AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 [Votes] Nouveau roman-feuilleton fétiche de Marie-Madeleine !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Quel sera le nouveau roman-feuilleton préféré de Marie-Madeleine ?
Éva, belle et intelligente
11%
 11% [ 1 ]
Le mystère du manoir des églantines
33%
 33% [ 3 ]
Une reine sur sa vinaigrette
11%
 11% [ 1 ]
La chambre interdite
44%
 44% [ 4 ]
Total des votes : 9
 

Galatée
Vierge d'ivoire
avatar

Messages : 143

MessageSujet: [Votes] Nouveau roman-feuilleton fétiche de Marie-Madeleine !   Lun 22 Avr - 2:30

Vous les attendiez, les différents Roman-Feuilletons écrits par les membres ? Les voila ! Nous vous remercions de vos participations, ça nous fait chaud au coeur ♥

C'est maintenant le temps de passer aux votes ! Les textes sont dans le désordre et leur auteur n'est pas nommé, pour éviter les préférences. Vous avez jusqu'à Mardi le 30 Avril pour faire votre choix. Nous vous encourageons à poster à la suite pour donner vos impressions !

Éva, belle et intelligente a écrit:
Éva était une belle jeune femme : gracieuse, aimable et intelligente. Mais elle aurait pu se prétendre parfaite et comblée si seulement il n'y avait pas ce point obscur qui venait gâcher la belle toile : elle était célibataire ! À 22 ans, il était vraiment temps qu'elle se mariât, aussi eut-elle beaucoup de pression de la part de sa famille. Cependant, ce que cette dernière ne savait point était le fait que la demoiselle était éprise d'un homme. Jeune ou non, peu importait ! Il était beau à ses yeux, grand, svelte et avec son regard émeraude. Et encore mieux, il semblait marcher sur l'or ! Elle rêvait déjà de luxe, de beaux vêtements et de bijoux.
Il fallait à tout prix qu'elle le séduisît ! Mais comment ? Éva ne lui avait jamais adressé la parole...


Voilà qu'elle était en face de la discrète devanture de la diseuse de bonne aventure que lui avait conseillée son amie Denise. Pas étonnant que cela se situât dans une ruelle éloignée des voies principales. Des façades grises et mornes, des poubelles renversées, des déchets à même le sol et deux chats qui tournaient autour, à la recherche de quoi manger. Le silence complet. « Heureusement qu'il n'y a personne, pensa t-elle. Il ne faudrait surtout pas que quelqu'un me voie et démasque mon plan par la même occasion. »
La porte était évidemment discrète et se fondait bien dans le décor. Si son amie ne lui avait pas indiqué clairement l'endroit exact, elle serait encore en train de retourner la rue encore et encore. Sans se retourner, Éva ouvrit la porte et s'engouffra à l'intérieur. Elle se sentit nerveuse car l'endroit ne lui était pas familier, plutôt étrange. Il y avait de la fumée, des objets mystérieux tous autant que les autres, des fioles contenant des liquides aux couleurs variées. Une odeur de vinaigrette flottait dans les airs. « Elle a sûrement dû manger une petite salade, se dit-elle ». Ses yeux parcouraient cet environnement anormal quand elle vit entrer une femme. Éva n'aurait su dire si c’en était vraiment une mais elle en avait la voix et les formes. Mais plus étrange, elle portait une robe de chambre pourpre ! Éva ne savait pas que c'était ce genre d'accoutrement qu'ont les diseuses de bonne aventure. Elle ne pouvait distinguer son visage, caché par l'obscurité et sa capuche. Soit, elle était là pour une révélation mais aussi son philtre magique, ainsi dut-elle mettre sa suspicion de côté.
« Bonjour mademoiselle, qu'est-ce qui vous amène ici ? », dit-elle d'une voix rauque.
Éva eut l'impression de connaître cette voix. Peut-être était-ce qu'une illusion. Un peu hésitante, Éva se lança :
« J'aimerais que vous m'en disiez plus sur une personne chère.
- Ah serait-ce d'amour dont vous parlez ? demanda-t-elle pleine de curiosité.
- … Un honnête homme qui répond au nom de Colin Le Marin. Serons-nous un jour réunis ?
À cette réplique, la bonne femme sembla tressaillir. Elle invita sa cliente à s'asseoir et à l'écouter. Tout en fermant les yeux et en posant ses deux paumes sur la surface de sa fausse boule magique, elle lui raconta bien des choses. Éva l'écoutait avidement et sans en oublier une miette. Apparemment, ce Colin et elle n'était pas faits pour être ensemble. Quelle tragédie ! À ces mots, Éva faillit s'évanouir jusqu'au moment où la vieille lui proposa une solution, celle du philtre d'amour. Quiconque le boit tombe éperdument amoureux de celui ou celle qui a acheté la concoction. Sauf qu'il n'était pas infaillible : s'il ne faisait pas effet, cela voudrait dire qu'au fond les deux personnes n'étaient pas faîtes l'une pour l'autre. Malgré ça, sans réfléchir, elle l'acheta et rentra chez elle sans attendre.

Le lendemain, elle mit son plan à exécution. Après s'être rendue au café où il avait l'habitude de lire, elle avait réussi à verser un peu du contenu de son philtre magique. Ce n'était plus qu'une question de temps désormais et elle décida d'attendre au même endroit mais assise à une table plus éloignée. Tout en faisant semblant de lire un roman, elle jetait discrètement des coups d’œil dans sa direction. Bien, il semblait n'avoir rien remarqué d'étrange lorsqu'il était revenu du cabinet. L'observation d'une telle beauté était un supplice pour Éva. Il était si près et si loin en même temps ! Elle avait tellement envie de s'en approcher, comme une destination exotique qui fait rêver. Il éveillait en elle les désirs les plus fous...
Cela faisait un moment déjà et Colin n'avait toujours pas touché à sa tasse de thé, bien trop absorbé par sa lecture. Bon sang, allait-il finir par porter cette boisson à ses lèvres ? Éva commença à s'impatienter, si bien qu'elle aurait pu faire voler son roman feuilleton à travers la salle. Malgré tout, elle se contint et garda tant bien que mal son sang froid. Ce n'est plus qu'une question de temps, se convainquit-elle. Les minutes passèrent, passèrent... Éva avait déjà fini sa lecture mais continua à faire semblant pour ne pas se faire surprendre. Quelle ingénue cette Rosalie ! Pourquoi avait-elle accepté de revoir cet homme si imbu de lui-même ? Parfois, Éva ne comprenait pas du tout ce qu'il se tramait dans la tête des personnages des romans feuilleton qu'elle lisait et cela restait un mystère. Il lui arrivait de temps en temps de houspiller sur ces malheureux. Mais comme ces histoires étaient passionnantes et intrigantes ! « Les gens qui écrivaient ces histoires sont sûrement des personnes extraordinaires. Sinon, comment font-ils pour imaginer de telles choses ? », pensa-t-elle.
Alors qu'elle était encore occupée à vagabonder dans ses pensées, elle vit Colin porter son breuvage à ses lèvres. Tout en tâchant de rester discrète, elle regarda avidement la scène et voir ce qu'il se passerait pas la suite. Le philtre fera t-il effet ? Partira t-il à sa recherche dans les secondes qui suivront ? Après avoir bu, l'homme regarda autour de lui comme pour admirer son environnement. Cependant, il n'avait en aucun cas l'air de chercher quelqu'un, ni la belle Éva. Peut-être la potion prendrait-elle effet plus tard. Ou pire, Colin et elle n'était simplement pas destinés à être ensemble ! A cette idée, Éva commença à être triste. Elle décida alors de rentrer chez elle pour oublier cette mésaventure et car elle était restée assez longtemps dans ce café. Tandis qu'elle marchait, perdue dans ses pensées, la petite fiole qui contenait le liquide tomba par terre. Elle ne le remarqua pas et continua sa route jusqu'à ce qu'un clochard la rattrape et lui donne ce qu'elle venait de perdre.
« V'là mad'moiselle ! Z'avez fait tomber c'truc ! dit-il en haletant.
- Oh... Merci bien !
- Dîtes-moi, c'pas un truc magique que vous avez acheté chez la sorcière là ? Une potion d'amour ?
- Mais ce ne sont point vos affaires monsieur ! répondit-elle outrée.
- J'dis ça c'est parce qu'elle vend des trucs qui sentent l'arnaque ! F'pas vous faire avoir !
Sur ces dernières paroles, il s'en alla de son côté sans prêter attention à son interlocutrice. À vrai dire, elle ne savait pas s'il disait vrai. Colin était l'amour de sa vie et il était inconcevable que cela ne fonctionne pas entre eux deux. Cette découverte lui avait redonnée une once d'espoir. Et quand elle y repensa, la diseuse de bonne aventure avait une voix étrangère, presque familière. Si c'était le cas, si son impression était fondée, qui cela pouvait-il bien être ? Qui donc lui souhaiterait du mal ? Tant de questions qu'elle cherchait à élucider sur le chemin de la boutique de la bonne femme. Elle ne manquait pas de culot ! Arnaquer une cliente ! Éva passa en effet de la tristesse à la colère. Elle était prête à remonter les bretelles de ce charlatan !

Elle n'entra pas de la même manière qu'elle était arrivée la première fois. Cette fois-ci, elle poussa brusquement la porte et tomba nez à nez avec la vieille femme.
« Vous m'avez arnaquée avec un faux philtre d'amour ! lança t-elle en brandissant la fiole.
- Non, non, impossible mademoiselle. Ce sont de vraies concoctions !
Eva remarqua que sa voix avait changé. Cela venait sûrement du fait qu'elle était finalement démasquée. Elle avait sûrement peur qu'on découvre sa vraie identité. Elle eut donc l'instinct et l'audace de lui enlever la capuche de la ridicule robe de chambre pourpre. Elle découvrit l'identité de l'imposteur.
« DENISE ! Mais que fais-tu là ? Pourquoi m'avoir trompée ? Je croyais que tu étais mon amie !
- Ton amie jusqu'à ce que tu me voles Colin !
- Colin ? Ah ! Depuis quand t'appartient-il, dis-moi ? lui demanda t-elle sur un ton de défi.
- Figure-toi que je l'ai remarquée avant toi mais encore une fois tu n'a pas pu t'empêcher de me voler mes coups de coeur ! Il faut toujours que ce soit toujours évidemment ! Mademoiselle je veux tout et immédiatement... !
- Tu ne manques pas de culot pour me parler sur ce ton ! Et même si tu l'avais vu avant moi, qui te dis que Colin aurait voulu d'une ingénue de ton genre ?
Éva accompagna ses paroles par un sourire narquois, ce qu'elle regretta aussitôt lorsqu'elle vit la fureur apparaître en Denise. Elle ressemblait dès à présent à un animal prêt à bondir sur elle. Mais qu'importe, Éva n'avait pas peur du tout et voulait lui faire regretter cette trahison si douloureuse. Son amie était sur le point de sortir ses griffes lorsqu'un client inattendu fit irruption dans la pièce. Colin ! Que faisait-il ici ?
Sentant la tension qui régnait dans l'atmosphère, il dit doucement :
« Bonjour, on m'a dit que je pourrais trouver un philtre d'amour ici. »
Eva et Denise en restèrent perplexe. Pour l'un d'elles ou une autre ? Ceci, elle ne tarderait pas à savoir...

Le mystère du manoir des églantines a écrit:
Le mystère du manoir des églantines


Résumé des épisodes précédents :

Un soir, au Manoir des églantines, la bonne découvre les corps sans vie de son maître et de son épouse. La pauvre ingénue, en perdit la raison. L'enquête est confiée aux bons soins de l'inspecteur Labrouette et de son compagnon poilu : un singe capucin du nom de la Merluche. Après avoir constaté que le corps de madame se trouvait dans son lit et que monsieur gisait assis devant son secrétaire, en robe de chambre. Le policier constata que la tragédie semblait s'être déroulée sans violence. Bref le mystère était complet ! Nous avons quitté notre héros, alors que celui-ci s'était précipité dans le jardin de plantes exotiques du domaine suite au cri de détresse poussé par une voix de femme. Place à l'action !




La Merluche sur l'épaule, Labrouette s'élança au sein des frondaisons extra-territoriales. Il écarta des branches de Palmiers nains, cassa des feuilles de fougères arborescentes, se fit fouetter par les branches de fleurs odorantes aux couleurs extraordinaires.

Un instant, il perdit le sens de l'orientation, mais de nouveau, la femme en détresse se manifesta. Il se dirigea donc vers le bruit et atteignit une zone dégagée, éclairée par une douche de lumière solaire.

Labrouette chercha du regard, tourna sur lui-même, personne ! Où pouvait bien se trouver sa victime ? L'agent de la force publique, se perdait en conjectures, quand un cri retentit pour la troisième fois. Au-dessus de lui ! Il leva la tête mais ne vit rien d'autre que des oiseaux bigarrés et là-aussi, exotiques !

" Je deviens fou, moi-aussi ! J'entends des femmes qui hurlent et il n'y a personne ! Ma brave Merluche, bientôt, moi-aussi je vais faire des cabrioles comme toi ! "

Un des oiseaux, gros et au plumage noir, vint se poser sur une branche près de lui et poussa un cri : et ce fut une révélation ! Ce cri de femme c'était un cri d'oiseau ! Toute cette course pour rien. Il regarda le volatile; La Merluche qui s'amusait avec une plume perdue et fut prit d'un immense fou-rire. L'animal à plumes prit très mal cette bruyante manifestation de joie bien incongrue.

Finalement, il rebroussa chemin, laissant derrière lui, la volière et le jardin exotique des défunts propriétaires. il rentra dans la maison et retourna dans la chambre du crime. Il s'approcha de la défunte, elle semblait dormir, et apparemment, c'est ce qu'elle faisait quand on l'assassina.

il dirigea ensuite ses investigations vers le secrétaire et le corps du défunt mari. Il ausculta le corps, pas de coups, de blessures, rien ! Il était là, les bras ballants, les mains touchant presque le sol et ... tiens, une drôle de petite flaque ! Les mains du mort étaient enduites d'une sorte de liquide huileux. il trempa un doigt dans la tâche et le porta à sa bouche : De la vinaigrette ! Mais où était donc la salade pour aller avec ?

Fin de l'épisode.

Ne manquez pas la suite la semaine prochaine, où l'on apprendra d'étonnants secrets !

Une reine sur sa vinaigrette a écrit:
J’entrai dans la pièce, lasse de cette longue et pénible journée passée aux côtés d’un prétendant bien ennuyeux. Je jetai ma belle robe pêche par-dessus ma tête et enfilai ma robe de chambre en soie. Je m’assis devant ma coiffeuse et regardai mes pommettes saillantes aux rondeurs ingénues. Je dénouai mes longs cheveux blonds dorés et ceux-ci retombèrent en cascade sur mes épaules ainsi que mon dos. Une femme de chambre vint toquer à la porte mais, avec ma voix candide, je lui sommai de me laisser seule. Je brossai ma chevelure étincelante en chantonnant tout bas.

J’en avais plus qu’assez de rencontrer des hommes qui faisaient les beaux yeux et sortaient de belles paroles aussitôt qu’ils me rencontraient. Ils me paraissaient tous plus ennuyeux les uns que les autres. Moi, je désirais vivre une grande aventure avec un homme de passion ! Quelqu’un qui m’emmènerait en terres exotiques, vers le sud ou qui me raconterait d’extraordinaires tragédies à vous glacer le sang qu’il avait pu traverser dans le nord. Un homme qui, chaque jour, me surprendrait et me ferait vivre d’une passion un peu plus fort encore que la veille ! Celui qui me traiterait comme une reine sur sa vinaigrette !

Je soupirai en me languissant du jour où mon preux chevalier viendrait et me ferait tomber amoureuse de lui. C’est alors que, soudainement, j’entendis de drôles de bruits derrière moi. Je me retournai, yeux écarquillés comme deux billes et aperçus une silhouette inquiétante vêtue très foncée. Un homme était entré dans ma chambre ! Quel malotru ! Quel animal ! Aussitôt, il s’arrêta dans son élan, reposant l’objet qu’il était venu cambrioler et ouvrit la bouche. Il paraissait surpris, ses yeux s’illuminèrent et il s’approcha de moi. J’étais figée sur place, paralysée par la peur.

Doucement, il attrapa ma main et la baisa longuement avant de porter ses yeux noirs et pétillants sur moi. Le rouge me monta aux joues. J’aurais bien crié à l’aide mais j’étais incapable de dire quoi que ce soit. « Ravi d’être entré dans votre chambre, mademoiselle. » Il esquissa un sourire narquois. C’est à ce moment que j’eus une révélation : Ce bandit était l’homme de ma vie. Il me laissa un peu de temps mais, voyant que je ne réagissais pas, il ajouta, charmeur : « Vous êtes très jolie, je me dois de me présenter, je tiens à ce que vous vous souvenez de moi. Je me nomme Charles-Armand, enchanté. »

La chambre interdite a écrit:
La Chambre Interdite – épisode 37.
    Dans les précédents épisodes, la petite Faustine Brisset a été engagée en tant que bonne à tout faire chez Monsieur du Goupil, riche notaire parisien. Elle a pris ses fonctions et découvre peu à peu que des choses étranges se passent dans cette grande maison proche du parc Monceau : Pourquoi Madame du Goupil ne quitte-t-elle jamais sa chambre ? Pourquoi l’accès à cette pièce de la maison est-il interdit à notre héroïne ? Qui est ce drôle de bonhomme qui rend visite à Monsieur tous les jours, le visage caché sous un masque de tragédie effrayant ? Que complotent Marcelin Claudiquant et Piccolo Blafardu, deux domestiques au regard sournois, lors de leurs conciliabules nocturnes dans le jardin d’hiver ? Qui a essayé d’ouvrir la porte de la chambre de Faustine, la nuit dernière ? Les révélations vont se succéder : la jeune femme n’a pas fini d’être surprise !


    Faustine ne ferma pas l’œil de la nuit. Dans la pénombre, elle surveillait la poignée de sa porte, craignant qu’elle ne frémisse à nouveau. Aux premières lueurs de l’aube, elle déploya ses rideaux et observa la cour intérieure, de sa fenêtre. Monsieur du Goupil, en robe de chambre, déplaçait un pot de fleurs en lançant des regards furtifs çà et là. Sous le pot en question se trouvait une missive, que le maître de la maison saisit subrepticement, l’air méfiant.

    La jeune fille s’habilla rapidement, décidée à mettre au clair les nombreux mystères qui embaumaient l’air de cette demeure. Elle descendit les escaliers sur la pointe des pieds et elle entendit la porte du bureau de Goupil se refermer. Elle rejoignit la cour intérieure et lorgna le pot de fleurs un instant. Hélas, l’ingénue n’avait pas remarqué qu’elle-même était épiée par Marcelin, qui riait doucement sous le porche, les bras croisés. Faustine sursauta au son de ce rire diabolique, et elle trembla lorsque le jeune homme posa sa main sur son épaule.

    - En voilà une qui est un peu trop curieuse ! s’exclama-t-il. Qu’est-ce que tu cherches ici ?

    Faustine blêmit et essaya de se détourner, mais Marcelin la retint, s’emparant de son bras avec force, et il répéta sa question, plongeant ses petits yeux marrons dans ceux de son interlocutrice.

    - Rien du tout ! Répondit-elle, sur la défensive.

    - Allez, reprit le vilain domestique, tu as vu quelque chose, tu te poses des questions, tu peux me le dire…Si tu veux que je te donne des renseignements sur une chose qui te turlupine, je suis ton homme ! Tout ce que je te demande en échange, c’est…

    - Merci, je n’ai besoin de rien ! Coupa la jeune femme avant même que Marcelin ne finisse sa phrase, effrayée sans doute des paroles qui auraient pu suivre.

    Elle écrasa le pied du domestique et elle s’enfuit aussi vite que possible dans le hall, tombant nez à nez avec Monsieur du Goupil qui renversa sa tasse de café en heurtant la petite qui courrait comme une dératée. Une goutte de café glissait sur la pointe de sa moustache grisonnante. La bonne à tout faire s’excusa poliment, haletant en scrutant ses chaussures, gênée.

    - Pourquoi cette débandade matinale ? demanda le notaire en ouvrant de grands yeux.

    - J’ai vu une souris dans la maison, mentit Faustine, hors d’haleine.

    - Toute cette énergie dépensée au service d’un pauvre animal inoffensif…

    A cet instant, un canard en costume du dimanche sortit du bureau de Monsieur. Le canard portait un masque de tragédie grecque terrifiant, et la jeune femme reconnut aussitôt le masque de l’homme qui venait visiter chaque jour du Goupil. Existait-il un lien entre ce canard et cet homme ? Le canard fit un clin d’œil à Faustine et lui caressa le mollet, puis il tendit l’aile droite vers le maître de la maison, dissimulant quelque chose entre ses plumes.

    - En parlant d’animal, bonjour Paperasse, murmura Monsieur en saisissant discrètement l’objet que lui confiait l’animal (une petite clef).

    Du Goupil saisit son canard masqué et endimanché et tous deux disparurent en un éclair. Faustine fronça les sourcils. Décidément, quelle drôle de maison ! La tension devenait insoutenable. Il lui fallait découvrir ce qui clochait. Armée de son courage, elle gravit les escaliers et se dirigea vers la pièce qui lui était formellement interdite… La chambre de Madame.

    Elle ouvrit la porte d’un geste décidé, et tomba dans un gouffre sans fond dans lequel tournoyaient des pelles à tarte, des palettes d’aquarelle, des instruments de musique extraordinaires mais criards et des serpentins multicolores. Curieusement, ça sentait la vinaigrette. Une chaise passait par là, alors Faustine décida de s’asseoir et d’attendre que les choses se calment. « Je m’attendais à quelque chose de moins… de plus… », songeait-elle en s’acagnardant sur cette chaise furieuse modelée dans un bois exotique, qui bougeait de droite à gauche, visant à désarçonner la jeune fille. Un lit à baldaquin richement décoré se dirigeait vers elle en ondulant comme un serpent. Quelqu’un reposait à l’intérieur ! Une femme avec des tranches de concombre sur les yeux… oui ! Cela expliquait la vinaigrette ! Tout était clair maintenant ! C’était surement madame du Goupil ! Faustine sauta sur le lit et découvrit…

A SUIVRE dans le prochain épisode !

Faites aller les votes ! ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lise Champmézières
Elle court, elle court, la cousette !
avatar

Messages : 355

MessageSujet: Re: [Votes] Nouveau roman-feuilleton fétiche de Marie-Madeleine !   Lun 22 Avr - 2:43

J'ai voté pour le manoir des Eglantines !! Du bizarre, de l'humour... Un petit côté Allan Poe ? La chute avec la vinaigrette m'a bien fait rire xD

Mais j'ai aussi aimé :
- la chute du premier texte, bien trouvée
- le clin d'oeil à Charles-Armand dans le troisième texte (je crois avoir deviné l'auteur, d'ailleurs Razz) !
- et tout le dernier texte, avec lequel j'ai hésité ! Il est excellent aussi dans le genre humour + bizarre !!!

Félicitations à tous cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thalie
Mademoiselle Clairon
avatar

Messages : 542

MessageSujet: Re: [Votes] Nouveau roman-feuilleton fétiche de Marie-Madeleine !   Lun 22 Avr - 21:19

Dur dur de choisir mais la petite Marie-Madeleine en moi vote pour la première; une belle histoire sentimentale très cliché. Et franchement j'aime la mise en abyme avec l'héroïne lisant elle-même un feuilleton et se moquant de la conduite des personnages alors que la sienne n'est pas mieux. xD

Mais les autres romans sont tout aussi bons, et très variés niveau ambiance et thème. L'inspecteur trouvant la vinaigrette et cherchant la salade, allez savoir pourquoi mais j'ai ri xD

_________________
PNJs Incarnés
Avatar : Oeuvre de John William Godward
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sowsow07.tumblr.com/
Yann Le Guélec
Ils ont des chapeaux ronds...
avatar

Messages : 319

MessageSujet: Re: [Votes] Nouveau roman-feuilleton fétiche de Marie-Madeleine !   Lun 22 Avr - 23:16

Bon j'ai voté pour La Reine Vinaigrette car j'ai bien aimé la simplicité et le coté Arsène Lupin de la scène

Ce n'est peut être par le plus "Roman feuilleton" mais comme j'aime pas les romans feuilletons... !

Voili voili, sur ce

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://soundcloud.com/yvonwestfall
Ambroise Marie Dupin
Être la statue du châtiment fondue tout d’une pièce dans le moule de la loi
avatar

Messages : 44

MessageSujet: Re: [Votes] Nouveau roman-feuilleton fétiche de Marie-Madeleine !   Mer 24 Avr - 18:15

Je vote pour ma part pour le dernier texte narrant les (mes)aventures de Faustine Bisset, j'adore le côté Lewis Carrolien du texte, mais beau travail pour les autres, on peu dire qu'on a de belles plumes !

study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aristide Rabantin

avatar

Messages : 22

MessageSujet: Re: [Votes] Nouveau roman-feuilleton fétiche de Marie-Madeleine !   Mer 24 Avr - 20:52

Je trouve tous vos textes très réussis et franchement c'est extrêmement difficile de les départager. Après quelques temps de réflexion je vais voter pour Le mystère du manoir des églantines, c'est le genre de polar que mon perso aimerait lire dans une feuille de chou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nicolas Tisserand
Moins infâme que les honnêtes gens ...
avatar

Messages : 66

MessageSujet: Re: [Votes] Nouveau roman-feuilleton fétiche de Marie-Madeleine !   Jeu 25 Avr - 6:27

La chambre interdite, parce que le texte est à mes yeux le mieux construit, et aussi parce que le texte possède, comme le faisait remarquer je ne sais plus qui, un côté presque carrollien et sans contestes burlesque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Margot Chalopin
Raton valseur
avatar

Messages : 105

MessageSujet: Re: [Votes] Nouveau roman-feuilleton fétiche de Marie-Madeleine !   Jeu 25 Avr - 23:29

J'ai vraiment beaucoup hésité avant de donner mon vote, parce que les quatre textes me plaisaient.
Comme l'a souligné Thalie, la mise en abyme du premier texte était vraiment bien vue, et les aventures sentimentales de nos jeunes filles étaient fort amusantes. L'enquête du second, avec le cri de femme qui se révélait celui d'un oiseau exotique était particulièrement bien pensé. Le troisième, d'un style plus personnel, était vraiment amusant et j'ai beaucoup aimé le clin d'oeil au roman-feuilleton décrit par Thalie dans la description du PNJ de Marie-Madeleine. Le dernier, enfin, était particulièrement décalé et semblait une sorte de Jane Eyre burlesque. Et après avoir grandement hésité, j'ai finalement donné ma voix au Mystère du manoir des églantines, que j'ai trouvé efficace, bien mené, et très proche des histoires de ce genre d'époque. Mais bravo à tous, vraiment !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pierrot Lunaire
La bouche clownesque ensorcèle comme un singulier géranium
avatar

Messages : 2896

MessageSujet: Re: [Votes] Nouveau roman-feuilleton fétiche de Marie-Madeleine !   Mar 30 Avr - 1:55

Et voici venu le jour des résultats. Tout d'abord, nous tenons à féliciter nos quatre participants qui ont tous livré des romans-feuilletons originaux et intéressants : les commentaires expriment la difficulté que certains ont eu à choisir. Pas de perdant d'ailleurs, car tout le monde aura droit à une récompense. Mais voici notre classement :

  • En troisième place, Catharina de Fréneuse avec Une reine sur sa vinaigrette et Léontine Fleuron avec Éva, belle et intelligente. Madame de Fréneuse gagne un bon pour une séance chez le photographe pour un portrait de groupe (en famille, avec son mari ou un amie, au choix). Léontine Fleuron gagne deux invitations pour une inauguration très spéciale... (direction votre boîte aux lettres nouvellement créée, pour plus d'informations).

  • En deuxième place, Ambroise Dupin avec Le Mystère du manoir des églantines. Il récolte un indice supplémentaire pour sa chasse au malfrat et 15 points de Mondanité.

  • En première place, Rebecca Burnett avec La Chambre interdite. Elle gagne donc un indice en lien avec l'intrigue en cours, ainsi qu'un Joker pour la chasse au trésor (convertible en cadeau-surprise). Son roman figurera également dans une revue de presse future.


Les MPs et courriers devraient arriver sous peu. Encore bravo à tous !

_________________
Qui c'est, lui ? Liste des PNJs utilisés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://locution-des-pierrots.blogspot.com
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Votes] Nouveau roman-feuilleton fétiche de Marie-Madeleine !   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Votes] Nouveau roman-feuilleton fétiche de Marie-Madeleine !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chronique du règne de Félix Faure :: Coulisses (hors RP) :: Jeux et concours-