AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 Aristide Rabantin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aristide Rabantin

avatar

Messages : 22

MessageSujet: Aristide Rabantin   Mar 2 Avr - 14:00


Carton d'invitation


Registre des habitants de la ville de Paris


Nom & Prénoms : Aristide Rabantin
Âge & Date de naissance : 26 ans, né en 1871
Origine sociale : Petite bourgeoisie
Métier, occupation : Avocat
Ambitions : Comme beaucoup de ses confrères, il rêve d’un destin à la fois juridique et politique.
Milieu fréquenté : Honnêtes et simples gens. Il a une clientèle de petits bourgeois, de gens de basse extraction, parfois de voyous. Il fréquente un "cercle" d’amis cyclistes.
Mondanité : [à définir]
Infamie : [à définir]



Tout esprit profond s'avance masqué

Description physique et psychologique


Paris, le 12 janvier 1897,

Cher M. de M.,

C’est avec une certaine gêne que je pose ma plume sur le papier car en ma qualité de bâtonnier de l’ordre des avocats du barreau de Paris il n’entre guère dans mes attributions de donner mes sentiments personnels à propos d’un collègue.

Néanmoins, en tant qu’ami, je vous mets en garde si vous souhaitez entrer en relation d’affaires avec ce jeune homme. L’on prétend qu’il viendrait de Provins, d’une famille de boutiquiers sans grande envergure. J’ai su qu’il avait été en pension chez des Jésuites qui lui apprirent certainement l’art de la logique. De ses années d’études, je n’en connais que peu : il fut un étudiant tout à fait ordinaire comme l’on peut en croiser des dizaines à la faculté. Il a gardé ses habitudes de garçon ; je ne l’ai vu qu’habillé de la robe noire trop ample pour lui durant la semaine et un canotier vissé sur son crâne le dimanche. Il a une silhouette gracile, le rire facile et des passions farfelues qu'il partage avec des gens d'origine douteuse. Je le soupçonne de se rendre dans ces guinguettes propices à tous les vices.

Maître Rabantin rejoignit mon cabinet lorsqu’il eût décroché sa licence. Comme tous les débutants, je l’installais à une écritoire avec pour mission de préparer les pièces relatives à la défense de mes clients et de copier les discours que je lui dictais. Croyez-vous qu’il s’acquitta docilement de sa tâche ? Que nenni. Il osa parler de réorganiser certaines choses. Après trois décennies d’existence, la qualité de notre cabinet était irréprochable. Têtu, il insista et osa réécrire quelques-uns de mes discours. Il avait également dans son esprit des idées trop progressistes pour être honnêtes. Je ne voulais pas salir notre réputation, surtout après les évènements de l’Opéra. J’intimais l’ordre à maître Rabantin d’obéir à mes ordres, d’abandonner ses opinions radicales ou de prendre la porte. Il la claqua derrière lui si fort que les murs tremblèrent.

Depuis cette malheureuse histoire l’homme a ouvert son propre cabinet dans les quartiers populaires. L’on pourrait croire qu’il pratique là par pure charité auprès des nécessiteux. Ce serait une erreur. Maître Rabantin n’a pu investir beaucoup dans l’affaire mais il est ambitieux, arrogant et bien trop sûr de lui. Je ne m’étonnerais pas si un jour j’apprenais qu’il se présente à la députation. Il pourrait réussir. Il est jeune, charmant et a l’esprit vif. Son seul défaut est sa petite taille, mais il compense ce handicap par ses talents oratoires et sa pugnacité. S’il est élu, cet homme fera trembler notre bonne vieille France.

M. de F.

Bâtonnier de l’Ordre des Avocats du Barreau de Paris





Seules les pensées que l'on a en marchant valent quelque chose

Texte d'introduction au personnage ou test RP


Le canotier de travers, l’œil un peu trouble, Aristide éclata de rire en écoutant la saillie grivoise du chansonnier captivant l’attention du public sur la scène des Folies Bergère. Sans façon le petit avocat donna un coup de coude dans les côtes de son voisin qui, un peu imbibé lui aussi par la boisson, ne sentit aucune douleur.

"Au fait, c’est qui celui-là, je n’le connais pas."

"René… Raymond… Quelqu’ chose comme ça… "

" C’est sûr il ira loin. Il a d’la répartie, le bonhomme. "

"Plus que toi au barreau d’Paris ? "

Ses autres amis s’esclaffèrent. Le visage d’Aristide Rabantin se fendit d’un large sourire. Touché. Tous applaudirent bruyamment lorsque l’artiste eut fini son numéro. Un de ses voisins de table remplit les verres vides d’un petit blanc au goût amer qui détruisait peu à peu les papilles gustatives des palais délicats. Après une demi-bouteille, n’importe quel client pouvait clamer que, finalement, ce guinguet n’était pas si mauvais en bouche.

Tandis qu’une demoiselle entre deux âges chantait une ritournelle amoureuse, les hommes assis autour de la table délaissèrent les plaisanteries faciles pour discuter de sujets bien plus sérieux. L’hiver froid et ses pluies verglaçantes avaient contraint les forçats de la route à se replier stratégiquement vers des lieux plus accueillants que les allées froides de la Butte Chaumont. La bande d’amis se retrouvait pour discuter vélo, biensûr, mais ces passionnés étaient à l’affut des nouveautés que la technique pouvait offrir à l’homme en matière de loisirs à la veille du très attendu XXème siècle.

L’on commença par commenter les résultats de la course automobile Paris – Marseille – Paris qui avait eu lieu en décembre. Une chevauchée de plus de mille cinq-cents kilomètres sur une monture à moteur au caractère parfois sauvage, cela forçait l’admiration et l’envie. Chacun donna son pronostic pour les prochaines courses, on commenta les différents articles parus dans la presse sur les nouvelles machines et les innovations des constructeurs.

Souriant à travers la brume des fumées des pipes et des cigarettes, Aristide sirota son verre en savourant l’instant présent. Il n’avait jamais imaginé que la mécanique pouvait être aussi attrayante. Au collège, il avait préféré les lettres classiques aux mathématiques et aux sciences en général. Mais depuis qu’il avait rejoint ce petit club de passionnés de bicyclette et par extension de sports automobiles, il se plaisait à compulser les articles de presse relatant les performances des véhicules. Si acheter l’un de ces engins n’était pas une priorité –il comptait bien acquérir un appartement plus spacieux que sa garçonnière actuelle- il étudiait la possibilité d’en acquérir une à long terme, ce qui certainement attirerait l’attention de nouveaux clients potentiels. Un avocat doit savoir se montrer pour exister.

Il étira ses jambes alourdies par l’alcool tandis qu’un de ses compagnons étouffa un bâillement dans sa main. Il commençait à se faire tard ; Aristide soupira en pensant à sa journée du lendemain qui promettait d’être fatigante. Le lundi les clients assiégeaient son cabinet trop petit comme s’ils lui reprochaient d’avoir chômé tout son dimanche. Pourtant les cas restaient invariablement les mêmes… Les petits bourgeois sont tellement prévisibles.

"Bon, les amis, je lève le camp. Ma femme croit que je suis allé jouer au bridge ! " lança d’un des adeptes de la petite reine en faisant un clin d’œil comique, ce qui fit rire l’assemblée. Les passionnés se dispersèrent dans les rues de Paris aux volets ensommeillés, chacun regagnant son logis dans une partie de la capitale en se souhaitant une bonne semaine, dans l’attente de leur rendez-vous dominical.



Theatrum mundi...

Pour terminer...


Pseudonyme : Ada
Âge : 35 ans
D'où nous venez-vous ? Tour de Jeu
Quelque chose à nous dire ? Heureuse de faire votre connaissance Wink




Dernière édition par Aristide Rabantin le Mer 3 Avr - 4:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pierrot Lunaire
La bouche clownesque ensorcèle comme un singulier géranium
avatar

Messages : 2896

MessageSujet: Re: Aristide Rabantin   Mer 3 Avr - 0:03

Bonjour Aristide et bienvenue parmi nous !
Quel superbe avatar (c'est du Daumier, n'est-ce pas ?) et quelle fiche intéressante ! C'est un réel plaisir à lire ! Very Happy

J'ai cependant deux petits détails à signaler, mais tu verras, c'est peu de choses !

Le premier passage qui m'a interpelé est la partie sur les études. Est-il bien nécessaire d'aller jusqu'au doctorat ? A cette époque, les grades universitaires ont beaucoup plus de valeur qu'aujourd'hui, parce que les études universitaires sont réservés à un très petit nombre de personnes (en ce sens, parler de "centaine d'étudiants" est presque trop). En ce sens, penses-tu qu'il serait possible de se limiter à la licence, qui est nécessaire pour l'exercice de la profession ? Je connais pas mal d'écrivains de l'époque, très doués, qui ne parvenaient pas au stade de la licence de droit ou de lettres (voire au baccalauréat pour certains...), et je ne suis pas certain qu'un petit bourgeois ait pu se permettre beaucoup plus, dans l'ordre naturel des choses. Wink

Ensuite, il faudrait ... tout simplement changer le nom de l'endroit où Aristide retrouve ses copains férus de cyclisme. Les Funambules sont en effet une vraie salle de spectacle, alors qu'on a l'impression d'être dans un café-concert ou un music-hall à te lire (le mix café-spectacle varié). Afin de n'avoir rien de substantiel à éditer, il te suffit donc de modifier le nom de l'endroit (en inventant un nom si tu le souhaites) et ce sera parfait. :)

Au plaisir de te voir bientôt courir les rues de Paris à bicyclette, ou en grande robe noire !


_________________
Qui c'est, lui ? Liste des PNJs utilisés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://locution-des-pierrots.blogspot.com
Aristide Rabantin

avatar

Messages : 22

MessageSujet: Re: Aristide Rabantin   Mer 3 Avr - 4:26

Bonjour,

Je n'ai pas trouvé beaucoup de sources sur les études d'avocat au XIXème, en fait je n'ai trouvé que le CV de quelques grands ténors du barreau qui étaient allés jusqu'au doctorat... Et qui avaient sans doute les moyens de faire leurs études pour intégrer de grands cabinets.

Je remplace centaines par dizaines.

Pour le café-théâtre, je déménage les joyeux lurons aux Folies Bergère. :wine:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armide
Caméléon psychopathe - Incarnation de l'Efficacité
avatar

Messages : 791

MessageSujet: Re: Aristide Rabantin   Mer 3 Avr - 4:32

Et c'est impeccable ! Very Happy Maître Rabantin, je vous souhaite la bienvenue chez les honnêtes gens ! ^^ Nous allons discuter des points de mondanité et d'infamie de ton personnage, donc les ajouterons plus tard. Wink

Maiis... tu peux déjà te joindre à nous en postant la fiche de signalement de ton personnage, en rédigeant ou en répondant à une demande de RP, ou encore en venant flooder avec nous ! Bien évidemment, la chatbox t'est ouverte, c'est le plus souvent là que nos joueurs se retrouvent après une dure journée de labeur. Razz

Et maintenant, que le rideau s'ouvre... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Aristide Rabantin   

Revenir en haut Aller en bas
 

Aristide Rabantin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chronique du règne de Félix Faure :: En scène ! (hors RP) :: Les Acteurs de bonne foi :: Spectacle vivant-