AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 Ascension

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Pierrot Lunaire
La bouche clownesque ensorcèle comme un singulier géranium
avatar

Messages : 2896

MessageSujet: Re: Ascension   Mar 10 Sep - 2:38

Le membre 'Pierrot Lunaire' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Réussite' :

Résultat : 6, 5

_________________
Qui c'est, lui ? Liste des PNJs utilisés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://locution-des-pierrots.blogspot.com
Elke von Herzfänger
Un jour je serais, le meilleur dandy, je moustach'rai sans répit
avatar

Messages : 358

MessageSujet: Re: Ascension   Sam 21 Sep - 10:34

Petite raclure qui se bat si déloyalement ! Le reste, ça ne forma même pas une pensée : les mots moururent avant de naître, et Elke s'évanouit dans un profond sentiment d'injustice, avec, au cœur, une sourde impulsion de dégoût et de violence.

- Fichtre ! Y s'réveille ! Grouille-te !

Aus tiefem Traum bin ich erwacht...*

Des profondeurs j'émerge. Mais comme un bateau ivre, soumis à l'errance, la vision tangue et le cœur, chaloupé, implore pour retrouver une terre ferme.
Il porte une main à son front, cligne et re-cligne des yeux. La pupille se dilate et il finit par distinguer des doigts crasseux qui approchent une éponge de son front. Il clos les paupières.

- Ca va mieux ? J'vous ai trouvé au bas des escaliers l'aut'jour... J'ai ben vu des papiers dans vot' veston, mais j'sais pas lire, alors...

L'autre jour ? Que raconte la vieille sorcière ? Ouh, que le bras lui pique... Il voulut répondre mais sa mâchoire sembla réfractaire : ce qu'elle pesait lourd ! Il fronça les sourcils, de toute façon, il n'avait pas bien compris. Il hocha mollement du chef, parce qu'il pensait qu'elle s'inquiétait de son état. Escaliers... Montmartre. Maudit soit ces escaliers !

Dans un murmure il souffla « Wo bin ich… ». Ciel, avaler simplement sa salive était déjà difficile. Sa bouche semblait coller, pâteuse. Rouvrant les yeux, un agglutinement de souvenirs remonta à sa mémoire. Ah oui, le lâche. Il essaya de se redresser mais y renonça aussitôt. Alors que la main approchait de nouveau il la rejoignit au niveau de son front. Il saisit l’éponge, tentant par son mouvement de communiquer à la femme qu’il prenait le relai. Il ajouta : « Laissez-moi faire. » Dans un faible soupir.

Il était hors de question que ces doigts sales et malades puissent le toucher avec autant de naturel. Il avait dû s’évanouir à cause de sa chute, quelques prolétaires avaient dû profiter de l’occasion pour lui prendre le pécule qu’il transportait. Sûrement cette femme avait été moins chanceuse et s’était prise de pitié, espérant certainement qu’il la récompenserait d’une façon ou d’une autre.

Ce n’était pourtant pas l’affaire la plus urgente. « Où est-ce que je suis ? » Arriva-t-il à articuler, tant bien que mal. Il lui sembla presque que c’était à lui de faire des efforts pour ne pas parler trop correctement le français. Quelle idée saugrenue !





* in : Das trunkene Lied
(avec une traduction qui est la meilleure que j’ai pu trouver, faut fermer un œil mais sinon ça passe : D )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Ascension

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chronique du règne de Félix Faure :: Paris, ses faubourgs... :: Autour des Funambules-