AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Pierrot Lunaire
La bouche clownesque ensorcèle comme un singulier géranium
avatar

Messages : 2896

MessageSujet: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   Mar 2 Juil - 3:51

Le Théâtre du Grand-Guignol, qui faisait tellement parler de lui ces derniers jours, n'est pas très impressionnant d'apparence : humble bâtisse de quatre étages, aux sages fenêtres... Oserons-nous dire que le théâtre a presque l'air d'un lieu comme les autres. L'impasse dans laquelle il s'est engoncé est cependant un peu sombre, et le vent y siffle des airs étranges. Attention aux petites bottines de ces dames car les pavés, souvent humides, y sont aussi légèrement glissants - le soleil s'aventure rarement dans ces impasses étroites, et l'humidité y fleurit.

Ce soir-là, les silhouettes se pressent devant la large porte à deux battants - comme une vieille porte d'église. Dehors, un peu de tout : des gens en frac et robe du soir, quelques spectateurs plus modestes en veste et robe du dimanche... Un homme entre deux âges, l'air affairé - l'air sournois ? - vous attend à l'entrée, dans un costume flambant neuf. Ses petits yeux vous rappellent peut-être quelqu'un... Quelqu'un du monde du théâtre...

Mais c'est à l'intérieur que tout se passe, n'est-ce pas ? Décrivez-nous comment vous êtes arrivés sur les liens et présentez-vous au Cerbère de ce théâtre étrange - animal pas bien terrible. Nous verrons bien ce qu'il s'ensuit.  

_________________
Qui c'est, lui ? Liste des PNJs utilisés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://locution-des-pierrots.blogspot.com
Eugénie Landreau
Ninie-La-Noiraude
avatar

Messages : 243

MessageSujet: Re: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   Mar 2 Juil - 8:12

Jour de congé et sortie dans un théâtre demandaient la sortie de la robe du dimanche. Bien coiffée et habillée, Eugénie attendait le Zozio à quelques mètres de l'entrée de la ruelle. Elle n'osait l'attendre devant le théâtre; la ruelle était tout de même sombre malgré le soleil qui baignait Paris et ne donnait pas envie de s'y rendre lorsqu'on est une simple dame. Allez savoir quels étranges individus se cachent là-bas !

Et avec ça, son futur époux était en retard sur l'heure de leur rendez-vous ! Heureusement qu'Eugénie avait préféré qu'ils se retrouvent ici et non devant chez les Spéret. Le temps de marcher, ils auraient allongé leur retard et, qui sait, n'auraient pas pu voir la pièce. Voyant enfin la silhouette connue d'Antoine accourir vers elle, Eugénie laissa exprimer sa colère :

— Ah tout de même ! Ne me fais pas le même coup devant l'autel ! Je serais pas si patiente !

Mains sur les hanches, Eugénie secoua la tête quand elle vit comment était habillé Antoine. Dans sa précipitation, il s'était trompé, fermant mal sa boutonnière. Comme une mère reprend la tenue de son  enfant, Eugénie rhabilla Antoine, finissant par chasser une poussière sur son épaule.

— Qu'est-ce qui t'a tant retardé ?

L'excuse devait être valable pour calmer la colère d'Eugénie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sowsow07.tumblr.com/
Augustin Lepic
Une belle écriture mène à tout.
avatar

Messages : 72

MessageSujet: Re: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   Mar 2 Juil - 8:23

Il a hésité avant de venir, Augustin. Evidemment. Avec ce qu’on lit, ce qu’on entend dire… L’idée qu’il se fait du théâtre d’Oscar Méténier n’est guère reluisante. Hé quoi, une salle qui se vante de donner le vice en spectacle… avouez qu’on fait plus recommandable. L’instituteur n’a rien d’un voyeur, et l’idée de se mêler à une foule de curieux en mal de Mal le rebute.

Enfin, il est venu, malgré tout. Pour se faire une idée, une fois pour toutes. Et puis parce qu’il a lu le nom de la jeune actrice : Sidonie Bianchon… Cela ne lui disait rien, jusqu’au moment où il est tombé sur un article parlant de l'ancienne (brève) carrière à l’Opéra de la jeune fille. Tiens donc, et si cette petite… ? C’est peu probable. Quoique. Il n’y a sans doute pas dix Sidonie de cet âge parmi les danseuses de l’Opéra. Oh et puis… il faut aller voir. L’amertume et une sorte d'angoisse le prennent à la gorge. Et si cette petite était vraiment celle qu’il connaît ? Actrice dans ce théâtre-là ?

Il est venu, donc. Dans un costume correct, sans plus. Les cheveux en désordre, comme toujours. Il a laissé sa sacoche d’instituteur chez lui et n’a que son carnet dans une poche de sa veste, avec son billet d’entrée – et un peu d’argent, aussi.

Il est venu à pied : l’impasse Chaptal n’est qu’à une dizaine de minutes de chez lui.

Sans tergiverser, Augustin se dirige vers l’entrée et présente son billet à l’ouvreur – ou quel que soit son rôle.

« Bonsoir… »

Y a-t-il besoin d’en dire plus ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Babylone
Paradoxe de la cité moderne
avatar

Messages : 67

MessageSujet: Re: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   Mar 2 Juil - 9:58

Babylone, femme de décadence, de corruption, d'orgueil : te voilà face à ce bâtiment, abris de tous ces maux et bien plus encore. Un chant hypnotisant t'y a mené, te caressant dans ton Être. C'est vêtue d'une robe à l'élégance certaine et appelant au vice que tu entres en scène. Sans daigner prêter attention à ton entourage, tu tends les quelques pièces demandées à l'ouvreur. L’irrésistible appel est toujours présent, dans ton esprit, dans ton corps et dans ton cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yann Le Guélec
Ils ont des chapeaux ronds...
avatar

Messages : 319

MessageSujet: Re: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   Mar 2 Juil - 21:32

Le grand jour était enfin arrivé. Yann allait enfin pouvoir utiliser le billet qu’il avait reçu (au lieu de monnaie sonnante et trébuchante) suite à une petite mission nocturne. C’était bien la première fois que notre breton allait au théâtre ! Il avait tenté la semaine précédente d’inviter quelques jeunes femmes croisées ci ou là mais sans réussite. Alors, c’est un peu déçu qu’il mit son habit du dimanche : une veste noire et un pantalon noir (tous deux tendant plutôt vers le gris à cause de leur âge avancé). La chemise, elle, était bien blanche grâce au travail de la mère de Margot qui lui avait redonné sa couleur d’origine. Et enfin, il troqua son habituel chapeau marron contre le chapeau melon noir presque neuf qu’il avait trouvé un soir dans son ex-repère : le Chat Noir. Il était, au final, assez content de sa dégaine et parti, confiant, en direction du Théâtre du Grand-Guignol.

Mais, arrivé dans l’impasse Chaptal, devant le fameux théâtre, son assurance s’échappa soudain… Non, ce n’était pas à cause du vent sifflant d’étranges ritournelles ni à cause des talons de ces dames qui claquaient contre les pavés et résonnaient entre les bâtiments. Non, ce n’était pas l’ouïe qui était en jeu. C’était la vue. Il était juste derrière une jeune fille à la beauté ensorcelante, bien trop ensorcelante pour un noctambule de bas étage comme lui : Elle était vêtu d’une robe élégante mais que d’aucuns auraient certainement qualifiés de « trop sensuelle » tant elle ne cachait pas grand-chose de ses courbes parfaites. Et lorsqu’elle tourna la tête vers l’ouvreur pour effectuer la transaction, Yann vit son profil divin, son port de reine, son regard fier et ses longs cils noirs invitant aux songes. Il va sans dire que notre jeune ami était sous le charme !

Si elle avait été un peu moins belle, un peu plus simple, Yann aurait certainement trouvé une petite phrase pour l’interpeller mais là, après avoir présenté son billet à son tour, il ne put que suivre sa sirène, presque gêné de respirer son délicieux parfum...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://soundcloud.com/yvonwestfall
Dominique Lebrun
Être homme ? tu le peux. Va-t'en, guêtré de cuir
avatar

Messages : 160

MessageSujet: Re: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   Mer 3 Juil - 9:05

Une foule qui se presse devant un théâtre un soir d'ouverture, c'était d'un banal ! Oui ; mais finalement non.
La foule, déjà. Pas aussi homogène que d'habitude. Comme si les habitués de l'Opéra s'étaient perdus aux Funambules ; bourgeois et grisette y croisaient les robes du soir des jolies dames. Jamais Paris ne tolérerait un tel mélange des genres dans un autre endroit.
Et la ruelle, parlons-en de la ruelle. Avait-on déjà vu tels pavés foulés par de tels souliers? Cette ruelle sombre, où le soleil ne devait pas beaucoup rayonner, semblait un espace hors de la réalité de la ville.
Même la banalité de la façade était surprenante. Que tant de monde se presse devant... ça. Tout Paris devant cette façade insignifiante dans cette ruelle sordide...

Dominique avait une drôle d'impression d'irréalité. Comme un rêve éveillé. Était-ce le vent qui sifflait bizarrement entre les bâtiments ou l'incongruité de cette foule mélangée ? Ou la lumière étrange qui régnait sur l'humidité montante de la rue ? Toujours est-il que le colonel avait dans la tête que cette soirée pouvait receler toutes les incongruités possibles. En plus de celles déjà annoncées sur scène.

Après quelques salutations d'usage qui lui changèrent néanmoins les idées, l'officier se présenta à la porte.
Le prix annoncée pour la loge lui sembla parfaitement dérisoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antoine "Le Zozio" Viret
Si votre ramage se rapporte à votre plumage, vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois
avatar

Messages : 238

MessageSujet: Re: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   Mer 3 Juil - 23:09

Au vu de son retard, c'est avec précipitation que le petit ramoneur dut se débarbouiller et se changer avant de pouvoir rejoindre sa belle au nouveau théâtre. Il courut de toutes ses forces mais cela ne suffit pas : Eugénie lui lança un regard noir qui lui fit froid dans le dos. Même pas encore marié, et le voilà déjà en train de se faire disputer, s'il avait su... Et bien, il serait quand même là.

Notre drôle d'oiseau se retint de sourire à la réplique d'Eugénie et préféra afficher une expression toute penaude sur le visage, tel un enfant pris la main dans le pot de confiture.

— Pardon, mon amour. Promis, je serais même là dès la veille s'il le faut !

— Qu'est-ce qui t'a tant retardé ?

— Tu ne t'en doutes pas ? M.Athys, encore et toujours ! A croire que ses amis commencent à le fuir au point que ce monsieur soit dans l'obligation de m'engager tous les jours pour avoir de la compagnie ! Il parle, il parle, il parle, pendant que je nettoie une cheminée déjà propre ! Et tu sais bien qu'avec le mariage approchant, je ne peux pas me permettre de dire non à quelques sous de plus...

Antoine voulut lui déposer un baiser sur la joue, mais Eugénie se déroba. Il lui fallait sûrement du temps pour se calmer un peu. Mais elle accepta tout de même son bras pour entrer au Grand Guignol.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   Dim 7 Juil - 7:28

Hubert avait tout planifié à l’avance et c’est ce soir qu’il mettait son plan en action. Il voulait absolument savoir ce qui se jouait sur les planches du Théâtre du Grand-Guignol. Ce théâtre a la réputation méconnu était le sujet de conversations numéro un des amateurs de cet art depuis déjà quelques semaines. On racontait également dans les rues de Paris que les spectacles qu’on y présente sont empreint d’une certaine… sensualité. Les œuvres aborderaient des thèmes plutôt provocateurs. Il n’en fallait pas plus pour piquer la curiosité de Castelnaux, déjà qu’à la base ce n’est pas bien difficile…

Il était donc partagé entre l’envie d’assister à une représentation et le fait qu’il ne s’agissait pas du meilleur endroit pour être aperçu… Il n’y a pas longtemps qu’il a été introduit dans l’un des salons les plus réputés de Paris, il lui fallait tout de même faire attention. Déjà qu’il entend marmonner dès qu’il a le dos tourné.

C’était l’envie irrésistible de découvrir quelque chose qui sortait de l’ordinaire qui avait eu le dessus.  De plus, il était inutile de se le cacher : le sentiment d’interdit que lui inspirait une telle escapade n’avait rien de dissuasif. Au contraire, cela rendait la chose encore plus alléchante.

Ainsi, il avait décidé d’aller rendre visite à une cousine éloignée, résidant à Paris. Il s’était invité pour le thé et il s’était éternisé. Une fois le soir venu,  il était plus rapide de passer par la rue adjacente au théâtre pour regagner sa propre demeure. Lorsqu’il arriva à la hauteur de la ruelle sombre et peu invitante, il regarda à gauche puis à droite et bifurqua.

La soirée s’annonçait déjà fort intéressante. À la minute où il posa le pied sur les pavés humides et glissants de la petite ruelle, il sut qu’il ne regretterait pas sa petite escapade : devant la porte se pressait une foule des plus hétéroclites. Les tenues les plus somptueuses se mêlaient aux vieux costumes rapiécés, qui avaient dû un jour être élégant.  C’était une vision particulière, à laquelle on n’avait pas souvent droit.

Il ne restait qu’un détail à régler : il lui fallait un billet d’entrée. Il se mit donc à scruter la foule de son regard bleu clair. Il aperçut un jeune homme avec un habit usé, habit qui avait dû être noir mais qui aujourd’hui était d’un gris usé. Il n’eut même pas le temps de faire un pas vers lui qu’il présentait déjà son ticket au portier. Il continua à fouiller la foule du regard, jusqu’au moment où il aperçut un petit homme maigrelet dont l’allure de ses chaussures lui fit pitié. Hubert prit une grande inspiration avant de s’approcher de lui et se redressa de toute sa hauteur, ce qui fit eu pour effet de faire ressortir son ventre rond plutôt que de réellement le grandir :


« Cher ami ! Je vois que vous avez une place pour la représentation de ce soir… » Il entoura les épaules de l’homme d’une manière fraternelle et l’entraîna un peu à l’écart, un grand sourire bienveillant accroché aux lèvres.

« Bien que je sois peu intéressé à ce qui se trame derrière ces portes, je viens d’apercevoir une veille connaissance dans la foule. Un ami d’enfance avec qui j’ai fais le service militaire… »

Ses yeux se posèrent sur un homme qu’il était certain d’avoir déjà rencontré brièvement, mais c’était difficile à dire. Des gens, il en connaissait tellement. Quoi qu’il en soit, cet homme ne pouvait être rien de moins qu’un haut gradé.

« Disons que ça lui a mieux réussi qu’à moi ! » ajouta-t-il en riant. « Alors si vous aviez l’amabilité de me céder votre place, je pourrais lui faire la surprise. »

L’homme semblait enclin à lui donner son ticket immédiatement. C’était en général l’effet qu’Hubert de Castelnaux avait sur les gens : il inspirait instantanément la confiance. Le billet était là, tendu, mais l’homme le tenait fermement.

Hubert glissa bien le triple que ce que le billet devait valoir dans la poche de veston de l’homme devant lui afin de lui adoucir la poigne. Ce dernier laissa glisser entre ses doigts le ticket lorsqu’Hubert décida d’en prendre possession. Il le remercia en le gratifiant d’une tape dans le dos.

Il se présenta devant le portier et lui présenta son ticket sans plus de cérémonie. Il en avait déjà fait assez en racontant toute cette histoire pour obtenir son droit d'entrée et une sorte d'alibi!  Il lui porta donc peu attention au portier, trop fébrile à l’idée de découvrir ce qui se cachait derrière les rideaux du Grand-Guignol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elke von Herzfänger
Un jour je serais, le meilleur dandy, je moustach'rai sans répit
avatar

Messages : 358

MessageSujet: Re: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   Mar 9 Juil - 5:18

Comme il suivait les événements dramatiques de plus près depuis qu'avait éclaté au théâtre de l'Œuvre une certaine bataille, Elke se ravit au plus haut point de la dernière nouvelle. Le théâtre du Grand Guignol faisait du bruit depuis quelques jours, et lorsqu'il avait appris qu'un « teuton », comme ils disent, allait se faire égorger sur scène, il songea séant qu'il ne pouvait pas raté ça. Or c'était sans compter la censure, et ce que l'on disait sur le goût de Métenier pour un réalisme paroxystique et malsain. De quoi vous mettre l'eau à la bouche.

C'est pourquoi après avoir fait arrêter son fiacre devant la Trinité, il avait remonté le cœur en joie la rue Blanche jusqu'à arriver à son but. Cette fois-ci, et cela méritait bien qu'on le dise, il était à l'heure ! Oh, on n'allait pas tarder à ouvrir les portes, mais il put tout du moins avoir l'extraordinaire satisfaction de se mêler à la foule des faubourgs et des gue... petites gens. Un frisson d'excitation parcouru son échine : oh qu'il se sentait sale ! Il eut presque un élan de déconvenue quand il remarqua dans l'assemblée des gens honorables.

Sans plus attendre toutefois, il se fraya un chemin jusqu'à l'entrée et au moment de payer l'ouvreur, arrêta presque son geste. Il sembla reconnaître le bonhomme mais il n'osa rien en dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pierrot Lunaire
La bouche clownesque ensorcèle comme un singulier géranium
avatar

Messages : 2896

MessageSujet: Re: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   Mar 9 Juil - 9:52

Mascarille, acteur et autres

Que pouvait bien faire un acteur des Funambules à la porte d'un petit théâtre, en costume d'ouvreur-bonimenteur-homme à tout faire... ? Gageons que Mascarille avait besoin d'argent – comme toujours... Il regardait donc passer les spectateurs, les laissait présenter leurs billets sur lesquels il traînait un regard tour à tour distrait et soupçonneux... Il jaugea d'un regard particulier M. Lepic, cet inconnu barbu, la mine soucieuse... Avec ses airs hirsutes, il aurait bien l'air d'un nihiliste russe... Mais Mascarille répondit à son bonjour d'un simple signe de tête et le laissa passer : une personne saine d'esprit ne ferait point sauter le minuscule théâtre de l'impasse Chaptal... Quant aux révolutionnaires fous... Que pouvait-on contre ceux-là ? A la courtisane qui lui présenta quelques pièces, à la belle Babylone, il rétorqua, goguenard :

- Les achats se font à l'intérieur, Madame. Il doit rester quelques places en fond de salle...

... avant de la laisser passer. Il sourit doucement au colonel qui passa, sans broncher... Observa avec attention le manège de M. de Castelnaux, sans presque se faire voir... Mais bientôt ce fut un autre jeune homme qui attira son attention. Ce curieux-là, Mascarille l'avait déjà vu à plusieurs reprises, sans jamais lui adresser la parole. Il le jaugea du même œil curieux que la dernière fois. Quand M. von Herzfänger lui tendit les pièces, retenant son geste, Mascarille eut un rictus. Il lâcha :

- Qu'est-ce que vous avez, vous, à m'regarder comme ça ? On n'a pas gardé les cochons ensemble... C't'une place qu'vous voulez ? Suivez la d'moiselle, alors - il désigna Babylone, qui s'éloignait - elle vous indiquera le chemin.

Une fois tout le monde entré, il ferma la porte, ainsi qu'on lui avait demandé. Le spectacle pouvait commencer...




~ * ~
Dans la salle

Dans le hall, éclairé à l'électricité – mettons-nous en frais – se presse une population mêlée : quelques dames en robes de soirée, le visage élégamment dissimulé sous la voilette ou derrière l'éventail ; des bourgeois curieux et apprêtés ; des gens plus simples en costume du dimanche... Beaucoup d'artistes et de bohèmes pour compléter le tableau. Alors que Mascarille demeure comme rivé à la porte, en bon suisse modern-style, des groupes se forment ça et là. Près de vous passe une dame âgée à l'air fort respectable, qui se cramponne au bras de son mari, en murmurant :

- Le mauvais œil, Ernest, le mauvais œil... J'ai un mauvais pressentiment !

Tandis que celui-ci lève les yeux au ciel... Peu de gens accordent, en outre, de l'attention à cette femme, car un attroupement s'est formé autour d'un petit homme dynamique et sec, l'air enthousiaste. Et en effet, celui-ci s'écrie, d'une voix qui porte un peu trop haut pour que cela ne soit pas fait exprès :

- Mais figurez-vous qu'en arrivant, j'ai assisté à une scène parfaitement effroyable... ! Non mais les rues de Paris, de nos jours... !

Irez-vous écouter l'un de ces oiseaux de mauvaise augure ? Préfèrerez-vous, au contraire, cueillir dans l'assistance un autre regard encore ou explorer un peu les lieux... ? A vous de nous le dire.

_________________
Qui c'est, lui ? Liste des PNJs utilisés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://locution-des-pierrots.blogspot.com
Augustin Lepic
Une belle écriture mène à tout.
avatar

Messages : 72

MessageSujet: Re: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   Jeu 11 Juil - 7:36

Le mauvais œil... Comment ça, le mauvais œil ? Augustin jette un regard sévère à cette Cassandre vieillissante. Le commentaire apeuré qu'il a saisi au vol lui a porté un petit coup au cœur. Lui qui est si peu superstitieux... ! Comment ne pas avouer qu'il a, lui aussi, un mauvais pressentiment ?

Délibérément, il s'éloigne de celle qui partage ses craintes infondées. Il accorde une attention toute relative à l'homme qui s'avise de raconter une histoire effroyable. A-t-il vraiment besoin d'entendre des histoires effroyables avant l'heure, ce soir ? Il ne peut s'empêcher d'entendre, pourtant - d'écouter, peut-être. Depuis quelques jours, il ne néglige aucune piste pour éclaircir l'affaire des disparitions de Belleville.

Mais enfin, ce qu'Augustin voudrait avant tout, c'est que les portes s'ouvrent et qu'il puisse rejoindre son siège.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eugénie Landreau
Ninie-La-Noiraude
avatar

Messages : 243

MessageSujet: Re: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   Jeu 11 Juil - 7:59

Eugénie avait boudé pour la forme, voulant tâcher de faire comprendre à son futur époux qu'on ne fait pas attendre une femme. Mais l'excuse était valable, et Eugénie finit par se radoucir, laissant Antoine lui prendre le bras. Ils n'avaient que déjà trop tardé, ils devaient entrer avant que les portes ne soient fermées. La fraîcheur des lieux était des plus agréables. Alors que le couple cherchait une place où s'installer, un visage ami à saluer, un couple passe auprès d'eux. Le murmure de la femme parvient aux oreilles d'Eugénie, bien trop curieuse pour ne pas l'ignorer.

— Madame, vous ne devriez pas invoquer le mauvais oeil ainsi... Les artistes sont très superstitieux !

Vu le regard que lui lança le mari, Eugénie pensa l'avoir bien fâché avec son intervention. Mais elle voulait simplement que conseiller à son épouse de se montrer moins loquace ! On allait les jeter dehors sinon !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sowsow07.tumblr.com/
Babylone
Paradoxe de la cité moderne
avatar

Messages : 67

MessageSujet: Re: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   Jeu 11 Juil - 8:09

Le hall et les lumières s'offrent à toi, les conversations floues et futiles t'enveloppent. Te voici, Babylone, à l'intérieur du théâtre mais l'appel irrésistible s'est tu. Le regard balayant la foule sans couleur et sans saveur tu n'y prêtes que peu d'attention. Le "mauvais œil" passe près de toi, tu l'ignores, ce ne sont que sottises ; seules la débauche et la corruption résident en ces lieux. Pas plus d'intérêt pour le conteur des rues. Un simple détour par le guichet pour obtenir une place au fond de la sale et te revoilà : simplement postée là. Le port irréprochable et les yeux dans le vague sans pourtant perdre une miette de ce qui t'entoure.


Dernière édition par Babylone le Ven 12 Juil - 4:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dominique Lebrun
Être homme ? tu le peux. Va-t'en, guêtré de cuir
avatar

Messages : 160

MessageSujet: Re: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   Jeu 11 Juil - 10:51

A l'électricité mesdames messieurs ! Après la ruelle glauque, c'était plutôt inattendu. Le mauvais œil ? Ah ça... c'était plutôt... disons plus prévisible. Dominique fronça légèrement les sourcils : l'impression étrange de la ruelle tentait de revenir. Mais après tout, une femme comme elle dans un lieu comme ça ne pouvait que avoir un mauvais pressentiment non ?
Et puis, pas très loin, quelqu'un faisait la confidence à qui voulait entendre d'une scène effroyable dans les rues de Paris. Pour peu de se donner la peine de regarder le trajet, et avec plus ou moins de sensibilité, tout le monde devait pouvoir raconter une scène effroyable dans une rue de Paris. Surtout pour se faire mousser en société. Et à défaut d'avoir eu de la chance, on pouvait toujours avoir de l'imagination. Le colonel ne donc prêta qu'une attention toute relative au discours débité.

Il préféra jouir du spectacle de l'assemblée. Une silhouette de trois-quart retint ses yeux. Une femme, bien sûr. Ces courbes. Cette robe. Ces cheveux. C'était un appel à l'abandon des sens. Pas froid aux yeux d'être venue dans ce genre d'endroit. Surtout avec ce qui se passait d'effroyable en ville.
Ah mais... non mais... mais le rêve ! Mais là-bas, juste là, c'était le type de la Chimère ?! *Mais il est partout !* pensa le colonel.

Mais déjà, une autre silhouette capta son regard. D'autres cheveux, d'autres courbes. Un visage qu'on oubliait pas non plus. Quelqu'un dont le nom appelait aussi à un abandon des sens, dans un autre genre certes. Castelnaux et ses petites bulles. Alors évidemment, c'était une vision moins... sensuelle. Mais l'homme était sympathique, fin connaisseur d'art, grand organisateur de soirée. Ils s'étaient croisés rapidement lors d'une soirée chez Anne-Marie Forestier. Trop rapidement. L'occasion était bonne de nouer un contact plus solide.
Le colonel se fraya un chemin à travers la foule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yann Le Guélec
Ils ont des chapeaux ronds...
avatar

Messages : 319

MessageSujet: Re: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   Jeu 11 Juil - 22:06

Lorsque Yann franchit les portes du théâtre, il se dit qu’il ne pouvait décemment pas continuer de suivre la divine jeune fille plus longtemps. Celle-ci se dirigea vers le guichet. Yann resta quant à lui dans le hall, ne sachant ni où aller ni que faire. Il regarda autour de lui et vit une femme passer devant lui, visiblement préoccupée, qui disait avoir un mauvais pressentiment.

Mais revenons-en aux sentiments qui habitaient le jeune breton. Il faut savoir que c’était la première fois qu’il mettait les pieds dans un théâtre et que c’était également la première fois qu’il se retrouvait ainsi en « vase clos » entouré de tant de bourgeois. C’est pour cela qu’il aurait paru bien mal à l’aise à ceux qui le connaissait ! De plus il flottait dans l’air cette atmosphère toute particulière, teintée d’étrangeté et de mystère, cette atmosphère qui rendait notre jeune breton impatient et craintif. Le monde du spectacle était loin de lui être familier. Ainsi, avant même d’être installé à sa place, il était déjà spectateur. Il voyait son environnement comme à travers une vitre infranchissable et se sentait lui-même transparent.

Mais la glace se brisa bientôt : quand un petit homme prit la parole en parlant d’une scène effroyable, le sang de Yann ne fit qu’un tour et il accourut rapidement près de lui en demandant ce qui s’était passé !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://soundcloud.com/yvonwestfall

MessageSujet: Re: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   Sam 13 Juil - 20:38

Aussitôt entré, il entendit les bruits familiers d'un fiacre dans la ruelle mais il n'eut pas le temps de se retourner pour s'enquérir de qu'il s'agissait que Castelnaux se retrouva mêlé à la foule. Une fois à l'intérieur, il se mit à scruter le hall de son regard clair : pas si miteux, ni très impressionnant. Correct, c'était déjà ça. Il fit quelque pas, esquiva quelques dames dont l'une qui lui sembla particulièrement ravissante. Lorsqu'il eut détaché son regard de cette femme à la beauté éblouissante, il retrouva rapidement le haut-gradé qui lui avait inspiré son histoire dans la ruelle. La quarantaine, la carrure athlétique et les tempes grises... Il l'avait aperçu maintes et maintes fois au Théâtre d'Art, sans aucun doute. Sa présence faisait sensation auprès des dames, notamment. Oui, il s'en rappelait... C'était quelque chose comme... Voyons un petit effort, surtout que l'homme en question regardait dans sa direction! Quelque chose comme... Comme Lebrun, oui! Et non seulement l'avait-il croisé à son théâtre fétiche, mais il lui avait même adressé la parole chez nulle autre que Mme Forestier.

Non pas déçu de se découvrir un allier dans un endroit lui étant aussi peu familier, Hubert s'avança également afin d'aller à sa rencontre. C'est en se faisant qu'il entendit la remarque de la vieille femme ainsi que l'intervention théâtrale du jeune homme qui se délectait visiblement de l'attention qu'on lui portait.

Bien qu'il ignora le malaise de la dame, il porta tout de même une certaine attention aux propos du jeune grandiloquent. Il s'arrêta après l'avoir dépassé de quelques pas, espérant que Lebrun vienne le rejoindre et briser la distance qui les séparait. Il souhaitait s'entretenir davantage avec cet officier qui partageait assurément les mêmes passions que lui mais il espérait également en savoir plus sur tout élément potentiellement sordide s'étant produit dans les rues de Paris...

Il se dit donc, autant à lui-même qu'à l'intention du haut-gradé s'il le rejoignait :


« C'est dans les endroits les plus inhabituels que l'on fait les découverte les plus surprenantes, comme c'est dans la nuit la plus noire que l'on reconnait les plus brillantes étoiles... »

Plus bas, pour lui-même,  il souffla..

« Le mauvais oeil... Balivernes.. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elke von Herzfänger
Un jour je serais, le meilleur dandy, je moustach'rai sans répit
avatar

Messages : 358

MessageSujet: Re: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   Lun 15 Juil - 11:40

- Qu'est-ce que vous avez, vous, à m'regarder comme ça ? On n'a pas gardé les cochons ensemble... C't'une place qu'vous voulez ? Suivez la d'moiselle, alors, elle vous indiquera le chemin.

Son regarda chemina en effet vers l’inconnue, bien loin déjà. Elke n’aperçut de sa place que de menus détails, insignifiants. Qu’importe. On sera davantage surpris d’apprendre qu’à cet instant, le jeune homme se laissa aller à rire. Oui da ! Commençait-il à comprendre l’humour grinçant de la gent parisienne ? Toujours est-il qu’il acheva son geste et les pièces glissèrent dans la main de l’extravagant personnage.

« De tous cas, vous avez l’humour… Tenez, parce que j’ai souri. »
Après quoi il pénétra dans la salle, éclairée à l’électricité, Messieurs ! Il repéra au loin la robe de la jeune fille que lui avait indiqué le portier, mais son regard s’arrêta bientôt sur la billetterie vers laquelle il se dirigea. Une foule s’était massée là et il dû pousser quelques braves âmes, attrapant au vol les boniments d’un m’as-tu vu.

- Mais figurez-vous qu'en arrivant, j'ai assisté à une scène parfaitement effroyable... ! Non mais les rues de Paris, de nos jours... !

Il prit un billet et revint se faire une place entre sueur nauséabonde et curiosité malsaine, gageant qu’il glanerait peut-être grâce à ce fat des informations croustillantes pour discuter mondainement ensuite ou mieux, quelques renseignements qui pourraient, qui sait, s’avérer utiles dans l’affaire des disparitions de Belleville.
C’est alors qu’il repéra non loin une touffe folle que l’électricité mettait en valeur. Il l’identifia comme appartenant à Monsieur de Castelnaux et il lui revint alors les quelques on-dits qu’il avait pu entendre sur le sieur. Ces rumeurs, faut-il croire, avaient séduit le garçon : c’est ainsi qu’il se déplaça sensiblement vers le vieux bourgeois.

Après tout, la mondanité, c’est aussi l’art de savoir se placer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pierrot Lunaire
La bouche clownesque ensorcèle comme un singulier géranium
avatar

Messages : 2896

MessageSujet: Re: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   Sam 20 Juil - 3:25

La vieille dame, très respectable, qui parlait du mauvais oeil n'essayait pas spécialement d'attirer l'attention sur elle : tout ce qui comptait était de convaincre son époux et de partir au plus vite de cet endroit maudit. D'ailleurs, les spectateurs alentours semblaient en prendre bonne note, et personne ne releva ses prédictions. Personne ou presque... Une petite bonne femme, d'aspect fort modeste, s'avança vers Madame *** et la sermonna d'un ton sévère. La dame fronça les sourcils :

- Les artistes ? Ah, ma p'tite dame, vous avez beau jeu de vous soucier des artistes... J'ai fait un rêve la nuit dernière. Je suis sensible à ce choses-là, vous comprenez ? Et je suis sûre qu'une catastrophe va arriver, ce soir...

Elle désigna les lieu, dans un grand geste emphatique.

- Dans une ancienne chapelle, qui plus est. Tolérez-vous ce genre de sacrilège... ?

Et elle agrippa le bras de son mari, visiblement troublée.

~ * ~

... Pendant ce temps, un attroupement s'était formé autour du petit homme énergique qui pérorait, son chapeau à la main. M. de Castelnaux, un des hommes très en vue à Paris, en faisait partie, conférant au petit bonhomme une légitimité fort bienvenue. Le conteur, les yeux écarquillés, commença ainsi son histoire :

- La réalité surpasse, en bien des points, la fiction. Alors que je me dirigeais vers le théâtre, j'ai vu un homme, habillé comme un vagabond, s'arrêter au milieu de la place de Clichy. Il s'est éclairci la gorge et puis il a parlé. Il a raconté son histoire. Il avait couru la fortune jusqu'en les deux Amériques, soucieux d'échapper à la misère. Il a bien cru y réussir, mais la fortune ne laisse jamais un répit bien long à ceux qu'elle a décidé de perdre. On le ramena finalement dans sa patrie, mais la misère en France n'est pas plus belle qu'ailleurs, n'est-ce pas... ? Il a harangué les gens alentours, en des termes de plus en plus fleuris, et puis, une fois qu'il y eut assez de badauds, assez de curieux alentours, le pauvre bougre a sorti un poignard de sa poche et se le plongea dans le sein... Je vous laisse imaginer la réaction de la foule. Un fou, un désespéré ! Que dis-je ! Un sujet de pièce, peut-être...

Et, se fendant d'un sourire, le bonhomme parcourt des yeux la foule, cherchant qui souhaiterait intervenir... On entend la voix traînante de l'étrange portier, qui lance, non sans ironie :

- Que n'est-il devenu criminel, ce clochard-là, plutôt que de se donner la mort, aussi honnêtement que possible !

Et puis la rumeur, des murmures... Le bonhomme au chapeau ricane un peu avant de lancer, à la volée :

- Je serais curieux d'entendre quelques paradoxes là-dessus, avant que les portes ne s'ouvrent !

Parfois, les bons mots vous ouvrent plus de voies qu'un ticket de première catégorie...

_________________
Qui c'est, lui ? Liste des PNJs utilisés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://locution-des-pierrots.blogspot.com
Yann Le Guélec
Ils ont des chapeaux ronds...
avatar

Messages : 319

MessageSujet: Re: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   Dim 21 Juil - 23:00

Le petit homme prit la parole pour raconter la scène qu'il avait vécu avant d'arriver au théâtre : Un homme s'était suicidé en se poignardant devant un foule de badauds, qu'il avait lui même rameuté en contant son histoire !

Le petit homme ajouta :
- Je serais curieux d'entendre quelques paradoxes là-dessus, avant que les portes ne s'ouvrent !

Yann trouvait bizarre qu'une homme se donne ainsi la mort : en public, en spectacle. Il aurait aussi aimé savoir pourquoi on l'avait ramené en France. Enfin, il se demanda pourquoi le petit homme racontait lui-même cette histoire à l'assemblée. Yann trouva la situation amusante. Et puisqu'il demandait des paradoxes, Yann s'amusa d'une éventuelle répétition de l'histoire :

- Rassurez moi, z'allez pas vous plantez un couteau vous non plus ? ... maintenant qu'vous nous avez tous rameuté là !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://soundcloud.com/yvonwestfall
Babylone
Paradoxe de la cité moderne
avatar

Messages : 67

MessageSujet: Re: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   Lun 22 Juil - 1:59

Le conteur des rue est enveloppé d'une masse attentive. Tes yeux d'émeraudes daignent enfin se poser sur lui ; tu écoutes. Une affaire de suicide, une affaire d'échec, une affaire pathétique.
Il demande aux paradoxes, tu pourrais presque te présenter : Babylone, le paradoxe. Tu t'abstiens, observe seulement. Un jeune homme se manifeste, remarque certes amusée mais pas moins pertinente. Tu observes plus en détails la scène, avide d'un coup d'éclat, d'un coup de coutelas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Augustin Lepic
Une belle écriture mène à tout.
avatar

Messages : 72

MessageSujet: Re: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   Mar 23 Juil - 4:12

Pauvre bougre... Augustin, plus bouleversé qu'il ne voudrait l'admettre - pourquoi est-il si impressionnable, ce soir ? - murmure :

« Paix à son âme... Puisse le Seigneur lui pardonner. »

Les réactions qui fusent ne manquent pas d'étonner l'instituteur. L'ouvreur, décidément louche, incite au crime. Comme si faire souffrir pouvait apaiser la souffrance du bourreau... ? Dans l'assistance, un jeune homme risque une plaisanterie, et Augustin ne peut s'empêcher de jeter un coup d’œil suspicieux au conteur. Mais il n'a pas l'air désespéré, lui. Pas de mauvaise blague, hein.

L'ambiance est lourde... Ou bien est-ce dans la tête d'Augustin ?

Il cherche du regard la femme qui partage ses angoisses. Elle est loin, agrippée au bras de son mari.

Il fait bien chaud dans ce hall... Augustin passe le doigt derrière son col pour le desserrer un peu. Il se tourne vers ses voisins, demande :

« Vous savez à quelle heure les portes s'ouvrent ? Le spectacle ne devrait pas tarder à commencer, non ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eugénie Landreau
Ninie-La-Noiraude
avatar

Messages : 243

MessageSujet: Re: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   Mer 24 Juil - 23:46

Ils venaient se divertir, oublier les tracas du quotidien le temps d'un spectacle et voici qu'on leur parlait de malheur. L'ambiance sous la voûte de l'ancienne chapelle était lourde, comme si quelqu'un allait annoncer d'un moment à l'autre l'entrée d'un cortège funèbre. Peut-on se fier à des rêves, ces chimères nocturnes ? Toujours au bras de sa femme, Antoine eut un petit rire, hésitant à lancer une remarque à cette dame craintive. Mais se doutant que les mots de son futur époux pourraient blesser, Eugénie le retint et tâcha de demeurer polie à la femme.

— Je suis des plus croyantes madame, je comprends votre point de vue. Mais la pièce sera peut-être des plus sages.

Prenant congé de la dame, Eugénie repartit se mêler dans la foule. Elle avait besoin d'oublier cette dame parlant comme une pythie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sowsow07.tumblr.com/
Elke von Herzfänger
Un jour je serais, le meilleur dandy, je moustach'rai sans répit
avatar

Messages : 358

MessageSujet: Re: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   Ven 26 Juil - 3:14

Loup attentif, babines en pointe et oreilles aiguisées. La foule se meut, la foule s'émeut, furète le poisson hagard qui harangue au milieu du beau monde. Les femmes, saisies, l'angoisse à l'oeil, tout émues par le choc, tremblantes au climax ; les hommes, sourcils froncés, mines fermées, renâclant au savoureux mot d'esprit du portier.

Sur le qui vive, à l'affût du juste moment, Elke profite d'un flottement. Non loin de lui, un homme d'église balaie la salle du regard et croise l'étincelante malice du jeune allemand. Le visage lui semble familier, et c'est peut être cela qui le pousse à lui glisser quelques mots lorsque le prêtre soupire :

« Ne vous faites pas du soucis, Monsieur, le spectacle est déjà commencé... » Dans un mauvais sourire.

Profitant du mouvement, il se faufile dans un petit vide entre deux personnes. Et, en guise d'introduction, un commentaire sur ce qu'un petit malin vient de lancer :

« Au contraire, ça serait délicieux ! » Pause. Durant cette milliseconde où les regards se tournent et se détournent, il s'aperçoit qu'il vient de répondre au voyou de l'opiumerie. Tiens donc, que le monde est décidément petit ! Mais ne relâchons pas la tension :

« Monsieur vous dites effroyable, je dis extraordinaire ! L'homme que vous parlez, en tout cas, a l'art de mise en scène, c'est assurément ! Et vous avez raison, c'est un sujet merveilleux de la tragédie ! Alors que parlez vous d'„histoire“, c'est une chef d'oeuvre ! Et nous, nous sommes bien idiotes si nous n'érigeons pas au rang d'art ! »

« Alors Monsieur, que pensez-vous ? Et vous donc, messieurs dames, n'avez-vous pas un poignard dans votre poche ? Ne voulez-vous pas nous offrir le hors d'oeuvre avant le plat de résistance ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antoine "Le Zozio" Viret
Si votre ramage se rapporte à votre plumage, vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois
avatar

Messages : 238

MessageSujet: Re: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   Dim 28 Juil - 5:35

Superstitions et balivernes ! Antoine ne prêta qu'une oreille distraite à la dame que sa chère et tendre houspillait. Il préféra porter son attention au "spectacle" qui se déroulait plus loin. La réplique de Mascarille (que diable faisait-il d'ailleurs donc là ?) lui arracha un petit rire que, à en croire le regard noir qu'elle lui lança, sa future épouse interpréta comme de la moquerie envers la dame. Il se retint donc de répliquer, que ce soit à la vieille femme ou au conteur extravagant, mais ne perdit pas une miette du ballet de "bons" mots qui suivit... Le ramoneur chercha à se rapprocher discrètement de l'attroupement, en emmenant sa belle se mêler à cette foule.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dominique Lebrun
Être homme ? tu le peux. Va-t'en, guêtré de cuir
avatar

Messages : 160

MessageSujet: Re: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   Dim 28 Juil - 5:38

Castelnaux avait semblé le reconnaître et s'approcher mais sa curiosité n'avait pas résisté à une bonne histoire sordide dans une ancienne église aménagée en théâtre. Puis le portier s'y était mis, le conteur avait enchaîné comme dans un impromptu soigneusement préparé, un jeune homme avait profité de l'occasion pour faire l'intéressant et tout le monde avait commencé à plus ou moins s'agiter.

Dominique s'était arrêté. Il rejoindrait Castelnaux plus tard. C'est qu'entre le conteur, l'ouvreur et cet homme qui pérorait sur le côté artistique de ce suicide avant de passer à la collecte d'armes blanches, le militaire n'avait guère envie de parader. Il gardait d'ailleurs le poing bien serré sur la garde du sabre, unique arme autorisée avec l'uniforme de sortie.

A quelques pas de lui, un homme visiblement anxieux demandait quand donc commençait le spectacle.

« Je crois que le spectacle a commencé dès la porte d'entrée. »

Il avait parlé bas, comme pour lui-même. Mais les personnes autour avaient forcément entendues. D'ailleurs, certaines opinaient.
Sans bouger, le colonel attendait la suite des événements. Les portes allaient-elles s'ouvrir ? Le conteur allait-il s'occire ? Le jeune homme allait-il se faire une nouvelle réputation dans Paris ? Tout était possible dans cette soirée. Il s'agissait de rester attentif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Intrigue] L'étrange théâtre de l'impasse Chaptal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 6Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chronique du règne de Félix Faure :: Paris, ses faubourgs... :: Les Bas Fonds :: Théâtre du Grand-Guignol-