AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 Un rendez-vous important

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Constance Saintoin

avatar

Messages : 42

MessageSujet: Un rendez-vous important   Sam 26 Jan - 3:24

Le billet envoyé par le vicomte de Lonsay lui avait fait plus que plaisir... Elle en avait presque sauté de joie en le lisant.
Il faut dire que monsieur Borel n'avait pas été tendre avec elle lors de son dernier cours. Il avait mis Constance en colère en disant que même une chanteuse de guinguette mettait plus d'émotion dans son chant. Les poings serrés, elle chanta pour la énième fois la Médée de Cherubini. La jeune femme mit le plus de sentiment qu'elle pouvait, et il faut dire qu'ils affluaient... Une sorte de tristesse mélangée à la colère. Et la professeur semblait plutot content que sa pique ait fait mouche.
Quand la jeune femme eut fini, elle prit ses affaires et partit précipitamment en claquant les portes sans prendre la peine ni de saluer le professeur et le vicomte.
C'est pour cela qu'elle fut étonnée et heureuse de recevoir des nouvelles du vicomte et de monsieur Borel (chez qui elle devrait, bien sur, retournait reprendre des cours).


Constance se dirigeait d'un pas décidé vers l'Opéra où le vicomte et elle avait rendez-vous ce jour même à 15 heures précises. Cette fois, la jeune femme était en avance, elle se décidait à attendre Monsieur de Lonsay devant l'entrée de l'Opéra.
Constance était on ne peut plus anxieuse... Et son orgueil lui dictait de faire demi-tour sans attendre ; c'était bien le directeur de l'opéra qui l'avait la dernière fois renvoyée comme une malpropre sans même daigner l'écouter chanter.
La jeune femme sentait qu'elle ne serait pas des plus agréables avec son futur protagoniste, et cela serait bien malgré elle. Son caractère restait le plus fort, et gare à ceux qui avaient blessé son orgueil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charles-Armand de Lonsay
Dandynosaure
avatar

Messages : 167

MessageSujet: Re: Un rendez-vous important   Dim 27 Jan - 4:51

À 14h50, Charles-Armand de Lonsay entrait dans l'avenue menant à l'Opéra. Jugeant complètement inutile de venir en voiture pour un si court trajet - après tout, son domicile était si proche... -, il était tout simplement venu à cheval. La marche à pied ne lui déplaisait pas, mais les rues de Paris, vous savez... et puis, l'équitation avait un petit quelque chose d'élégant, tout de même ! Bref, le vicomte allait arriver avec quelques minutes d'avance, juste ce qu'il fallait pour être pile à l'heure dans le bureau d'André Jamyn... enfin, si Constance Saintoin était à l'heure. Après tout, les femmes... Il en avait connu bien peu qui fussent ponctuelles : sa mère et ses soeurs mettaient un point d'honneur à arriver avec le quart d'heure de retard le plus convenable, les dames de la haute société passaient des années devant leurs miroirs à se poudrer... Que voulez-vous ! Telle était la gent féminine.

Aussi la vue de la petite provinciale l'attendant devant l'Opéra le surprit-elle plutôt agréablement, quand bien même il lui semblait presque... impoli qu'elle eût eu à l'attendre. Il remarqua à son visage qu'elle était anxieuse, nerveuse même, et s'il comprenait ce sentiment, il se demandait quels en seraient les potentiels effets sur le rendez-vous qu'il avait peiné à lui obtenir : il était hors de question qu'elle laisse passer sa chance ! De quoi aurait-il l'air, après tout ? Le regard sévère du vicomte, bien plus sévère qu'il ne l'était à l'accoutumée, pouvait bien laisser présager les conséquences funestes d'un échec... De quoi augmenter encore la tension qui pesait sur les épaules de Constance Saintoin, s'il était possible. Quoi qu'il en soit, son salut n'en fut pas moins cordial.

"Mademoiselle Saintoin, bonjour."

Et, enchaînant directement sur la suite des événements :

"Votre ponctualité m'enchante. Monsieur Jamyn nous attend. Venez donc."

Et, sans attendre de réponse particulière, il gravit les escaliers de l'Opéra, entra dans le bâtiment et dirigea d'un pas sûr la demoiselle jusqu'au bureau de M. Jamyn. Il les fit annoncer, puis, attendant qu'on les fasse entrer :

"Prête, mademoiselle ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance Saintoin

avatar

Messages : 42

MessageSujet: Re: Un rendez-vous important   Lun 28 Jan - 1:18

Le vicomte arriva lui aussi en avance, sur un superbe cheval. Cela fit grande impression sur Constance, elle avait toujours rêvé de savoir monter.
Il descendit, tout en la scrutant, d'un regard d'abord approbateur. Puis celui-ci changea devenant soudain dur et froid accompagné tout de même d'un salut agréable.
Constance salua de même, pourtant, elle ne pouvait se détacher de son regard comme si celui-ci lui disait "Vous ne pouvez pas, vous ne devez pas échouer."
La jeune femme s'en offusquait intérieurement. Ainsi, il n'avait aucune confiance en elle et en ses capacités. Elle pouvait comprendre que le vicomte fasse attention à sa réputation, mais penser qu'elle lui ferait honte ça non, elle le refusait !
Les traits de la jeune provinciale se fermèrent et ses yeux exprimaient une réelle colère...

Charles-Armand, après une remarque convenable sur sa ponctualité, il entraina la jeune femme poliment jusqu'à l'Opéra.
L’Opéra lui faisait encore grande impression, c'était un bâtiment vraiment sublime.
Ils passèrent cependant très rapidement, et ils arrivèrent devant la grande porte de bois sombre qui portait une plaque marquée " Directeur : André Jamyn".
Le vicomte les avait fait s'annoncer, ils devaient attendre quelques minutes avant qu'on ne les fasse entrer.


"Prête, mademoiselle ."


Constance ne tenait plus, elle ne supportait pas que l'on remette en cause ses capacités:

"je sais ce que vous pensez monsieur! Vous avez peur...peur que j'échoue, peur surtout que je vous ridiculise en public devant ce monsieur Jamyn.
Alors sachez que je n'échouerais pas. Et que je vous respecte trop pour vous ridiculiser de cette manière.
Donc, je suis prête ! "


La porte s'ouvrit et Constance entra.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armide
Caméléon psychopathe - Incarnation de l'Efficacité
avatar

Messages : 791

MessageSujet: Re: Un rendez-vous important   Mar 29 Jan - 11:04

André Jamyn, directeur de l'Opéra

En guise d'unique réaction à la réplique colère de sa jeune "protégée", le vicomte ne fit qu'hausser légèrement le sourcil : ce que ces petites provinciales pouvaient avoir de caquet, tout de même, parfois ! Il la fit passer devant lui, d'un gracieux geste du bras, puis la suivit dans le bureau d'un directeur qui les accueillit assez cordialement - au moins par égards pour son vieil ami le vicomte. Comme quoi, les recommandations... ça pouvait toujours avoir son petit effet !

Mais s'il avait accepté d'accorder une seconde chance - la dernière, sans doute - à la petite provinciale que le vicomte avait eu l'idée saugrenue de ramasser sur un carreau du pavé (ah ! cette éducation Premier Empire, ça donnait parfois des résultats vraiment étranges, quoi qu'on en pense !), il allait sans dire qu'il se montrerait aussi intransigeant qu'à l'accoutumée, Charles-Armand de Lonsay ou pas, François Borel ou pas. Même si ces recommandations pesaient leur poids...
La jeune fille entra dans le bureau, suivie de son protecteur, toujours aussi aimable. Le directeur les salua tous deux de quelques paroles concises, puis offrit à la demoiselle l'occasion enfin rêvée de l'écouter. Un musicien de l'Opéra, violon de son métier, attendait auprès d'un piano, au fond de la pièce. L'heure de faire ses preuves avait sonné...

"Nous vous écoutons, mademoiselle", déclara André Jamyn en faisant un signe à l'accompagnateur improvisé. Il n'avait pas remis de partition particulière... sans doute s'attendait-il à quelque chose de spontané venant de la candidate ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance Saintoin

avatar

Messages : 42

MessageSujet: Re: Un rendez-vous important   Jeu 31 Jan - 23:15

Constance fut surprise par le relatif jeune âge de Monsieur Jamyn. Elle c'était imaginée un vieil homme avec plus de barbes que de cheveux. Le codirecteur de l'Opéra était tout le contraire : élégant, ne dépassant pas, ou approchant de la quarantaine. Pourtant, celui-ci malgré un accueil remarquable, affichait un air méprisant qui insupportait Constance.
Elle était presque certaine qu'il avait entendu son "monologue", et celle-ci se sentit soudain gênée d'avoir cédé aux émotions qui l'avaient submergés.
Qu'avait-elle alors à l'esprit ? Elle ne pouvait laisser passer sa chance. Pas cette fois.
Elle salua le directeur d'un élégant mouvement de tête, tandis que le vicomte la guida avec son bras.
Un homme se tenait près d'un piano. Bien, elle ne devrait pas chanter A Capella.

"Nous vous écoutons, mademoiselle"

"Bien Monsieur"

Elle avait pris la partition d'Ouvre ton cœur" de Bizet, elle candit une des partitions au pianiste et l'autre a Monsieur Jamyn. Constance l'avait travaillé avec Monsieur Borel en même temps que Cherubini, elle le connaissait parfaitement.
La jeune femme se chauffa la voix, et le pianiste la suivit.
Quand elle eut fini, elle ferma les yeux quelques instants. Constance cherchait à faire chanter ses émotions, que pouvait faire passer la chanson comme sentiments .
Elle choisit une sorte de mélange de tristesse et de détermination.
La jeune provinciale se sentit vivre avec la chanson. Elle ouvrit donc les yeux et chanta...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armide
Caméléon psychopathe - Incarnation de l'Efficacité
avatar

Messages : 791

MessageSujet: Re: Un rendez-vous important   Sam 2 Fév - 1:43

André Jamyn, directeur de l'opéra

André Jamyn prit la partition avec une indifférence tout à fait affectée, puis se tourna vers le piano et fit un signe de tête à l'accompagnateur. Qu'elle eût choisi une pièce de Bizet l'étonnait : il y en avait tant d'autres, de plus aisées et de plus réputées ! Mais celle-là, en dépit de son intitulé tristement convenu, avait beau ne pas payer de mine, elle n'en était pas moins périlleuse... il l'attendait donc au tournant.

Étrangement, du moins aux yeux d'André Jamyn, ce tournant fut bien long à venir... bien long... Resté debout à côté de lui, le vicomte de Lonsay le regardait en souriant à demi, d'un air que Jamyn avait du mal à définir. Peut-être un petit reproche implicite d'avoir laissé la jeune fille sur le carreau sous prétexte qu'elle n'était que provinciale, qu'elle n'avait que sa voix pour la recommander ? Peuh ! c'était bien une réaction datée, ça ! De nos jours, on ne raisonnait plus ainsi !
À la fin de l'air, le directeur s'était pourtant déridé, un peu malgré lui. Certes, certes ! la petite n'avait pas la voix de la grande Elvira, la diva du moment... Elle n'avait pas non plus celle des solistes de l'Opéra, mais c'était tout à fait normal : la maturité d'une voix ne vient-elle pas à la trentaine, voire un peu plus tard ? Et cette fille-là était jeune... S'il restait, à son sens, des imperfections, des choses à apprendre, elle était dotée d'un coffre intéressant et d'une voix claire... Peut-être pas chanteuse soliste, non. Mais soprano parmi les choeurs... pourquoi pas. Certaines jeunes filles de ce corps n'avaient pas cette voix-là, et travaillaient pourtant pour l'Opéra. Quant à la suite de sa carrière, elle ne dépendrait bien que d'elle, n'est-ce pas ?

Le directeur adressa un rapide signe de tête au vicomte, puis se tourna vers la jeune fille: "Mademoiselle, votre prestation était acceptable." Pour quiconque ne connaissant pas André Jamyn, cette phrase pouvait sembler dépréciative. On ignorait trop souvent qu'il n'adressait que rarement des compliments - sauf dans un salon mondain - et qu'il était déjà bien d'avoir obtenu du premier coup une telle appréciation. Constance avait le droit de s'en offusquer un peu, d'autant plus qu'il ne poursuivit peut-être pas le plus habilement qui soit : "Certes, vous ne ferez pas une première chanteuse dès à présent... Votre professeur, M. Borel, a dû vous en expliquer les raisons." La jalousie d'Elvira, la voix qui devait se développer, l'entraînement tout particulier qu'il lui restait à recevoir si elle voulait vraiment entrer dans le corps de l'Opéra... sans parler de la réputation, bien entendu. "Néanmoins, votre voix possède un timbre intéressant, et vous ne manquez pas de coffre. Deux qualités qui valent leur poids de recommandations... Et vous, monsieur Carrière, qu'en avez-vous pensé ?"

Sans ajouter quoi que ce soit à l'adresse de Constance, il demanda au pianiste son avis, non en tant qu'accompagnateur, mais en tant que maître de concert. L'échange fut bref, puis le directeur revint à Constance... pour mieux lui demander de patienter : "Avant de vous annoncer quoi que ce soit, Mademoiselle, je vous prie de m'excuser quelques instants. Comme vous le savez sans doute, l'Opéra de Paris est géré par deux directeurs ; il va sans dire que je ne puis me permettre de prendre la moindre décision sans en avertir mon co-administrateur. Venez, monsieur Carrière."

Jamyn s'éclipsa, suivi du pianiste, laissant le vicomte et la chanteuse seuls. Si Charles-Armand de Lonsay n'avait pipé mot pendant tout ce temps, s'il s'était montré d'un calme tout à fait imperturbable pendant tout l'échange, sans doute était-ce parce qu'il connaissait bien le tempérament de son ami. Cela dit, il gardait en mémoire le regard furieux, outré même, de la chanteuse... Afin d'éviter un éclat des plus malvenus, maintenant ou plus tard, il se tourna vers elle et sortit de son mutisme : "Vous avez fait impression, Mademoiselle. Il est rare que M. Jamyn complimente qui que ce soit... et son absence n'est-elle pas bon signe ? Après tout, si vous n'eussiez pas convenu, serait-il allé prendre l'avis de M. Carrière, puis de M. Gérard, le second directeur de cet établissement ?"

Sur ces entrefaites, la porte s'ouvrit et André Jamyn rentra. Ni M. Gérard, ni M. Carrière ne le ne suivaient...

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance Saintoin

avatar

Messages : 42

MessageSujet: Re: Un rendez-vous important   Mar 5 Fév - 23:19

"Mademoiselle, votre prestation était acceptable."

Acceptable ! Quel goujat... Il aurait pu tout de même expliciter son propos. Constance serra les dents et pensa à la citation "tourne-toi 20 fois la langue dans ta bouche avant de parler". Elle devait être utilisée en cette occasion. Un propos malvenu est c'en était finis de sa carrière...

"Certes, vous ne ferez pas une première chanteuse dès à présent... Votre professeur, M. Borel, a dû vous en expliquer les raisons."

Elle était au courant... C'était d'ailleurs bien gentil de lui rappeler, qu'elle ne pourrait devenir une véritable diva une fois qu'Elvira serait morte. Sa jalousie était bien connue, et avec elle il ne fallait pas se montrer trop bon, ou pas assez, car dans les deux cas elle s’arrangeait pour vous renvoyer le plus rapidement possible.
Cependant, Monsieur Jamyn fit certains compliments sur la voix de la jeune femme. Cela lui fit plaisir, mais elle veilla à ne pas montrer ses émotions. A vrai dire tout se bousculait en elle: la joie, la colère, la déception... Mais il était vrai qu'elle ne pourrait pas devenir soliste tout de suite. Tous les plus grands avaient commencé en tant que soliste.

Monsieur Jamyn se rendit auprès du pianiste pour demander l'avis du musicien. Puis il s'excusa, car il devait partager son opinion avec le second directeur de l'opéra.
Constance se retrouvait seule avec son mécène, qui n'avait pas bronché depuis le début de la séance.

Celui-ci dit :
"vous avez fait impression, Mademoiselle. Il est rare que M. Jamyn complimente qui que ce soit... et son absence n'est-elle pas bon signe ? Après tout, si vous n'eussiez pas convenu, serait-il allé prendre l'avis de M. Carrière, puis de M. Gérard, le second directeur de cet établissement ?"

Ainsi, monsieur Jamyn était avare en compliment. C'était tout de même bon signe pour la jeune femme. Elle sourit à son mécène.
- Je voulais m'excuser pour tout à l'heure... Je me suis emportée.
Pour ceux qui connaissait Constance, il savait qu'il était extrêmement rare qu'elle s'excuse pour un propos ou une action qu'elle jugeait juste. Charles-Armand faisait partis des rares auprès desquels elle c'était excusée.

Monsieur Jamyn fit son apparition quelques instants plus tard... seul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armide
Caméléon psychopathe - Incarnation de l'Efficacité
avatar

Messages : 791

MessageSujet: Re: Un rendez-vous important   Mar 12 Fév - 13:46

André Jamyn, directeur de l'Opéra

Quand le directeur retrouva son bureau, il était seul. La discussion n'avait, de toute évidence, pas été d'une rare longueur... ce qui pouvait laisser présager de très bonnes et de très mauvaises choses. C'était là l'inconvénient, d'autant plus que le visage du directeur était naturellement assez flegmatique. L'espèce de mauvaise humeur qu'il pouvait fréquemment afficher pouvait en outre être lue de plusieurs manières différentes : vexation à l'idée d'accepter cette provinciale dans son corps de chanteurs, ce qui signifiait assumer une erreur de sa part, donc des excuses ; vexation à l'idée de ne pas l'engager, alors que finalement...

Mais en fin de compte, tout cela n'importait guère, puisque la jeune fille allait très vite être fixée. Par un savant goût de la cruauté et du sadisme, Jamyn prit tout le temps nécessaire et plus encore pour se rasseoir, pour regarder tranquillement la demoiselle, avant d'enfin lui annoncer la couleur : "Mademoiselle..." Une pause, comme de bien entendu, afin de faire durer le suspense ! Il fallait bien reconnaître aussi que Jamyn était dans ses petits souliers, ce que le vicomte de Lonsay, un peu en retrait, savourait comme une petite victoire personnelle sur les idées préconçues.
"Peut-être vous avais-je mésestimée..." Autant y aller doucement, n'est-ce pas ? En tout cas, au moins aux yeux du vicomte, sa figure était agréablement déconfite à cet instant précis. "M. Carrière s'est montré fort enthousiaste à votre propos." Bonne nouvelle pour Constance : au moins, elle avait un petit soutien dans l'orchestre... C'était peu, mais c'était déjà ça. "M. Gérard, au vu de vos recommandations et de votre prestation, n'a donc opposé aucune raison de repousser votre candidature." Ah, on y était enfin ! "Vous serez intégrée au choeur dès la semaine prochaine."

Voilà, les mots étaient enfin prononcés. Sans se préoccuper de féliciter la nouvelle chanteuse, et encore moins de s'excuser pour sa conduite passée, le directeur trempa sa plume et écrivit quelques mots sur un papier. Un aide-mémoire, sans doute... ou peut-être n'était-ce que pour lui permettre de se donner contenance. Quelques traits plus tard, le directeur se leva et raccompagna les deux visiteurs jusqu'à la porte, les renvoyant dans le couloir de l'Opéra avec un "bonsoir" tout à fait conventionnel.

La porte refermée, le vicomte félicita la chanteuse nouvellement promue.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance Saintoin

avatar

Messages : 42

MessageSujet: Re: Un rendez-vous important   Ven 15 Fév - 9:59

Le directeur n'affichait aucune émotion particulière, Constance sentit ses joues s'enflammer, et une boule lui obstruer la gorge. Elle ne pouvait plus attendre, et ce crétin prenait un malin plaisir à faire durer le suspense. Oh, cela devait bien l'amuser...

Cependant Constance suivit les conseils de son mécène et ne pipa mot, même si l'envie ne lui manquait pas.

Mais le directeur était on ne peut plus mal à l'aise, et Constance le ressentait. Il tentait pourtant de garder un flegme des plus exemplaires, cela forçait tout de même au respect.
Les paroles de monsieur Jamyn étaient hachées. Mais les mots tant attendus par Constance sortirent enfin de sa bouche : "Vous serez intégrée au choeur dès la semaine prochaine."

Constance voulue presque pousser un cri de joie. Elle avait enfin un poste à l'Opéra ! Pour elle c'était une lueur d'espoir.
La jeune provinciale ne s'attendait à aucune excuse de sa part. Elle avait en effet cerné le caractère de Monsieur Jamyn, et elle avait compris qu'il ne serait pas homme à s'excuser pour une erreur de jugement. La jeune femme avait aussi conscience que sans sa rencontre avec le vicomte sur les marches de l'opéra, elle n'aurait eu aucune chance. Les quelques cours qu'elle avait pris chez monsieur Borel avaient eu une certaine influence sur sa voix. Tout ce qu'elle avait obtenu, c'était grâce au soutien de Charles-Armand.

Le codirecteur les salua plus tard et les raccompagna à la porte de son bureau. La porte se referma et le vicomte salua chaleureusement Constance. La jeune femme le coupa dans son discours et dit :

- Tout ceci vicomte, c'est grâce à vous. Je n'aurais jamais obtenu ce travail sans votre aide. Merci pour tout Monsieur.

Et elle lui lança un sourire plein de fossettes....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charles-Armand de Lonsay
Dandynosaure
avatar

Messages : 167

MessageSujet: Re: Un rendez-vous important   Lun 25 Fév - 23:55

Sortis enfin victorieux de l'antre du directeur, la chanteuse et son mécène refirent le chemin en sens inverse, direction la sortie de l'Opéra. En chemin, la jeune fille n'avait pas manqué de le remercier, avec un sourire si large et si rayonnant que le vicomte n'avait pas manqué de piquer son fard habituel, sans rien répondre d'autre que des banalités. En redescendant les degrés de l'escalier, il repensa au moment où, quelques semaines plus tôt seulement, il l'avait trouvée en pleurs assise sur les marches, hurlant son désespoir au vide parisien. La transformation faisait plaisir à voir ! Quand l'heure de la séparation fut arrivée :

"Votre première victoire, Mademoiselle. Il vous reste d'autres combats, à présent..." Allusion aux rivalités de coulisse inévitables dans un microcosme artistique du genre de l'Opéra. "Serviteur, Mademoiselle.", ajouta-t-il dans une légère révérence, la formule de politesse n'étant que partiellement convenue dans ce cas précis : n'était-il pas à son service, en tant que mécène ?

Ces deux derniers mots prononcés, le vicomte remonta à cheval.

Citation :
Et ceci clot l'épopée de l'entrée de Constance à l'Opéra Garnier ! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Un rendez-vous important   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un rendez-vous important

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chronique du règne de Félix Faure :: Paris, ses faubourgs... :: Autour de l'Opéra :: L'Opéra de Paris-