AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 Etienne Moucherel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Etienne Moucherel

avatar

Messages : 2

MessageSujet: Etienne Moucherel   Lun 16 Sep - 5:43

Carton d'invitation


Registre des habitants de Paris

Nom & Prénoms : Étienne Moucherel
Âge & Date de naissance : 37 ans, 23 avril 1860.
Origine sociale : Né d'un père vendeur de rue et d'une mère employée de maison, Étienne Moucherel grandit dans un milieu populaire.
Métier, occupation : Voyou sans grande envergure (pour l'instant), il vend ses compétences au plus offrant.
Ambitions : son rêve est que l'on parle de lui, que ce soit en bien ou en mal, cela lui est bien égal...
Milieu fréquenté : Principalement les bas-fonds, mais plus généralement toute personne souhaitant disposer de ses services.
Réputation : (aucune idée, j'imagine un petit peu d'infamie ?)

Tout esprit profond s'avance masqué
Description physique et psychologique


C'est un homme relativement grand (1m70 environ) et assez mince, résultat d'une pratique du sport quasi-quotidienne. De loin, on pourrait le penser frêle, en mauvaise santé. Mais en se rapprochant, on s’aperçoit vite qu'il s'agit juste d'un corps bien taillé, sa démarche droite et fière renforçant cette impression. Des cheveux mi-longs et une barbe peu fourni encadre sa face. Ses yeux marron lancent le plus souvent un regard froid, peu amène, ce qui complète à merveille un visage en lame de couteau. Il ne ressemble pas tout à fait aux petits voleurs à la sauvette qui peuple Paris, il joue dans une autre catégorie, celle des mercenaires, capable de tout, pourvu qu'on y mette le prix. Il porte sur son corps des séquelles de cette activité, comme des cicatrices. Sa barbe est d'ailleurs là pour masquer une vilaine balafre au menton.
D'un naturel solitaire, il parle peu, préférant écouter. Son "métier" l'amène souvent à faire preuve de discrétion, ce qui, naturellement, se ressent dans son caractère. Peu démonstratif, il reste en retrait en société et se sent vraiment à l'aise lorsqu'il se croit seul. Cette discrétion lui permet donc de se fondre dans la foule, mais peut également intriguer lorsqu'il se trouve dans un cercle plus restreint.
Il fut marié, mais sa femme mourut en accouchant de leur seul enfant, mort-né lui aussi, il y a 15 ans. Depuis ce drame, Étienne ne chercha pas à retrouver une épouse, la compagnie de filles de joie lui suffisait amplement lorsqu'il le souhaitait. De plus, ses activités n'encourageaient pas à la fondation d'un foyer. Cet événement n'est surement pas étranger à sa réserve.
Ses habits sont souvent très simples, sans fioritures d'aucune sorte. Il garde cependant toujours en bon état un costume, on ne sait jamais, il pourrait lui servir un jour...
Étienne ne s’intéresse pas beaucoup à la politique, sauf si elle sert ses affaires. Il lui est déjà arrivé de... disons, décourager certains hommes politiques si le camp d'en face l'avait payé, mais peu importe les idées de chacun. Il se sent une certaine sympathie pour les anarchistes, mais il a une sympathie encore plus grande pour l'argent.
 

Seules les pensées que l'on a en marchant valent quelque chose
Test RP


 Etienne était rêveur. Il revenait de Bretagne où il avait effectué une livraison que l'on pourrait qualifier de discrète. Dans le train qui le ramenait, il se remémora brièvement les évènements qui marquèrent sa vie.
 
"Comment ai-je commencé à fréquenter le monde crapuleux ? Ah oui, la Commune. J'accompagnai mon père sur les barricades, j'avais à peine 11 ans et pourtant, le désordre mêlé à une sorte d'exaltation collective me rendait presque ivre. Il n'y avait pas que des personnes honnêtes à ce moment-là, et de fil en aiguille, des contacts se sont noués et des amitiés sont nées. En grandissant, le vol était devenu mon passe-temps favori. Nourriture, bijoux, petite quincaillerie, je ne volais pas pour subvenir à mes besoins, mais par goût, par amour du risque. Le temps passant, les vols se sont transformés en intimidation, en cambriolage, ou encore en petit trafic.
 Mais il y eu une rencontre : celle de ma femme, Marie. Pour elle, j'aurais changé, j'ai d'ailleurs arrêté toutes mes petites affaires un temps pour travailler comme mon père, en tant que vendeur de rue, mais il faut bien avouer que cela ne me convenait guère. A chaque passant, j'imaginais mille et une façons de le détrousser. Alors je repris ce que je savais faire de mieux : la rapine.
 Puis il y eu la mort de Marie, une terrible et douloureuse épreuve. Je ne sais encore pas aujourd'hui comment j'y ai survécu. Quand une peine vous submerge, il est parfois difficile de refaire surface, et ce fut le cas. Du jour au lendemain, je me retrouvais seul. J'ai alors juré de ne plus aimer personne comme Marie."

Soudain, le train ralentit, puis s'arrête. Paris, déjà ? Non, mais aucune explication n'est donnée sur le pourquoi de cette halte. Le train repart et avec lui, les pensées d’Étienne.

 "Aujourd'hui, ma vie est simple, on me paye, j'effectue ce que l'on me demande, et puis je disparais, c'est aussi simple que ça. Bien sûr, il y a parfois quelques imprévus, mais il me semble que mes services sont plutôt appréciés.
 En rentrant à Paris, je vais enfin retrouver mes quartiers. La province, c'est bien, mais rien ne vaut la capitale. J'y ai toujours vécu, peut-être est-ce pour cela que je m'y plais tant... Mais comment rester insensible face au foisonnement d'idées, aux rassemblements toujours plus grands d'hommes ? Comment ne pas apprécier les spectacles des théâtres, les foules se bousculant dans les gares ou l'ambiance si particulière des quartiers les plus populaires ?"

Tout en songeant à ces questions, Etienne se mit à regarder par la fenêtre. Le train était arrivé. Sur les quais se croisait passager de première et de troisième classe, un mélange des genres que l'on n'aurait jamais cru possible à Paris. Etienne, lui, se dirigea dehors, pris une grande bouffée d'air, regarda le ciel et, enfin, parti rejoindre son logement.
 

Theatrum mundi

Pseudonyme : Aucun, appelez-moi Etienne !
Âge : 20 ans
D'où nous venez-vous ? tourdejeu, google, etc. je ne me souviens plus très bien...
Quelque chose à nous dire ? Je cherchai un Rp avec un bon fond historique, sans fantastique, je crois que je suis tombé au paradis !


Dernière édition par Etienne Moucherel le Ven 20 Sep - 1:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pierrot Lunaire
La bouche clownesque ensorcèle comme un singulier géranium
avatar

Messages : 2896

MessageSujet: Re: Etienne Moucherel   Lun 16 Sep - 10:37

Hey Etienne ! 8D
Très chouette fiche, que j'ai plaisir à valider. Il ne te reste plus qu'à créer ta feuille de personnage et te trouver un RP. Sois le bienvenu parmi nous !
(Si c'est ton délire, le jeu de savoir-vivre est encore ouvert jusque mercredi Wink)

_________________
Qui c'est, lui ? Liste des PNJs utilisés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://locution-des-pierrots.blogspot.com
 

Etienne Moucherel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chronique du règne de Félix Faure :: En scène ! (hors RP) :: Les Acteurs de bonne foi :: Spectacle vivant-