AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Augustin Lepic
Une belle écriture mène à tout.
avatar

Messages : 72

MessageSujet: Re: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   Dim 22 Sep - 8:51

« Oui, sans doute... »

Il a répondu distraitement.

Dans ce couloir étroit où ils ne peuvent marcher de front, Augustin est passé derrière le militaire. Il est plongé dans ses pensées. Puis soudain, alors qu'ils sont seuls, loin des loges déjà, pas encore dans la salle, il s'arrête :

« Pourquoi il dit jamais rien, ce type qui joue Fifi ? Quand on a une petite actrice qui débute, comme ça, qui a peur, on essaye d'être gentil, non ? »

Il est contrarié, énervé presque. C'est peut-être un exutoire à son angoisse.

« Quelle idée, vraiment, de s'être engagée ici ! Ne pouvait-elle rester à l'Opéra ? C'est tout de même moins glauque, l'Opéra, non ? »

Attend-il vraiment une réponse de l'officier ? Moins une réponse, peut-être, qu'une présence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dominique Lebrun
Être homme ? tu le peux. Va-t'en, guêtré de cuir
avatar

Messages : 160

MessageSujet: Re: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   Lun 23 Sep - 1:18

Moins glauque, peut-être pas ; plus porteur pour sa carrière, sûrement. Mais qu'une petite danseuse de l'Opéra quitte le palais Garnier pour s'embaucher dans un endroit comme celui-ci, c'était effectivement inattendu.

Dominique s'arrêta à son tour et se retourna. L'homme était irrité, presque inquiet pour la jeune actrice. Décidément, il ne pouvait s'agir entre eux du genre de relation qui se noue entre un homme et ce genre de demoiselle. Il imaginait mal monsieur fureter dans les couloirs de l'Opéra en louchant sur les jeunesses qui se changeaient.
Non, ce devait être autre chose. Famille ? Fille d'un ami ? Filleule ?

« C'est quelqu'un qui vous est proche ? Je demande, parce que vous semblez touché par sa situation. »

C'était le moins que l'on pouvait dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Augustin Lepic
Une belle écriture mène à tout.
avatar

Messages : 72

MessageSujet: Re: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   Lun 23 Sep - 21:29

Augustin est presque étonné d'entendre quelqu'un lui répondre. Il prend conscience du ton qu'il a eu pour gronder et s'apaise, soupire.

« Proche, non. C'est une gamine qui s'est retrouvée sur ma route, on a discuté, il y a quelques temps... »

Il passe une main dans ses cheveux. Hésite à en dire plus. Mais il est pudique, l'instituteur.

« Elle m'a touché, dans un sens. Oui. »

Sa main retombe.

« C'est pour ça que je suis venu. Pas que les pièces me passionnent... » Petite grimace pour signifier que le programme n'est pas vraiment à son goût. « Vivement que la soirée se termine... »

Et l'accent avec lequel il a prononcé ces derniers mots laisse entendre combien il est sincère, combien il a hâte de voir le rideau se refermer et ses angoisses bêtement démenties.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yann Le Guélec
Ils ont des chapeaux ronds...
avatar

Messages : 319

MessageSujet: Re: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   Mar 24 Sep - 22:23

Dans la salle, les spectateurs revenaient les uns après les autres à leur place. Yann devait souvent se lever pour les laisser passer. Mais cela ne le dérangeait pas, il était même content d’échanger une amabilité avec qui daignait le remercier de ce petit geste. Au bout d’un moment, le breton se rendit compte que certaines personnes louchaient sur son col de chemise. Certes il n’avait mis ni cravate, ni nœud papillon mais était-ce une raison pour…

Ah mais ! Qu’est-ce que…

En tâtant le dit col, il s’aperçut qu’un des pans de celui-ci était relevé ! "Quel crime de mode", devait-on penser ici ou là !

Yann n’en fût pas à ce point choqué mais, tout de même, il se demanda depuis combien de temps ce fichu col s’était ainsi mis et si la belle jeune fille l’avait vu ainsi fagoté ! Se faisant,  il le remit d’aplomb en rougissant légèrement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://soundcloud.com/yvonwestfall
Dominique Lebrun
Être homme ? tu le peux. Va-t'en, guêtré de cuir
avatar

Messages : 160

MessageSujet: Re: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   Mer 25 Sep - 9:25

Ah, un sentimental donc. Pourquoi pas après tout, l'époque n'en regorgeait pas vraiment et quelque part, il était rafraîchissant de constater qu'ils n'avaient pas disparus.

« Ah je vois. »

Pas vraiment en fait. Voir quoi ? C'était plus une formule tout faite qu'autre chose.
Chemin faisant, ils étaient quasiment arrivés au hall et le moment de se séparer se rapprochait. L'ennui, dans une grande robe grise, semblait attendre Dominique, sagement assise dans sa loge. Le militaire n'avait pas cru bon de devoir emmener une dame dans ce lieu, voir ces choses ; aussi était-il venu seul. Était-ce le spectacle qui était moins à son goût que d'habitude ou, justement, le silence d'une loge vide qui le forçait à se préoccuper de ce qui se passait sur scène ? Il n'aurait su le dire, un peu des deux, probablement.

«  Oui, la soirée vaut plus par son décor et son originalité que par les pièces. Mais enfin... »

Un petit geste pour dire qu'on ne s'attendait pas non plus au chef-d’œuvre de l'année.

« Vous travaillez à l'Opéra monsieur... ? Monsieur ? »

Que ferait-il à l'Opéra : aucune idée. Mais il aurait pu y croiser la gamine ; développer le goût d'autres genres de spectacles que ceux-ci. Et puis, il n'avait pas la moindre idée d'avec qui il discutait depuis tout à l'heure, et cela, autant c'était acceptable dans une soirée privée où on estime que tout le monde est de bonne compagnie, autant cela passait mal dans cet endroit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elke von Herzfänger
Un jour je serais, le meilleur dandy, je moustach'rai sans répit
avatar

Messages : 358

MessageSujet: Re: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   Jeu 26 Sep - 22:03

- Il est clair qu'il n'y avait point tout cela dans les petites pièces que nous avons vues. Rien pour racheter leur "impertinence", comme vous dites. Il faut que tout soit résolu à la fin, que rien ne subsiste de la transgression une fois le rideau tombé, sinon où va-t-on, permettez-moi de le demander... ? Mais... vous-même, Monsieur, que comptez-vous faire pour laisser oublier votre propre audace ?

Il regarda un instant le dramaturge avant de lui sourire, de façon presque aimable.
« Mais faire tomber le rideau, naturellement. Néanmoins, Monsieur, est-ce qu'on ne dit pas la chance sourit aux audacieux ? C'est le fortune qui vous a placé sur mon chemin et la audace m'a lancé sur le vôtre : la sottise seule me aurait retenu. »

Soudain la sonnerie retentit. La dernière sélection de cette joyeuse rhapsodie allait enfin avoir lieu. Ne fut-ce pour l’apparat et les délicieux commérages, Elke ne serait venu qu'à ce morceau-là, mais...

« Aber, Monsieur, je crois que le meilleur est à venir. N'étons-nous pas tous ici ce soir pour cette pièce-là ? » Il lui adressa un dernier sourire puis, le saluant poliment « Monsieur. », il prit congé de lui.

Naturellement, il eut été bienséant de revenir s'asseoir dans la loge avec le mystérieux couple, mais si tout un chacun n'était pas, en fait, venu pour assister à la mort de la Prusse, c'était le cas du jeune allemand ; et ciel ! on n'y voyait rien là-haut ! Il se dirigea ainsi vers les premiers rangs, profitant du manque de goût de certains badauds qui étaient partis à l'entracte.

Là... il ne raterait rien du spectacle, c'est certain.


Dernière édition par Elke von Herzfänger le Jeu 26 Sep - 23:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pierrot Lunaire
La bouche clownesque ensorcèle comme un singulier géranium
avatar

Messages : 2896

MessageSujet: Re: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   Jeu 26 Sep - 22:03

Le membre 'Elke von Herzfänger' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé spécial * ' :

Résultat : 4, 5

Citation :
M. et Mme *** furent passablement offusqués par la conduite de leur comparse, mais ils mirent sur le compte de la fougue de la jeunesse cette impertinence. Le gamin, en outre, ne manquait pas d'esprit. Ils se promirent davantage de prudence mais ne rayèrent pas M. von Herzfänger de la liste de leurs relations.

En outre, une place en plein milieu du premier rang s'était libérée et le prussien serait donc aux premières loges pour profiter du spectacle...


Dernière édition par Pierrot Lunaire le Ven 27 Sep - 23:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://locution-des-pierrots.blogspot.com
Babylone
Paradoxe de la cité moderne
avatar

Messages : 67

MessageSujet: Re: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   Ven 27 Sep - 9:39

Raccompagnée telle une vulgaire fouineuse.
Fouineuse tu l'es, il n'y a aucun doute. Mais vulgaire ?
Tu lèves la tête bien haut, ignores royalement Mascarille lorsqu'il te raccompagne "poliment" vers la sortie des coulisses et descends les escaliers avec un aplomb et une fierté digne d'une Impératrice.
Aucun pas en direction des sièges, jamais tu ne rejoindras ta place en catimini au milieu de l'obscurité, pas toi Babylone.
Tu te diriges vers le hall, la démarche sûre et le port altier.
Un vide reposant t'accueille dans ses bras de silence.
Allant t'asseoir sur une banquette, tu admires l'ancienne église et humes le doux parfum du sacré bafoué.
Les minutes s'écoulent, tes paupières s'abaissent doucement, tu plonges dans la douceur d'un sommeil aussi léger que la plume de Mucha.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Augustin Lepic
Une belle écriture mène à tout.
avatar

Messages : 72

MessageSujet: Re: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   Lun 30 Sep - 0:04

« Pas du tout... Je suis instituteur. Augustin Lepic. » ajoute-t-il en tendant la main à l'officier.

Et sur cette brève présentation, ils rentrent par l'arrière de la salle au moment où le rideau se lève. Là-bas, sur scène, Sidonie apparaît bientôt, donnant la réplique à l'acteur entrevu tout à l'heure. Augustin n'a pas envie de rejoindre sa place, de retourner se coincer au milieu de ce rang... Il se dit qu'avec un peu de chance, la pièce sera courte ; il peut donc rester debout, là, dans l'obscurité, et suivre la scène avec une angoisse qui n'a rien à envier au trac de Sidonie.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antoine "Le Zozio" Viret
Si votre ramage se rapporte à votre plumage, vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois
avatar

Messages : 238

MessageSujet: Re: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   Jeu 3 Oct - 7:38

Voilà donc à quoi ressemblait ce fameux Leroy ! Quel regard ! C'était à se demander s'il n'était pas vraiment Prussien, tant il arrivait à rendre la fourberie de ces vainqueurs !
Après ce qu'il avait surpris de on-dits pendant l'entracte, ce personnage intriguait d'autant plus notre Zozio qui, tant il était pris par la scène devant ses yeux, se trouvait à moitié levé sur son siège, pour ne pas manquer une miette de la pièce.
Et la petite Sidonie n'était pas mal non plus, dans son rôle. Mais jouer une prostituée était un vrai rôle de composition pour une ancienne de l'Opéra...

Le ramoneur regarda sa fiancée. Appréciait-elle autant que lui la pièce, ou était-elle effrayée de ce qui allait se passer ?

Et la lame scintilla, et les mains d'Antoine se crispèrent sur son siège.
Alors, allaient-ils vraiment oser ?

Un sourire de plus en plus grand se dessina sur le visage du drôle d'oiseau.
Il avait hâte de voir ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yann Le Guélec
Ils ont des chapeaux ronds...
avatar

Messages : 319

MessageSujet: Re: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   Jeu 3 Oct - 19:58

Et Yann se rassit
Et les lumières s'éteignirent à nouveau
Et sa belle sirène n'était pas revenue
Et les scènes s'enchainaient
Et la tension montait
Et elle n'était toujours pas là
Et la lame scintillait à présent
Où pouvait-elle donc être, la reine du théâtre d'un soir ?

Une goutte de sueur froide perla sur le front du jeune homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://soundcloud.com/yvonwestfall
Pierrot Lunaire
La bouche clownesque ensorcèle comme un singulier géranium
avatar

Messages : 2896

MessageSujet: Re: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   Ven 4 Oct - 4:11

Dans la salle de spectacle

Le rideau s'ouvrit sur un château délabré. Des dignitaires prussiens évoquaient l'ennui de ce coin de Normandie, loin de tout, où ils avaient été envoyés pour cette guerre. Pour tromper son ennui, l'un d'eux - Mademoiselle Fifi, absent de la scène - se laissait aller à des carnages qui, il fallait bien l'avouer, mettaient un peu d'animation dans le château endormi...


    - A l'autre aile du château, vous savez bien, dans cette grande galerie, remplie de tableaux et d'étagères à vitrines, renfermant un tas de bibempts, des statuettes, des potiches, des bonshommes de Saxe, des magots de Chine, des ivoires et des verres de Venise...
    - Il a fait sauter tout cela ?...
    - Mais oui !
    - Mon Dieu ! Que je regrette donc de ne pas m'être trouvé là !
    - Le fait est que c'était charmant !
Des murmures se laissèrent entendre, parmi les spectateurs : le texte de Maupassant n'avait pas perdu de sa force, et l'on s'indignait toujours... Sur scène, arrivait justement Mademoiselle Fifi. Aristide Leroy était botté, éperonné, et il maltraitait, avec une méchanceté notoire, le curé et le sacristain.


    - C'est inconcevable, lieutenant, le besoin de ravage dont vous êtes travaillé !


Un vrai méchant de roman-feuilleton... ! Et la pièce suivit son cours... Les prussiens eurent bientôt l'idée de faire venir des filles de la ville, et bientôt une flopée de prostituées entra en scène. Toutes avaient le sourire aux lèvres et des manières câlines de chattes - toutes sauf une, Rachel, jouée par la jeune Sidonie Bianchon. Il y avait dans son regard une gravité insoupçonnée, qui seyait bien au personnage...

Tous s'installèrent sur une table, où l'on avait servi un festin. Tandis que les officiers minaudaient avec ces dames, Fifi pinçait Rachel, lui marchait sur les pieds. Elle finit par se récrier... Leurs regards se croisèrent, brûlants... Puis Fifi assit Rachel sur ses genoux l'embrassa d'autorité, sous les applaudissements des autres - c'eût pu être le moment de la réconciliation, et les prussiens se réjouissaient de l'armistice... Mais la jeune fille poussa un cri à arracher des frissons - c'est qu'elle jouait pas mal, la gamine... Lorsque Fifi s'éloigna, le public poussa une exclamation : un filet de sang, plus vrai que nature, coulait sur la joue laiteuse de la jeune fille... Quelques spectateurs se dandinèrent sur leur siège, mal à l'aise, et l'on entendit du remue-ménage dans les loges, comme si certains se préparaient à partir... Rachel, quant à elle, se mesurait à Fifi du regard, et lâcha avec une colère contenue : " Vous savez, cela se paie, cela... "

Il fallait dire que la petite danseuse était crédible dans le rôle. Sa voix de crécelle était devenue un peu plus grave, comme voilée, et elle semblait soudain si sérieuse, si contenue, elle qui ne savait pas s'arrêter de piailler en dehors des planches... ! Pour sûr, elle était transformée !

Vint alors le moment que tous attendaient : cet épisode où tout allait se décider, se déchaîner, ce passage que tout le monde attendait - même au théâtre, l'on n'égorgeait point du Prussien tous les jours... Pris par l'ivresse, dans l'enthousiasme général, les prussiens se laissaient aller aux péroraisons des vainqueurs, devant de pauvres prostituées françaises dont le sourire avait fané. Toutes baissaient les yeux, imitant fort bien la gêne et la honte... Seule Rachel gardait la tête haute, les sourcils froncés, toute à sa colère. Elle éclata lorsque Fifi posa sa coupe de champagne sur sa tête et proclama, de sa voix de fausset : " A nous aussi, toutes les femmes de France !"



    - Ça, ça ! ça n'est pas vrai, par exemple ! Vous n'aurez pas toutes les filles de France !
    - Elle est bonne, celle-là, elle est bien bonne !... Qu'est-ce alors que tu viens faire ici, petite ?
    - Moi ! moi ! je ne suis pas une femme, moi ! je suis une putain ! C'est bien tout ce qu'il faut à des Prussiens !


Cela dura une fraction de seconde. Il la gifla et - ... l'avait-il réellement giflée ? - on entendit fort distinctement le claquement de sa main sur la peau. Sidonie sembla étourdie et manqua presque de tomber, mais elle se rattrapa à la table et saisit un couteau. Elle se précipita vers Fifi et lui trancha la gorge - gerbe de sang. On s'écria dans la salle - certaines dames s'évanouirent. Fifi pâlit, vacilla mais il eut le temps de prendre quelque chose dans sa poche et de saisir le poignet de la jeune fille, d'un geste sec, sans hésitation, avant de s'écrouler sur le sol, comme mort. Celle-ci poussa un petit cri étouffé, regarda autour d'elle d'un air surpris, tituba, renversa un candélabre - qui s'éteignit dans la chute, cela semblait prévu. Elle se traîna plus qu'elle ne courut à la fenêtre, disparut dans les coulisses. Silence... Puis, la stupeur passée, l'on ne sut plus où donner de la tête : les femmes hurlaient et tentaient de se cacher, les prussiens hurlaient des ordres - on entendait, au loin, des coups de feu. Aristide Leroy fut porté sur la table et le dîner de fête se transforma en repas mortuaire... Dans une dernière scène, le curé et le sacristain se confièrent, seuls à seuls, que Rachel était sauvée. Mais étrangement, il y avait quelque chose de faux dans leur maintien - c'était bien dommage, de confier la dernière scène à de si mauvais acteurs.

Le rideau tomba, tandis que l'on entendait une cloche sonner, dans les coulisses. Le spectacle était-il fini... ? On entendait, derrière les applaudissements timides, des bruits sourds derrière le rideau et des éclats de voix. Dans le public résonna la voix de stentor de M. Athys : "Mais ce n'est pas du tout comme cela dans la nouvelle ! Ciel, quelle bonne idée, le prussien qui veut riposter... Et c'était si bien joué !" (... ?!)

Le rideau se releva enfin - on avait poussé à la hâte les décors plutôt qu'on ne les avait retirés. Les acteurs saluèrent d'un geste rapide et nerveux. Mais il y avait quelque chose de bizarre : deux d'entre eux, Sidonie Bianchon et Aristide Leroy manquaient à l'appel.

Citation :
Et un jet de perception pour tout le monde Wink!

_________________
Qui c'est, lui ? Liste des PNJs utilisés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://locution-des-pierrots.blogspot.com
Eugénie Landreau
Ninie-La-Noiraude
avatar

Messages : 243

MessageSujet: Re: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   Ven 4 Oct - 8:26

Eugénie était demeurée bien silencieuse. Seules ses mains crispées sur ses genoux témoignaient de ce qu'elle ressentait au sujet de la pièce. L'ambiance était malsaine, entre ces Prussiens dévorant nourriture et femmes comme des ogres affamés et ces prostituées, pantins que les Prussiens manipulaient à leur guise.

La scène semblait réelle. Bien trop réelle et c'est de là que naissait le malaise. Eugénie souffrait pour Rachel. Elle souffrait de son humiliation, de ses blessures. Mais quand le couteau trancha, ce ne fut pas un cri de victoire qui sortit des lèvres d'Eugénie. Mais un cri de douleur. Un cri d'horreur. Eugénie avait mis ses mains sur sa bouche, mais le cri avait retenti parmi ceux du public.

— Il est mort !

Par "il" elle entendait aussi bien le personnage que l'acteur. Preuve peut-être que l'acteur jouait bien son rôle, trop bien même. Eugénie n'eut pas même la force d'applaudir les acteurs, remarquant sans peine qu'il en manquait deux.

— Le Prussien, il... n'est pas là... Ils l'auraient vraiment saigné pour faire plus vrai ?

Question stupide de femme, probablement. Mais n'empêche que cette absence, et celle de l'actrice jouant Rachel, avait de quoi faire tiquer. Eugénie divaguait-elle ou avait-elle approché la vérité ?


Dernière édition par Eugénie Landreau le Ven 4 Oct - 8:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sowsow07.tumblr.com/
Pierrot Lunaire
La bouche clownesque ensorcèle comme un singulier géranium
avatar

Messages : 2896

MessageSujet: Re: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   Ven 4 Oct - 8:26

Le membre 'Eugénie Landreau' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Perception' :

Résultat : 1

_________________
Qui c'est, lui ? Liste des PNJs utilisés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://locution-des-pierrots.blogspot.com
Antoine "Le Zozio" Viret
Si votre ramage se rapporte à votre plumage, vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois
avatar

Messages : 238

MessageSujet: Re: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   Ven 4 Oct - 20:19

Du sang, vraiment ! Magnifique ! Le Zozio faillit applaudir dès le coup de couteau, mais il se retint. Ce n'était pas le bon moment. De plus, il entendit sa fiancée pousser un cri. Le ramoneur se rassit et lui prit la main pour la conforter.
Le rideau se leva, et il manquait les deux acteurs principaux.

— Le Prussien, il... n'est pas là... Ils l'auraient vraiment saigné pour faire plus vrai ?

Il aurait aimé dire à sa Ninie que c'était ridicule, qu'ils n'auraient jamais fait cela... Mais lui-même n'en était plus si sûr. Son sourire avait disparu.
Ses sourcils froncés, Antoine observa la scène, en attente... De quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pierrot Lunaire
La bouche clownesque ensorcèle comme un singulier géranium
avatar

Messages : 2896

MessageSujet: Re: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   Ven 4 Oct - 20:19

Le membre 'Antoine "Le Zozio" Viret' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Perception' :

Résultat : 6

_________________
Qui c'est, lui ? Liste des PNJs utilisés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://locution-des-pierrots.blogspot.com
Dominique Lebrun
Être homme ? tu le peux. Va-t'en, guêtré de cuir
avatar

Messages : 160

MessageSujet: Re: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   Sam 5 Oct - 2:55

De retour dans sa confortable loge, Dominique suivait distraitement la pièce. Il rêvassait sur l'étrange duo que formait l'instituteur et la comédienne – pas mauvaise, au demeurant. Une ancienne élève peut-être ?
Un « clac » fit revenir son attention sur la scène : elle venait de se faire gifler. Attendez, pour de vrai ?! Mais déjà, elle avait le couteau en main, s'apprêtait à frapper et.. oh ! La gerbe de sang, aussi réaliste que la claque... aussi vraie ?

La dernière scène était mal jouée et presque en trop. Mais quelqu'un s'en était-il rendu compte ? Il semblait que tous étaient restés sur la mort du Prussien. Puis le rideau tombe, on regardait ses voisins, on ne savait que faire. Quelques applaudissements pour la forme, mais l'ambiance était de plomb.

Alors quand le rideau se releva pour le salut, bref et fébrile ; quand il se rendit compte que la petite, et le Prussien, manquait – étrange tout de même, que les héros de l'histoire ne saluent pas – une sourde interrogation monta.

Dominique se leva. Méténier aurait sûrement des réponses à donner sur ce qui ferait parler tout Paris dès le lendemain. En chemin, peut-être recroiserait-il l'instituteur. Dans quel état devait-il être !
Car enfin, que se passait-il donc dans les coulisses de cet étrange théâtre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pierrot Lunaire
La bouche clownesque ensorcèle comme un singulier géranium
avatar

Messages : 2896

MessageSujet: Re: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   Sam 5 Oct - 2:55

Le membre 'Dominique Lebrun' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Perception' :

Résultat : 1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://locution-des-pierrots.blogspot.com
Elke von Herzfänger
Un jour je serais, le meilleur dandy, je moustach'rai sans répit
avatar

Messages : 358

MessageSujet: Re: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   Sam 5 Oct - 3:15

Il advint qu'un beau soir
l'Univers se brisa


Le rideau s'ouvrit enfin. A les entendre deviser sur l'ennui et ses différentes variations, Elke ne pu s'empêcher de sourire, d'éprouver, même, de l'empathie pour ces braves garçons coincés dans cette campagne perdue. Maupassant avait, sans nul doute, le même amour éperdu pour la Normandie que Ludwig pour sa tendre Bavière...

Puis un instant, c'est la salle qu'il écouta. Son regard plongea dans l'obscurité et, les oreilles à l'affût, il guettait les rumeurs qui s'insinuaient ça et là, de bouches en bouches. Jusqu'ici il n'avait jamais eu l'opportunité de goûter l'arrière goût haineux que le peuple français pouvait nourrir à l'égard du sien ; on n'avait effectivement pas osé lui faire de remarque : sans doute était-on déjà trop occupé à envier son statut social... bassesse populaire...

Quelques gouttes de condescendance vinrent troubler l'éclat du vin qu'était son amour pour la population parisienne.


QUAND SOUDAIN,
LE THÉÂTRE DEVINT INUTILE AU THÉÂTRE.


Une détonation mat et claire transperce les tympans. L'air se fige. Une vague de clameur alors que la fille s'écrase plutôt qu'elle ne se rattrape à une table échouée là. Bruit de breloques, la vaisselle vacille, Rachel saisit un couteau.

Les yeux d'Elke s'écarquillent, son cœur rate un battement. Le prussien tangue, pâlit, pourtant le sang qu'il perd est le même qui monte aux joues du jeune allemand. L'adrénaline affole ses tempes, excite ses nerfs et double sa vigilance. C'est une cascades d'émotions, un torrent qui l'afflige : l'enthousiasme de l'ultraréalisme, l'ardente curiosité morbide, la satisfaction malsaine du sang exhibé. Il voit Fifi mettre la main à sa poche, il le voit s'écrouler, il voit la petite s'enfuir, avec effarement et difficulté. Dans son cœur le chaos : il n'a jamais assisté à spectacle si poignant ! La salle, ivre, tel un équipage soudé, se dresse comme un seul homme : ça trombe, cri, se fracasse avec tonnerre comme une déferlante sur les côtes bretonnes.

La dernière scène calme à grand peine la clameur générale ; la tempête passée, d'aucuns se targuent encore de manifester leur avis. Mais l'excitation du garçon ne connait qu'un faible répit. On vient saluer, mais il manque Fifi et Rachel. Or Elke a lu la nouvelle, et ce n'est pas tant cette mise en scène divergente qui l'intrigue que la brillante absence des deux comédiens ; il vérifie aussitôt la distribution et, dans la débâcle apaisée de ses sentiments, jaillit à sa conscience une pensée. Alors que certains continuent d'applaudir et que la grande marée humaine se déverse d'ores et déjà dans le hall, chahutant à tout va dans toute la salle, le garçon saisit l'opportunité du mouvement de foule et se faufile, comme de plein droit, vers les coulisses.

Et, avec le même naturel qu'on venait de voir sur scène, il pénètre l'envers du décor.


Dernière édition par Elke von Herzfänger le Mer 16 Oct - 0:02, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pierrot Lunaire
La bouche clownesque ensorcèle comme un singulier géranium
avatar

Messages : 2896

MessageSujet: Re: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   Sam 5 Oct - 3:15

Le membre 'Elke von Herzfänger' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Perception' :

Résultat : 4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://locution-des-pierrots.blogspot.com
Yann Le Guélec
Ils ont des chapeaux ronds...
avatar

Messages : 319

MessageSujet: Re: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   Dim 6 Oct - 21:24

Yann fût happé par le spectacle. Il tel réalisme, de tels acteurs. Il y croyait et n’entendait pas les murmures et les commentaires de ses voisins. C’était comme s’il était dans ce château, à partager le repas des prussiens et des filles. Il avait d’ailleurs choisi son camp. Non pas qu’il était spécialement anti-germanique mais ces manières, ces filles qu’on claque des doigts, ce n’était pas sa conception de la chose… Ainsi, il fût assez content quand la petite française vint à trancher la gorge du soldat. C’est d’ailleurs à ce moment qu’il se « réveilla » car les gens (et surtout les femmes) poussèrent des cris, effrayés. Et puis bientôt, après quelques scènes de conclusion, le rideau tomba et les applaudissements commencèrent, timidement. Le premier réflexe de Yann fût de se lever, de regarder à sa gauche, la place toujours vide. Il pensait que la soirée allait se finir comme ça. Alors, afin d’éviter de devoir laisser passer tout le rang devant lui, il s’apprêta à partir.

Il entendit une voix d’homme, puissante, dire quelque chose comme « Mais ce n'est pas du tout comme cela dans la nouvelle ! Ciel, quelle bonne idée, le prussien qui veut riposter... Et c'était si bien joué ! »
Mais c’est la forme (cet homme qui se permet de donner son commentaire à tout le monde) plus que le fond qui fit tiquer notre jeune breton. Il se retourna vers la salle pour voir qui avait pu prononcer ces mots, qui pouvait avoir la verve et l’autorité de s’exprimer ainsi ! Mais il ne le vit pas. Il vit, par contre, que le rideau se levait sur les acteurs de la soirée, alignés, saluant le public.
Drôle de coutume !

Yann, au pas de la porte du hall, se retourna vers la scène pour applaudir une dernière fois les acteurs de ce beau spectacle avant de rejoindre le hall.

Et là, il la vit de nouveau ! Belle, évidemment, mais endormie cette fois. Presque allongée sur une banquette. Le Guélec lui trouvait un air plus simple, moins hautain. Elle n’était plus intouchable, inatteignable. Elle avait une sorte de vulnérabilité qui la rendait touchante.

Yann s’avança vers elle. Il regarda autour et ne vit personne. Ils étaient seuls. Étrangement seuls dans un lieu contenant tant de monde ! Alors, alors que les applaudissements assourdis par les portes et les murs qui les séparaient de la salle, il posa doucement la main sur l’épaule de la princesse et lui demanda, à mi-voix, pour ne pas l’effrayer :

Mademoiselle ? Tout ... Tout va bien, mademoiselle ? Le … les … les gens vont arriver…

Comme s’ils avaient quelque chose à craindre d’eux … Le goéland voulu profiter de cet instant de calme, seul avec elle, pour ... pour lui proposer de partir, de s’enfuir avec elle, de prolonger le rêve. Ce rêve qui, probablement, n’était que le sien…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://soundcloud.com/yvonwestfall
Pierrot Lunaire
La bouche clownesque ensorcèle comme un singulier géranium
avatar

Messages : 2896

MessageSujet: Re: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   Dim 6 Oct - 21:24

Le membre 'Yann Le Guélec' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Perception' :

Résultat : 1

_________________
Qui c'est, lui ? Liste des PNJs utilisés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://locution-des-pierrots.blogspot.com
Babylone
Paradoxe de la cité moderne
avatar

Messages : 67

MessageSujet: Re: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   Ven 18 Oct - 8:51

Un touché, hésitant de spontanéité. Cette spontanéité qui t'a tant touché.
Les cils battant gracieusement, tu renoues avec les réalité plus triste et âpre que de la cendre. Ton rêve était bien plus vrai. Un rêve de meurtre, un rêve de sang, un rêve de cris.
Le jeune homme du 86 est là, la main posée sur ton épaule délicate. Tu ne t'en offusques pas, ce n'est pas le registre à jouer à ce moment précis.
Tu souris, douce, innocente.

"Merci Monsieur."

Premiers mots sortant de tes lèvres enivrantes. Un jeune homme chanceux que ce 86 : peu ont le privilège d'entendre ta voix, aussi soyeuse et profonde que la luxure.
Tu te lèves, arranges ta robe d'un geste délicat et lances un autre de tes battements de cils fatals.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yann Le Guélec
Ils ont des chapeaux ronds...
avatar

Messages : 319

MessageSujet: Re: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   Mer 23 Oct - 4:08

Yann resta un moment silencieux devant Babylone qui s’éveillait doucement, ouvrant ses yeux clairs, souriant sereinement et parlant d’une voix douce et mélodieuse :

"Merci Monsieur."

Deux mots. Juste deux mots pour remettre un homme à tes pieds, Babylone !

Puis elle se leva, remit sa robe en place et regarda encore un instant le jeune breton envoûté.

Lui resta un petit moment figé, les yeux rivés sur la demoiselle qui semblait, elle aussi, attendre quelque chose. Yann, sorti de ses songes par un battement de cils engageant, se sentit obligé de parler.

Vous… Voulez-vous que je vous raccompagne ? Le … les rues de Paris sont… un peu dangereuses par ici.

Déjà autour d’eux, à travers les portes, les sons, le brouhaha des voix se faisaient plus forts, plus proches, plus oppressants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://soundcloud.com/yvonwestfall
Pierrot Lunaire
La bouche clownesque ensorcèle comme un singulier géranium
avatar

Messages : 2896

MessageSujet: Re: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   Lun 28 Oct - 22:56

Dans le hall


La salle se vidait, peu à peu. Dans le théâtre qui se vidait, une sorte de résonance – un écho un peu lourd. Quelque chose venait de se passer... Dans le hall, des serviteurs pâles comme la mort disposèrent sur des tables, déjà prêtes, les éléments d'un buffet bien garni. On servait du champagne. Mascarille arriva bientôt, et jeta un oeil amusé à M. Le Guélec et à Babylone :

- Le spectacle était trop dur pour Madame, j'imagine... ? leur lança-t-il, d'un ton moqueur. Cependant, il serait dommage de partir maintenant, je vous l'assure. Êtes-vous de ceux qui refuseraient un buffet gratuit ?

Il jaugea Yann avec un air goguenard... avant de se tourner, tout sucre tout miel, vers les spectateurs qui se déversaient maintenant dans le hall. Il semblait, après avoir été portier puis acteur, avoir revêtu le costume du maître de cérémonie. D'une voix forte, il invita donc les spectateurs à se rafraichir :
- Mesdames et Messieurs, la direction du Grand-Guignol a le plaisir de vous offrir quelques rafraichissements. Prenez donc une petite collation avant d'aller affronter la fraîcheur des nuits parisiennes ! Et, bien entendu... Dites-nous votre sentiment sur ce que vous venez de voir.

Ses yeux étincelèrent étrangement. Mais... Pourquoi était-ce lui et non Méténier qui tenait soudain ce rôle... ?

~ * ~

Dans les coulisses


Chaos ou effervescence, l'agitation était telle, dans les coulisses, qu'on laissa le prussien s'y inviter sans y prendre garde. Quelques rares acteurs - figurants et jolies femmes - demeuraient là, hagards et stupides. Au loin, dans le fond de la scène, Oscar Méténier donnait des instructions d'une voix nasillarde.

- Vous l'évacuerez par derrière. On la r'trouvera dans la ruelle - appelez la Sûreté, j'veux pas qu'on vienne fermer ce théâtre, mais c'pas une raison d'la traiter sans respect, c'te pauvre gamine..... On donnera tous le signalement d'ce gars, il s'en sortira pas comme ça. Mais faites-donc - non, attendez - NE DISCUTEZ PAS, on n'a pas le choix. Vous savez comme la censure nous a déjà dans le colimateur...

Et son oeil errait de part et d'autre, presque fou. Ce fut dans ce mouvement qu'il aperçut M. von Herzfänger. Il se précipita vers lui :

- Mais qu'est-ce que vous faites-là, vous ? Vous repaître du pauvre spectacle d'un directeur de théâtre qu'on assassine ? Combler une curiosité malsaine ? Allez-y, la scène était là pour ça. Mais quand je pense... ! Oh, pauvre de moi, pauvre d'elle.......
Et, sous son agressivité latente, comme une impuissance à garder le silence sur ce qui venait de se passer...

_________________
Qui c'est, lui ? Liste des PNJs utilisés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://locution-des-pierrots.blogspot.com
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chronique du règne de Félix Faure :: Paris, ses faubourgs... :: Les Bas Fonds :: Théâtre du Grand-Guignol-