AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 Dominique Lebrun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Dominique Lebrun
Être homme ? tu le peux. Va-t'en, guêtré de cuir
avatar

Messages : 160

MessageSujet: Dominique Lebrun   Lun 8 Avr - 10:34


Carton d'invitation


Registre des habitants de la ville de Paris


Nom & Prénoms : Lebrun Dominique
Âge : 40 ans
Date de naissance : 8 septembre 1856
Origine sociale : Bourgeois ; son père a ruiné la famille à la Bourse, c'est un parent dorénavant plus fortuné qui s'occupa de Dominique.
Métier, occupation : Colonel de cavalerie
Ambitions : Profiter de la vie mondaine à laquelle il est parvenu (ce dont il est assez fier) sans négliger sa vie militaire ; il aimerait notamment resté connu positivement de ses supérieurs, histoire d'être de la partie quand ils décideront de mettre une peignée à leur « aimable » voisin allemand, qu'il exècre cela va sans dire.
Milieu fréquenté : Cercle de la Forestière
Mondanité : 250
Infamie : 0



Tout esprit profond s'avance masqué

Description physique et psychologique


"Comment qu'il est le colonel ? Ben il est bien... Ah mais physiquement ! Pourquoi, t'es plus porter sur le poulain qu'sur la pouliche ?.. Quoi idiot ! C'est toi l'idiot, qu'on comprend rien à c'que tu dis !.. Tu veux savoir comment tu vas l'reconnaître ? Ben, simple, c'est lui qui a des galons d'colonel... Tu sais pas à quoi ça ressemble des galons d'colonel... Ah ben oui mais là mon p'tit père, va falloir se bouger l'arrière-train. J'veux bien qu'tu sois que conscrit mais les épaulettes, va falloir voir à pas les confondre hein !

Alors not'colonel, bon déjà, tu l'verras pas tous les jours. Trop gradé pour v'nir s'enterrer avec nous dans une p'tite garnison. Il a sa vie à la capitale tu vois. Et il l'aime, sa vie à la ville ! Mais quand même, il passe voir régulièrement si tout va bien ici, et quand il passe, ben y'a intérêt à c'que tout aille bien. Histoire qu'il puisse rapidement r'tourner à Paris, je suppose. Alors ça rigole pas sur la discipline, les exercices, l'apprentissage des bourrins d'conscrits comme toi, et tout ça. C'est pour ça que l'régiment est bien tenu, même si il est pas là, c'est que les sous-officiers ont pas envie de recevoir une geulante. Il est pas méchant, c'est un bon officier mais les bourgeois du coin, ils sont pas habitués, alors on dit qu'il a mauvais caractère. En fait, moi j'pense qu'il est de nature trop énergique pour ces encroûtés mais il a pris les mondanités des salons, du coup on met ça sur l'compte de la rigueur militaire. Tu verras, si tout file droit, et que tout est en ordre comme il veut, ben il est même assez sympathique. Une astuce pour voir son humeur, les yeux. Il a les yeux d'un joli bleu en temps normal, ça adoucit son expression d'ailleurs. Quand le bleu s'obscurcit et se devient froid comme un temps d'orage, ben faut prier pour pas être la cause de ce changement...

Après, physiquement, pffff.... il est grand, musclé... oui bel homme oui... Enfin c'est un militaire, on le confond pas avec un de ces rats de bibliothèque tout chétif et blafard. Non, là on voit que c'est un homme qui a l'habitude du grand air, de l'exercice, et même du commandement. Oui, l'colonel, quand il s'approche de toi à la revue, avec son air dur et sa démarche martiale, ben tu fais pas l'fier. Ca impressionne. Mais moi, si il devait avoir du grabuge aux frontières, qu'on s'battait et qu'il me demandait quelque chose, ben sans hésiter je l'ferai. Et je sais que je suis pas l'seul. C'est le charisme ça. Charisme oui, toi t'en a pas mais lui pfiouu.

Et du coup ça aide avec les dames. Ah d'ailleurs, tu peux le reconnaître comme ça aussi. Si tu croises un officier et qu'à côté de ses galons que tu connais pas y'a une jolie dame, ben y'a des chances que ce soit lui. Des qu'y a un joli jupon, hop ! Il a ses yeux bleus qui s'allument. Et elles s'en plaignent pas, loin de là. Faut les voir battre des cils quand il leur fait un brin de causette. Une fois, y'a un jaloux qui faisait remarquer que l'colonel, il prenait de l'âge et que ça s'voyait à la tempe, à cause des cheveux qui étaient plus très bruns. Couillon c'qu'il avait dit ! Il a montré du doigt ce qu'elles n'avaient pas vu et alors là ! V'la qu'elles ont commencé à trouver ça charmant, et que ça rajouter un petit quelque chose et nianiania. Bref, le jaloux s'en est trouvé fort gêné et le colonel lui a soufflé la donzelle. Malgré, ou avec ses tempes argentées.

M'ouais. Moi, va encore m'falloir du temps pour arriver à son niveau. Mais toi alors..."



Seules les pensées que l'on a en marchant valent quelque chose

Texte d'introduction au personnage ou test RP


Le colonel attendit le départ imminent du train pour s’asseoir dans son siège de première classe. Dans peu de temps, il serait à Paris, et la façade bien ordonnée de la gare l'attendrait : miracle du progrès qui lui permettait d'être le matin à son régiment et le soir au Théâtre d'Art ! Peu importe la pièce jouée, il s'y rendrait. Il allait pouvoir se délasser des fatigues du voyage pendant, disons une bonne heure, avant l'entracte. Puis entrer dans le vif du sujet : causer avec quelques amis, saluer les connaissances, complimenter les dames, s'enquérir des dernières nouvelles, ect. Après quoi, il pourrait reprendre le cours de ses reposantes rêveries jusqu'à la fin de la pièce. Peut-être passerait-il en coulisses faire son compliment à une actrice. Tout cela allait agréablement le distraire de son séjour mensuel au régiment.

Parce qu'il n'avait pas été brillant, le séjour au régiment. Apprendre que certains de ses soldats s'étaient battus avec quelques escogriffes du coin, passe. Qu'ils se soient battus pour une raison aussi absurde qu'une histoire d'automobile ne faisait qu'affermir le colonel dans son exécration de l'engin. Mais que son chef d'escadron resté sur place est tardé à sévir ! Certes, il se remettait plus ou moins rapidement d'une maladie galante qui lui avait ôté une partie de ses moyens. Que ne les avait-il perdu, ses moyens, avant d'aller bêtement se faire poivrer ! Le régiment avait donné à son colonel une affreuse image de laisser-aller qui lui était tout bonnement insupportable. SON régiment se devait d'être impeccable. Aussi avait-il prolongé son séjour en province et l'avait-il passé à faire connaître tout son mécontentement à ses subalternes.

Oui, il était intransigeant sur les questions touchant au service. Un mauvais régiment, mal instruit et mal discipliné – au-delà du préjudice pour la Nation en cas de guerre - c'était un mauvais colonel. Et il n'était pas un mauvais colonel.
Et non, il n'avait pas toujours eu ce caractère entier. Parfois il se souvenait du jeune tête au vent qu'il était avant de devenir cadet. Des claques qu'il se serait mis. Lui, qui exigeait une discipline parfaite, avait été plus que dissipé, turbulent même. Il avait montré la même volubilité dans ces études ensuite. Études où il ne brilla pas par la performance, cela va sans dire. Et puis il y avait eu cette terrible...
Il s'était engagé, il ne se voyait pas faire autre chose. Aujourd'hui encore, il louait cette décision. Au grand étonnement de son entourage qui lui prédisait une très courte vie militaire vu son caractère, il fit brillamment ses classes, obtint l'épaulette et devint un bon officier. Il avait bien changé depuis son jeune temps, mais il avait conquis galons, notoriété et vie mondaine. Il aimait l'homme qu'il était devenu et aimait sa vie. Ses deux vies : la brillante, celle des salons et des dames aux éventails parfumés ; et la réglée, celle de la caserne avec les sonneries de clairon et les uniformes alignés. Même si oui, de temps à autre, les choses se déréglaient.

Et pour un rien parfois. Quand on lui faisait remarquer son léger souci du détail, il rappelait toujours le terrible accident de la ligne Granville-Paris. Huit minutes de retard, rien en somme, et le train express n°56 avait fini sa ligne 10m plus bas, après avoir traversé la gare et être passé par la façade. Huit minutes. On ne trouvait pas grand chose à répliquer en général.
Donc, même si cela devait lui valoir quelques coups de sang, son régiment était mené à la baguette. Il n'était pas et ne serait jamais un monsieur Pellerin.


Alors ce soir, le théâtre, il y avait droit. Les Courtet y seraient. Il en était certain : Albert lui avait écrit à quel point son épouse était impatiente de voir cette pièce ; Marcelline lui avait écrit à quel point elle était impatiente de le revoir. Et voilà les soucis régimentaires qui s'envolaient bien loin accompagnant les volutes de fumées de la locomotive...



Theatrum mundi...

Pour terminer...


Pseudonyme : Amarine, mais vous pouvez m'appeler Ama ou Ririne, ou Mama. Quoique non, pas Mama.
Âge : 26 ans
D'où nous venez-vous ? Tour de jeu sûrement
Quelque chose à nous dire ? Comme ça là ? Heu... non



Dernière édition par Dominique Lebrun le Jeu 11 Avr - 9:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armide
Caméléon psychopathe - Incarnation de l'Efficacité
avatar

Messages : 791

MessageSujet: Re: Dominique Lebrun   Mer 10 Avr - 12:11

Coucou !

Alors, tout d'abord, félicitations : je trouve que tu as vraiment bien cerné le personnage, c'est impressionnant ! Very Happy

Pour ce qui est du contenu de la fiche, je ne vois rien à redire. Je te suggère un bon zéro en infamie (même s'il a été turbulent autrefois, Dominique n'est sans doute pas intéressant du tout pour la pègre... ^^) et environ 250 points de mondanité, pour ses galons et ses relations ?

Je laisse à Pierrot le soin de te valider, au cas où elle aurait remarqué quelque chose qui cloche. Wink

Bienvenue parmi nous ! I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pierrot Lunaire
La bouche clownesque ensorcèle comme un singulier géranium
avatar

Messages : 2896

MessageSujet: Re: Dominique Lebrun   Jeu 11 Avr - 2:01

Eh bien non, je n'ai rien remarqué ! Enfilez vite votre couleur, M. Lebrun, et rejoignez-nous en RP ! Wink

_________________
Qui c'est, lui ? Liste des PNJs utilisés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://locution-des-pierrots.blogspot.com
Dominique Lebrun
Être homme ? tu le peux. Va-t'en, guêtré de cuir
avatar

Messages : 160

MessageSujet: Re: Dominique Lebrun   Jeu 11 Avr - 9:50

Ah, ça me fait plaisir que mon Dominique vous plaise !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Dominique Lebrun   

Revenir en haut Aller en bas
 

Dominique Lebrun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chronique du règne de Félix Faure :: En scène ! (hors RP) :: Les Acteurs de bonne foi :: Spectacle vivant-