. La route était encore longue jusqu'à la butte, alors il interrogea sa "cavalière" :

Pas trop fatiguée ? Vous préférez peut-être prendre l'omnibus ? Y en a encore pour … mmh … une demi-heure trois quarts d'heure de marche, là.

...Tandis que sur ce grand axe, un omnibus ne tarderait sûrement pas à passer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://soundcloud.com/yvonwestfall
Misia

avatar

Messages : 43

MessageSujet: Re: [Flashback] Au Paradis des Parias   Lun 23 Déc - 9:40

-Si, tout à fait.

Elle sourit intérieurement de la petite maladresse du jeune homme. Alors comme ça les Parisiennes avaient du mal à le suivre.... ? Eh bien on allait voir ce que l'on allait voir. Misia ne dansait peut-être pas extraordinairement bien, mais elle ne manquait certainement pas d'endurance. Alors pour ce qui était de le "suivre", elle n'avait aucune crainte !

Yann Le Guélec, non content de "diffamer" les Parisiennes, lui demandait maintenant si elle était fatiguée... Misia, qui prenait vite la mouche-il faut bien le reconnaître-se tourna alors vers lui et, ironique, répliqua :

-Alors quoi Monsieur Le Breton ? Vous avez crainte qu'à trop marcher, je puisse plus danser votre... gavroche, c'est ça ?

Et elle fit un mouvement de tête dédaigneux.  Elle aurait préféré marcher... elle aimait bien se balader quand elle n'avait rien de particulier à faire. Et puis, les omnibus... ça grouillait toujours de monde, c'était sale et pas très agréable pour voyager. Enfin bon... il était peut-être plus raisonnable de faire comme ça, après tout.

-Mais si vous y tenez, on peut attendre le prochain !

Et le prochain ne tarda pas, d'ailleurs : sur les pavés humides de la chaussée, on entendait le bruit sonore et répétitif des sabots sur la chaussée.

-Le v'là !! s'écria Misia

Puis elle répéta, comme si de rien n'était :

-Le voilà !!

Il fallait tout de même faire attention à sa façon de parler, même en présence d'un apprenti menuisier, n'est-ce pas ?

Afin de ne pas rater leur chance,  ils s'arrêtèrent et se mirent à faire de grands gestes vers le conducteur. Misia crut d'abord qu'il n'allait pas daigner s'arrêter, car il les dépassa de quelques mètres ; mais il stoppa finalement les chevaux, et Yann et Misia se retrouvèrent bientôt debout, à l'étage du dessus :  malgré l'heure tardive, l'omnibus était encore bondé.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yann Le Guélec
Ils ont des chapeaux ronds...
avatar

Messages : 319

MessageSujet: Re: [Flashback] Au Paradis des Parias   Jeu 9 Jan - 22:13

Gavotte pas gavroche ! Non mais ! Enfin si j'ai vexé la parisienne, vous pouvez bien vexer le breton ! On est quitte ! Dit Yann, d’un air taquin.

C’est qu’elle semblait fière la petite parisienne ! Assez fière, même, pour prendre le bus parce que Le Guélec « y tenait » ! Yann sourit lorsque Misia se reprit après avoir montré un peu trop d’enthousiasme à l’arrivée du bus.

Misia, vous êtes surprenante ! J’aime bien votre … votre façon d’être !

Plein comme l’était l’omnibus, Yann était bien forcé (!) de se rapprocher d’elle. Et il appréciait ce moment. Ils étaient là, tous les deux, à l’avant de l’impériale, juste au dessus du cocher, les mains appuyées sur la balustrade comme pour ne pas voir le monde derrière eux, comme pour trouver un peu d’intimité là où il y en avait si peu.

Le boulevard Beaumarchais et ses beaux lampadaires défilaient sous leurs yeux. Yann se pencha en avant pour s’accouder à la balustrade. Ainsi confortablement positionné, son épaule touchait l’avant bras de Misia. Il aimait ce rapprochement, il sentait presque la chaleur de la demoiselle contre lui.

Yann tourna la tête vers la jeune femme.

On a presque l’impression de voler au dessus du boulevard, vous trouvez pas ? Demanda-t-il.

Il venait de rompre un silence. Mais un silence qu’il ne trouvait pas gênant le moins du monde. Il regretta presque un instant de risquer de faire s’évanouir ce petit moment de grâce.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://soundcloud.com/yvonwestfall
Misia

avatar

Messages : 43

MessageSujet: Re: [Flashback] Au Paradis des Parias   Mar 14 Jan - 23:19

La vie était parfois surprenante. Jamais elle ne se serait imaginé une heure auparavant que ce soir-là, elle aurait pris l'omnibus direction Montmartre, qui plus est pour aller danser, qui plus est en compagnie d'un jeune homme qu'elle connaissait à peine.

-Ah oui ? Et comment qu'...comment elle est, ma façon d'être ?

Elle avait l'air un peu méfiante, mais en réalité, elle était surtout curieuse.
Un moment, elle fut presque tentée de répondre quelque chose comme "Vous êtes gentil", mais elle s'abstient, pour au moins deux raisons :
1) ça ne lui ressemblait pas tellement.
2) ils étaient décidément très serrés dans l'omnibus.

Vous pourriez objecter : en quoi cette dernière raison peut-elle amener Misia à renoncer à sa gentille constatation ? Peut-être parce qu'elle savait que certaines paroles, prononcées dans certaines situations particulières, pouvaient être interprétées particulièrement.
Et il n'aurait pas  fallu que Yann s'imagine qu'elle n'était pas restée indifférente à son joli sourire, voyez-vous*.

Cependant, le trajet en omnibus n'était pas si désagréable que prévu : certes, la liberté de mouvement était considérablement réduite, mais là où ils étaient du moins, ils disposaient d'un peu d'air frais et pouvaient voir défiler le paysage parisien.

-Euh... oui ?

Misia n'avait pas tout à fait perçu les choses de la sorte, mais maintenant que Yann le disait... Ce fut à ce moment-là que son ventre- celui de Misia, pas de Yann- en profita pour émettre un gargouillement du tonnerre. Avec le bruit tout autour d'eux, il aurait pu toutefois passé inaperçu, mais Yann était décidément trop proche pour n'avoir rien entendu.

Elle hésita deux secondes : faire comme si de rien n'était ? Non, trop gênant. Elle opta pour la seconde option,  et avec un grand sourire- sans doute le plus grand qu'elle lui avait adressé jusque là :

-Je crois que j'ai faim.

L'omnibus s'était arrêté. Ils étaient arrivés, et Misia, dans son for intérieur, commençait à trépigner d'impatience : cela faisait tellement longtemps qu'elle n'avait pas mis les pieds à Montmartre !

-Où est-ce que vous m'emmenez ?


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yann Le Guélec
Ils ont des chapeaux ronds...
avatar

Messages : 319

MessageSujet: Re: [Flashback] Au Paradis des Parias   Jeu 16 Jan - 21:03

@Spoiler:
 

-Ah oui ? Et comment qu'...comment elle est, ma façon d'être ?

Et bien, z’êtes plutôt… comment dire… décontractée, pleine de vie. Vous ne ressemblez pas... – il failli faire mention de la profession de la demoiselle mais s’arrêta à temps – ...vous êtes différentes des autres filles que j’ai pu rencontrer jusque là. Elles sont souvent plus strictes, plus sérieuses… ou bien les autres sont plus froides, moins amicales. Avec vous, j’me sens plus tranquille, plus libre, plus moi-même !

Un peu après, la jeune femme – ou plutôt son ventre – émit un gargouillis du tonnerre !

Yann, poli, n’en fit pas mention, et son visage surpris n’était pas visible de Misia. Alors, quand elle annonça de son même air décontracté qu’elle avait faim, Yann répondit en se levant et avec le sourire :

Je crois aussi !

Après tout si elle revenait sur ce petit incident, pourquoi pas lui !

Je vous emmène au Chat Noir, vous connaissez ? C’est l’endroit le plus convivial de Paris ! Garanti sur facture ! Je suis sûr que vous allez adorer !

En descendant de l’omnibus, Le Guélec ne put s’empêcher de marcher à grandes enjambées, tellement il avait hâte de montrer l’endroit à la charmante petite jeune femme. Mais, avec la côte, l’échassier commençait à distancer Misia. Voyant cela il se retourna vers elle.

Alors …

Il vit la multitude de petites touches lumineuses en contrebas. Paris était décidemment magnifique, de nuit.

… on admire le paysage ? Fit-il légèrement essoufflé.

Il mit les mains sur ses hanches, gonfla le torse pour inspirer une grande bouffée d’air frais – cela lui donna un air fier – et invita Misia à se retourner.

Z’avez vu comme c’est beau ?

Il marqua une pause.

Bon continuons, nous y sommes presque !

Le Guélec marchait un peu plus lentement, veillant à ne pas larguer sa compagne d’un soir jusqu’à l’entrée du cabaret qu’il aimait tant. Là il poussa la porte devant Misia et s’inclina devant elle pour la laisser passer avec une drôle de grâce... La belle aurait tôt fait de comprendre qu’ici, la flatterie était élevée au rang d’art et que le jeune breton avait fait sienne cette drôle de conception de l’accueil.

Après vous, madame ! Fit-il en levant son chapeau de sa main libre.

Au bar, le patron en personne, Monsieur Salis, interpella Le Guélec et Misia.

Ne sont-ce point le prince et la princesse de Bretagne qu’il me semble apercevoir au loin ?!

Il fit le tour du comptoir en toute hâte et accueillit ses deux visiteurs avec cérémonie.

Quel honneur vous nous faites de venir dans notre humble demeure ! Regardez, ici, nous avons, ma foi, une coquette table pour nos deux nobles dignitaires ! J’espère qu’elle sera à votre goût.

Merci bien, messire Salis, renchérit Yann, d’où nous venons, votre cabaret ressemble à un château… que dis-je, un palais, n'est-ce pas madame ? Fit il avec un clin d’œil pour la "princesse".

L’apprenti menuisier tira la chaise de Misia et s’assit en face d’elle, heureux de pouvoir enfin reposer ses jambes !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://soundcloud.com/yvonwestfall
Misia

avatar

Messages : 43

MessageSujet: Re: [Flashback] Au Paradis des Parias   Dim 19 Jan - 4:14

Ambiance :p

Décidément, le jeune homme ne tarissait pas d'éloges sur le compte de Misia...  éloges que cette dernière recueillait avec un sourire en coin et les sourcils froncés. Demi méfiante, demi ravie. Il était tout de même plutôt agréable, ce Le Guélec... peut-être un peu trop agréable pour être tout à fait honnête ?

-Le Chat Noir ? Euh, je connais... un peu. Mais pas beaucoup.

En réalité, Misia ne connaissait l'endroit que de nom, et avait dû passer devant le cabaret (car c'était un cabaret, du moins si sa mémoire était bonne) une ou deux fois.  Elle ignorait tout à fait ce que signifiait l'expression "garanti sur facture", mais ça avait l'air d'être plutôt positif.
Par ailleurs, ils ne pouvaient décemment pas tomber sur un pire endroit que celui qu'ils venaient de quitter, et Yann semblait être sûr de lui.

Ce que Montmartre pouvait être pentu ! Misia avait certes l'habitude de marcher, mais le Le Guélec, avec ses longues jambes et son enthousiasme, marchait un peu devant elle- Misia en prit son parti, profitant d'être restée un peu en arrière pour se retourner et contempler la ville en aval.

-Oui...

Et ce n'était pas un "oui" dit comme ça, juste pour répondre quelque chose, c'était un "oui" sincère et convaincu : oui, vraiment, Paris la nuit était splendide. Enfin, vu d'ici en tout cas.

Ils s'attardèrent une dizaine de secondes sur le panorama qui s'étendait sous leurs yeux- et quasiment à leurs pieds-mais Yann finit par mettre un terme à leur contemplation, et Misia le suivit de bonne grâce.

Ils arrivèrent bientôt au Chat Noir. Elle ne s'était pas trompée, c'était bel et bien un cabaret. Et Yann de lui tenir la porte comme à une vraie dame, et de l'inviter à rentrer la première- bon, bon, le petit menuisier était décidemment très galant.

Et il n'avait pas menti : Le Chat Noir semblait être un endroit agréable. Misia sourit devant l'accueil qui leur fut fait, tout en restant un peu suspicieuse (on l'aurait deviné) : l'homme se moquait-il d'eux ? Elle jeta un oeil sur sa tenue et trouva qu'elle était tout de même correctement habillée, que sa robe lui seyait plutôt bien, même si elle était peut-être un peu passée : certes, elle ne pouvait guère prétendre au salon de la princesse Mathilde- quoique celle-ci soit un peu passée  également- mais pour un endroit comme celui-ci, ça convenait très bien. Elle jeta un coup d'oeil sur son "prince de Bretagne" et le trouva également plutôt bien mis, quoiqu'il eut les cheveux un peu en bataille, car le vent soufflait bien fort en ce mois de novembre 1896.

Alors, peut-être que l'homme qui les accueillait se moquait un peu, mais ce n'était pas méprisant : Misia ne l'aurait pas supporté. Et puis,  le cabaret était plutôt charmant, et Yann tout autant . Elle décida donc de décrisper un peu ses sourcils, et s'entendit répondre :

-Tout à fait, Monseigneur !

Elle s'assit en face de Yann, et entreprit de regarder autour d'elle : le cabaret était bruyant et rempli, mais l'ambiance qui y régnait était radicalement différente de celle de tout à l'heure. L'endroit était diablement coloré, et décoré de façon pour le moins éclectique : Misia aurait été bien en peine de nommer les différents styles et mouvements artistiques des objets qui  encombraient la pièce, tout comme de deviner le nom d'un seul des artistes ayant peint une des nombreuses toiles accrochées aux murs : mais après tout, personne ne lui demandait de le faire.

-Vous venez souvent ici ? Est-ce qu'on peut y danser ?

Misia tenait à son idée originelle, toutefois- et ces temps-ci, elle devenait de plus en plus capricieuse. N'attendant pas la réponse de Yann, elle embraya- les volutes non identifiées  du cabaret la rendaient-elles plus loquace ?-

-Vous êtes à Paris depuis combien de temps ?

-Madame et Monsieur De Bretagne, que puis-je vous servir ? Nous avons dans notre cabaret les mets les plus succulents et qui sauront convenir aux palais les plus délicats...

Misia se tourna vers Yann, l'air un peu inquiet : était-ce à elle de choisir en premier ? Elle n'avait pas vraiment l'habitude de ce genre de situations...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yann Le Guélec
Ils ont des chapeaux ronds...
avatar

Messages : 319

MessageSujet: Re: [Flashback] Au Paradis des Parias   Lun 20 Jan - 4:15

Incroyable mais vrai, la parisienne avait du répondant ! Pour quelqu’un qui découvrait le Chat Noir, elle entra sans sourciller dans le jeu de rôles que jouaient Le Guélec et le patron ! Yann fit un petit mouvement de tête et de sourcils pour lui indiquer qu’il était agréablement surpris par la répartie de la parisienne !

Assise, Misia regarda autour d’elle, appréciant l’étrangeté du lieu.

-Vous venez souvent ici ?


-Oui, assez souvent. Enfin, quand j’ai un peu d’argent à dépenser ! Bon c’est pas tous les jours, bien sûr, mais bon, j’essaye d’y aller au moins une fois par semaine !


Voyant que personne ne dansait, Misia ajouta :

-Est-ce qu'on peut y danser ?


-Bien sûr … Enfin, j’avoue que là, on dirait pas ! Mais souvent le pianiste accélère un peu le rythme et les gens se lèvent pour danser ! Peut-être un plus tard… - pour l’instant, le pianiste, jouait des arpèges beaux mais, avouons le, peu propice à la fête - Et comme je vous ai promis qu’on danserait, laissez-moi vous dire, que vous danserez ! – il se pencha au dessus de la table pour ajouter en chuchotant – Même si on doit chercher un autre cabaret !

-Vous êtes à Paris depuis combien de temps ?


-Et bien, pas si longtemps que ça, je suis arrivé c’t’été… En juin… donc 3 ~ 4 mois et…

Les deux compagnons  furent interrompus par le patron qui venait prendre les commandes. Voyant l’incertitude de Misia face à la question posée, Le Guélec répondit :

Pour des seigneurs comme nous, il nous faut quelque chose d’exceptionnel ! Je pense qu’il nous faut au moins… des œufs sur le plat !!! Et comme je suis le roi, je prendrais le mien avec du jambon, s’il vous plait ! Madame, sachez que vous pouvez garnir le votre, si vous voulez, de jambon donc, de fromage, de …

… de fines herbes, de rhum ou de sucre. Ajouta le patron.

Lorsque la commande fût prise, Le Guélec regarda attentivement Misia. Elle était certainement un peu plus âgée que lui. Les traits de son visage témoignaient d’une grande force intérieure. Son travail était dur, sans nul doute. Mais elle s’en sortait, elle gardait une belle joie de vivre et c’est ce qui plaisait au jeune breton. Il aurait aimé en savoir plus sur elle, sur sa vie, il aurait aimé lui retourner les questions qu’elle lui avait posées mais, le sujet de son métier était celui qui lui restait en tête malgré tout. Alors, il fini par se décider à en parler.

Misia, je… je me demandais ce que vous faisiez dans ce bar minable tout à l’heure ? Vous êtes jeune… vous êtes … belle. Y a tellement de … de beaux endroits dans Paris. Vous pourriez travailler... je sais pas moi, par ici, dans c’quartier ou même mieux, je connais pas tout Paris. Mais, disons… ce serait moins... dangereux.

Aussitôt avait il prononcé ces mots qu’il se sentit idiot. Allait-il briser la belle entente qui régnait entre eux ? Avait-elle envie d’entendre parler de son métier ce soir, ce soir où elle avait décidé – peut-être – de faire relâche pour passer un moment agréable, pour danser, pour oublier – qui sait ? – son quotidien. Ou bien allait-elle apprécier cette drôle d’attention qu’exprimait le jeune breton à son égard ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://soundcloud.com/yvonwestfall
Misia

avatar

Messages : 43

MessageSujet: Re: [Flashback] Au Paradis des Parias   Mer 29 Jan - 8:00

-Ah, et alors, ça vous plaît ici ? Moi je trouve que parfois c'est très beau, et que parfois c'est très laid.

Assise là, en face du jeune homme, dans ce cabaret bruyant au beau milieu de Montmartre, Misia devait s'avouer qu'elle se trouvait plutôt bien. Ce qui contribuait sans doute à la rendre un peu plus bavarde que d'habitude.

Les bruits de conversation,  la musique, les vapeurs incolores, la décoration... tout cela ne correspondait pas à ce qu'elle considérait comme son idéal, cependant elle se sentait détendue, à milles lieues de l'état d'esprit dans lequel elle se trouvait une petite heure auparavant.

-Ah, tout ça !

Pas trop habituée à être invitée au restaurant, la petite, surtout lorsque ce semblait être-ou presque- par pure galanterie.

- Alors je vais prendre de tout... mais pas de sucre s'il vous plaît !

Quelle idée étrange . Du sucre avec un oeuf au plat ? Enfin, après tout, Misia n'y connaissait pas grand-chose en termes de moeurs culinaires, alors elle s'abstient de tout commentaire qui aurait pu paraître trop louchement néophyte.

Elle hésita ensuite quelques secondes.

-Et pas trop de fromage !

Le patron lui fit un clin d'oeil, ajouta que tout serait fait selon les ordres de Mlle la Duchesse- Misia avait  changé de titre en cours de route- et s'éloigna pour aller crier les commandes.

Alors qu'elle était occupée à observer le décor (il y avait tellement de choses à regarder !), Misia sentit que Yann l'obervait : elle fit mine de ne pas le remarquer et garda les yeux résolument fixés sur la salle. Une tableau représentant des chevaux dans une nature sauvage, un  petit fétiche en bois, et un autre plus grand un peu plus loin, un vase en porcelaine chinoise d'où dépassait un gigantesque tournesol, une affiche du Chat noir à moitié masquée par un...

Misia détourna subitement son regard. Yann lui parlait. Et à mesure qu'il exprimait sa pensée, le regard de la jeune femme s'assombrissait.

- Ne parlez pas de ce que vous ne connaissez pas.

Elle travaillait déjà dans les beaux quartiers. De plus en plus ces temps-ci. Mais pour elle, ça n'était pas si évident- elle avait beau n'aspirer qu'à ces endroits-là, elle se sentait parfois comme déplacée, avait l'impression d'être une étrangère, ou pire, une moins-que-rien, quelqu'un que l'on regardait de haut et que l'on méprisait instantanément, le temps d'un coup d'oeil jeté sur sa robe un peu trop passée, ou son visage un peu trop tiré.

Elle reprit sa contemplation, plus passivement ; elle se sentait gênée, presque honteuse. Et elle se disait aussi qu'elle avait sans doute été un peu trop brutale avec Yann. Il n'avait pas voulu la mettre mal à l'aise, ni la blesser, c'était évident.
Il avait peut-être juste voulu l'aider ?

-Et je n'ai pas besoin de vos conseils.

A peine avait-elle achevé sa phrase qu'elle s'en voulait déjà. Mais fière à l'excès, Misia ne pouvait pas entendre ce qui n'était pourtant qu'un conseil avisé et plutôt délicat de la part de quelqu'un qu'elle trouvait par ailleurs sympathique. Mais elle n'allait tout de même pas s'excuser ! C'eût été admettre qu'elle avait réagi au quart de tour.

Elle regardait toujours obstinément le petit fétiche en bois quand le patron vint leur apporter les oeufs au plat qu'ils avaient commandé.

-Madame et Monsieur De Bretagne, bon appétit !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yann Le Guélec
Ils ont des chapeaux ronds...
avatar

Messages : 319

MessageSujet: Re: [Flashback] Au Paradis des Parias   Jeu 30 Jan - 3:23

Ah, moi j’adore Paris oui ! Y a des quartiers moins beau c’est sur… par exemple là où je bosse … ou vers chez moi, à Belleville, c’est pas joli-joli… mais bon, c’est p’t’etre pour ça qu’on aime bien s’promener par ici, y a plus de lumières, plus de beaux endroits… En Bretagne, là d’où j’viens, même Belleville ça paraîtrait beau, alors…
Enfin j’dis ça, mais j’parle de la ville, Brest. Après la campagne, l’océan, c’est aut’chose. C’est bien beau aussi … dans un aut’ style !


Yann se remémora un instant les images de sa chère Bretagne, la ferme familiale, le long chemin vers la côte et l’océan. Comme à chaque fois qu’il y pensait, il eut un petit pincement au cœur.

Heureusement, on vint prendre les commandes et… à traiter les gens en princes, il ne fallait pas s’étonner de leurs désirs de princesse ! En effet, Misia commanda son œuf avec tous les suppléments ! Le Guélec lui sourit en entendant sa commande.

Quel appétit ! Ça m’étonne d’un p’tit oiseau comme vous !

Puis vint le moment de malaise où Le Guélec évoqua le métier de Misia. Celle-ci réagit pour le moins brutalement. C’était à craindre, bien sûr, mais notre pauvre homme ne pensait pas à mal…

Excusez-moi… Dit-il un peu honteux. Il baissa même imperceptiblement la tête comme un enfant après avoir été grondé par ses parents. Qu’il se sentait bête d’avoir abordé ce sujet. La soirée se passait si bien jusque là. Il risquait de tout gâcher avec ses questions et ses remarques désobligeantes.

Allez ressaisis-toi Yann !

Le goéland releva la tête – il se rendait compte que son attitude était ridicule – et regarda dans la direction des décorations, cherchant ce qui semblait intéresser Misia. A ce moment, le patron leur apporta leurs assiettes.

Merci, dit simplement Le Guélec, encore un peu KO.

Avant d’attaquer son plat, il prit une inspiration profonde et parla.

‘Savez, c’totem là, qu’vous r’gardiez, l’patron y dit qu’ça vient d’Afrique ! Mais bon, j’ai entendu un client dire qu’c’était un type à Paris qui les f’sait, parait qu’ça vaut cher ! Faudrait qu’j’propose à mon patron d’en faire ! Ca a l’air moins compliqué à fabriquer qu’une commode ou un buffet !

Yann avait parlé d’un air joyeux, comme si de rien était. Il enfourna ensuite une grande bouchée de son œuf dans son gosier.

Ça vous plait ? Demanda-t-il à Misia en parlant de son plat.

Elle, certainement, penserait que le breton parlait toujours du fétiche…

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://soundcloud.com/yvonwestfall
Misia

avatar

Messages : 43

MessageSujet: Re: [Flashback] Au Paradis des Parias   Jeu 6 Fév - 8:53

Elle se sentait drôlement gênée : Yann était en train de s'excuser !

En même temps, Misia n'en était pas étonnée ; elle le connaissait depuis moins de deux heures, mais cela avait été suffisant pour qu'elle se rende compte de sa gentillesse et de sa délicatesse.
Comme elle ne disait toujours rien, parce qu'elle ne savait pas trop comment réagir, il prit les devants et commença à lui parler du totem qu'elle semblait décidée à ne pas lâcher des yeux. En réalité, c'était bien plus pour placer ces derniers quelque part que par réel intérêt- elle ne s'y connaissait pas plus en sculptures exotiques qu'en toiles de maîtres- mais cette fois, elle ne pouvait tout de même pas lui faire l'affront de ne pas répondre. Lui tenir rancune toute la soirée de sa petite "maladresse"  aurait été vraiment ridicule.

- Je ne sais pas trop, je trouve ça bizarre.  J'en n'avais jamais vu avant. Vous pensez que ça vient vraiment d'Afrique vous ?

Elle détacha ses yeux du fétiche pour les reporter sur Yann qui avait l'air surpris. Comme ils n'étaient pas tout à fait neuneus, quelques secondes leur suffirent pour comprendre leur petit malentendu. Yann rit, Misia sourit.

-Oui, c'est  très bon, mais c'est un peu chaud !

Et en jeune femme qui se voulait distinguée, elle mangeait son plat avec beaucoup de délicatesse, sans empressement- même si son ventre, lui, aurait bien dévoré à la manière de Yann.
De temps à autre, elle prenait d'une main la serviette posée à côté de son couteau et s'en tamponnait soigneusement la bouche, de façon à éviter de se retrouver avec du coulis orangeâtre séché- la faute au jaune d'oeuf- sur les commissures des lèvres, ce qui n'aurait pas été très glamour.

Elle était précisément en train d'effectuer cette action que l'on pourrait aisément qualifier de distinguée quand survint le drame.

Si le Cabaret du Chat Noir était un endroit charmant, tous ses clients ne l'étaient pas. Oh, il y avait moult galants hommes, poètes un peu hirsutes ou artistes un peu bohèmes, mais le meilleur des gentilhommes pouvait devenir un vrai goujat quand il avait  trop bu, et Misia ne le savait que trop bien. Mais pour le moment, elle était en train de déguster son oeuf au plat, et ne s'attendait pas du tout à ce qui allait suivre.

Tout se passa très rapidement. Un homme qu'ils n'avaient pas vu arriver- le cabaret était bien rempli et plutôt bruyant- se planta devant leur table, chancela un peu, se redressa, regarda Misia en fronçant le nez, et finit par cracher :

-Sale pute !

Elle en resta bouche bée, ce qui n'était pas tellement dans ses habitudes. Certes, ce n'était pas la première fois qu'on l'insultait ainsi, mais en général, ça se passait dans un autre cadre... elle regarda l'homme ; elle ne le connaissait pas, ou du moins, ne le reconnaissait pas. Il était de taille moyenne, plutôt rougeaud (mais ça, c'était peut-être l'alcool), et  plutôt laid, mais parce qu'il était bien mis, il ne dénotait pas tout à fait dans un endroit pareil.

Non, elle ne le connaissait décidément pas ! Alors pourquoi... ?! Cette incompréhension la rendait furieuse  ; elle se leva, bien décidée à le gifler, car elle ne tolérait pas d'être insultée dans un lieu public.

Seulement, Yann l'avait devancée ; il se trouvait à quelques centimères seulement de l'homme...
Misia sentit son souffle s'accélérer.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yann Le Guélec
Ils ont des chapeaux ronds...
avatar

Messages : 319

MessageSujet: Re: [Flashback] Au Paradis des Parias   Ven 7 Fév - 1:30

Yann fût bien surpris de la réponse de Misia :

Bizarre ? Ah peut-être que d’avoir demandé tous les suppléments n’était pas une bonne idée…
Les œufs ? D’Afrique ? Non, j’pense pas…


Quoi ?! Elle n’a jamais vu d’œufs avant ?

Et Yann comprit enfin qu’elle parlait du fétiche ! Il rit de bon cœur de ce drôle de quiproquo. Mais il était surtout soulagé de revoir le beau sourire illuminer le visage de la petite demoiselle. Et si l’ambiance était meilleure à leur table, elle se réchauffait également autour d’eux. Notre cher breton s’empressait de manger son œuf, entendant le piano se faire plus rythmé. Bientôt, pensait-il, les gens allaient se mettre à danser…

Mais c’est un tout autre manège qui se produisit :

Un homme, passablement alcoolisé, s’approcha de leur table. Yann se redressa légèrement. Il se méfiait toujours des alcooliques. Un sur deux avait l’alcool mauvais… Et effectivement, ça ne manqua pas. L’homme leva les yeux vers Misia et lui cria une insulte indigne d’un lieu aussi respectable que le Chat Noir.

Le Guélec, impulsif comme pas deux, se leva d’un bon, lâchant bruyamment son couteau dans l’assiette, faisant tomber sa chaise à la renverse, et balança son poing dans la figure du poivrot. Celui-ci tomba directement sur le beau carrelage du cabaret.

Le patron accouru et quelques hommes se levèrent. Misia aussi était debout. Qu’allait-elle penser ?

Le patron fût le premier à s’exprimer tout en essayant de relever le malheureux alcoolique.

Non mais Le Guélec, t’aurais pu y aller moins fort ! Regarde l’état dans lequel tu l’as mis !

Un client aida le patron à porter l’homme qui saignait du nez. Ce dernier reprit ses esprits. Il ne semblait pas belliqueux. Il soutenait simplement son nez avec sa main afin de ne pas tâcher le carrelage de son sang.

Nom de dieu d’bordel de merde ! Putain, il m’a fait saigner c’con là ! Allez lâchez moi, vous, j’peux encore rentrer chez moi tout seul !

Il se dirigea, bringuebalant, vers la porte accompagné par le patron et là, surprenant tout le monde, il se retourna une dernière fois vers Misia et s’écria: Hèèèè, allez viens avec moi, ma jolie !

Et le patron le poussa dehors. Il resta même quelques instants derrière la vitre pour vérifier que le type s’éloignait bien de son établissement. Ce genre de loulou n’était pas bon pour la réputation du lieu. D’ailleurs, les prostituées non plus, surtout celles qui se faisaient trop remarquées… Aussi, le patron jeta un regard assez peu amical à la table de nos deux amis en retournant derrière son comptoir.

Yann prit Misia par la main.

J’crois qu’on devrait partir…

Et déjà, il se dirigea vers le bar et posa quelques pièces devant le patron.

Désolé pour le dérangement … Mais bon…

Allez, c’est bon, finissez bien, répondit Salis à mi-voix.

Et voilà comment Yann et Misia se retrouvèrent de nouveau dans les rues de Paris !

Bon ben désolé pour le Chat Noir, ce sera pas là qu’on dans’ra…


Yann inspira une grande bouffée d’air frais et fixa un instant les yeux de Misia. Ce nouvel incident lui avait il coupé l’envie de s’amuser ? Voudrait-elle encore aller danser ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://soundcloud.com/yvonwestfall
Misia

avatar

Messages : 43

MessageSujet: Re: [Flashback] Au Paradis des Parias   Jeu 20 Fév - 23:27

Et schbim.

Le type se retrouva face contre terre sur le carrelage. Il s'était au moins cassé le nez, songea Misia, et à vrai dire, cette pensée ne l'attristait pas le moins du monde.

Yann, le grossier personnage et elle-même furent bientôt rejoints par M. Salis qui n'avait pas l'air très content. En même temps, si la réaction de Yann avait été pour le moins brutale, Misia la trouvait pour sa part tout à fait adaptée... Elle ne pouvait s'empêcher (d'ailleurs, essayait-elle réellement de s'en empêcher ?) de ressentir une certaine satisfaction : c'était la première fois que quelqu'un la défendait de la sorte contre l'adversité ; d'habitude,  c'était à elle et à elle seule de se protéger contre un monde pas toujours très chaleureux.  Ce n'était certes pas facile, mais à présent, elle y parvenait plutôt bien  ; seulement, elle ne cognait pas aussi fort que Yann, et même si le type était complètement saoul, elle n'aurait pas eu la force de l'envoyer valdinguer sur le carrelage.

Seulement, il s'était relevé. Tout d'abord,  Misia constata avec déception qu'il saignait juste du nez... Puis elle eut peur qu'il ne veuille se venger, et qu'il se mette à frapper le jeune Breton aka son preux chevalier.

Finalement, il était juste un peu chochotte et ne semblait pas du tout être d'humeur guerroyeuse. Fallait voir ça, le pauvre saignait du nez.
Misia le regardait avec tout le mépris dont elle était capable. Il ne le remarqua certainement pas, car il ne les regardait, se faisant raccompagner vers la sortie. Avant de partir, il lança une dernière réplique d'une rare inventivité. Misia se tourna vers Yann, à la fois parce qu'elle avait peur qu'il ne reparte à la charge, mais aussi, il fallait bien l'avouer, parce qu'elle en avait un peu envie... Mais celui-ci n'en fit rien, et elle en fut tout de même soulagée. Ce saoulot ne valait pas la peine que l'on s'acharne contre lui.

Sur ces entrefaits, Yann et Misia furent mis à la porte. Ce qui était plutôt déplaisant- ils n'avaient même pas fini leur repas !- mais plutôt compréhensible.

-Non, c'est vrai. Merci pour... pour ça.

Et si l'on avait pu sonder son regard impénétrable, on y aurait sûrement découvert beaucoup de gratitude.
Mais que ce soit pour les oeufs au plat inachevés ou la danse, Misia ne se sentait plus trop d'appétit. Si la réaction de Yann ne l'avait pas dérangée le moins du monde, elle se sentait très mal à l'aise vis-à-vis d'elle-même : pourquoi avoir choisi de l'agresser elle ? Elle n'était pas la seule jolie fille du Chat Noir pourtant. Coïncidence  ? La connaissait-il et savait-il la façon dont elle occupait ses soirées ? Ou alors- et c'était ça qui la perturbait- devinait-on qu'elle était fille de joie par un simple regard ? Elle n'était pourtant pas habillée vulgairement... pas très chaudement certes, mais elle n'était ni à moitié dénudée, ni outrageusement maquillée. Et surtout, elle n'avait rien fait pour l'agicher d'une quelconque manière.

- Je crois que je ferais mieux de rentrer.

Elle déposa un petit baiser sur la joue du jeune homme- elle en fut certainement tout aussi étonnée que lui- et s'en retourna bien vite.

L'épaisseur de la nuit parisienne la fit bientôt disparaître aux yeux de Yann Le Guélec.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yann Le Guélec
Ils ont des chapeaux ronds...
avatar

Messages : 319

MessageSujet: Re: [Flashback] Au Paradis des Parias   Mar 25 Fév - 22:08

"Rentrez bien Misia..."

Et puis, Misia partit. Yann resta un petit moment sur le trottoir, à la regarder s'éloigner, cette fine silhouette de rouge-gorge qui marchait à bonne allure vers son nid.

Ce petit baiser et sa phrase d'adieu n'autorisait rien de plus qu'un au revoir. Mais la revoir serait bien compliqué... Et c'était bien dommage car Le Guélec avait senti une belle proximité avec la jeune femme, une sorte de complicité, un peu comme avec Margot. Il aurait aimé lui proposer un autre rendez-vous, peut-être plus au calme, à la lumière du jour. Mais le destin en avait décidé autrement.

Alors, quelques instants plus tard, Yann prit également le chemin du retour. A grandes enjambées il partit vers Belleville pour y retrouver sa petite chambre sous les toits.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://soundcloud.com/yvonwestfall
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Flashback] Au Paradis des Parias   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Flashback] Au Paradis des Parias

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chronique du règne de Félix Faure :: Paris, ses faubourgs... :: Les Bas Fonds :: Le Paradis du Douzième-