AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 Ascension

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Elke von Herzfänger
Un jour je serais, le meilleur dandy, je moustach'rai sans répit
avatar

Messages : 358

MessageSujet: Ascension   Lun 7 Jan - 11:41

Son pas, pressé, sur le pavé de Montmartre, imprimait aux plis de sa cape un rythme régulier, comme une marée refluant sans cesse. Mais ce mouvement agressif ne donnait guère envie de lui emboiter le pas justement, car il se dégageait de sa personne une manifeste humeur mauvaise.

C’était un jour funeste.

Il tortura son postiche de moustache l’espace d’un instant, l’entortillant à son doigt. Ça n’allait pas. Ce costume préservait certes sa réputation, mais Dieu, certainement pas son style ! Ça n’avait pas d’allure, ce canotier bancal, tous ces foulards, cette moustache… ça vous chatouillait le nez et le postiche lui-même démangeait atrocement. Et puis ce masque oeil-de-chat pour dissimuler la forme de ses yeux. Non vraiment. Jalender ne pouvait pas être ridicule. Il n’y avait bien qu’au cirque que cela pouvait être bon pour les affaires ; l’entreprise qu’il voulait mener à bien et à bout ne pouvait souffrir d’une telle inélégance.

Le regard fixe, la pensée était bien loin : y avait-il ici des intérêts autre que ceux qu’on avait appliqué à son crédit ? Par exemple, n’y avait-il pas un tailleur sur cette satanée butte ?


Dernière édition par Elke von Herzfänger le Mar 8 Jan - 23:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armide
Caméléon psychopathe - Incarnation de l'Efficacité
avatar

Messages : 791

MessageSujet: Re: Ascension   Lun 7 Jan - 12:11

Annie, caricaturiste

Voilà plusieurs heures qu'elle flânait dans les petites rues de la butte Montmartre, crayonnant des absurdités éthyliques (ou du moins, qui en avaient l'air) entre deux propositions de caricatures. La journée n'était pas trop mauvaise, mais Annie s'en fichait : tant qu'elle pouvait payer sa piaule, sa gamelle et son matériel de dessin...

Alors qu'elle tournait en rond pour la dixième fois au moins dans quelque rue - laquelle, déjà ? Boh... pas d'importance ! -, Annie avisa un curieux monsieur... avec une démarche martiale... et une drôle de figure... Peut-être une bonne caricature... Il n'avait pas l'air commode, mais les apparences, vous savez... C'est comme elle, on la croyait toujours défoncée aux opiacées, ou complètement folle... mais ce n'était pas le cas... ou du moins, elle pensait que ce n'était pas le cas...

"Monsieur ?...", fit-elle d'une voix douce et grave, presque envoûtante - oui, vraiment, on croirait qu'elle avait fumé pour parler ainsi - en le regardant de ses grands yeux vagues, "Votre portrait ?... Souvenir de... Montmartre..."
L'homme lui semblait étranger... un étrange étranger... avec une tête curieusement composite... Quel personnage bizarre... Pourvu qu'il accepte...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elke von Herzfänger
Un jour je serais, le meilleur dandy, je moustach'rai sans répit
avatar

Messages : 358

MessageSujet: Re: Ascension   Mar 8 Jan - 23:52

"Votre portrait ?... Souvenir de... Montmartre..."

Fut-ce Montmartre, fut-ce souvenir ? L'oreille de Ludwig s'arrêta à ce mot qui s'était glissé, suave, jusqu'au tympan. Comme un cheval se braque il pila net dans son élan et avant même de croiser son regard, immola sur place l'impudent.
Enfin le visage apparu à sa perception, singulier faciès. Que lui voulez cet adolescent!...e ? L'habit le laissait croire. Qu'importe, qu'avait-on à stopper sa course ! Voyant à présent le reste, et notamment le carnet à croquis, la compréhension s'imposa à l'allemand. Ah, une caricaturiste, souvenir de Montmartre, oui, oui une esquisse. Qu'elle aille au diable !

"Pouss' tô d'mon ch'min le môme !" Répondit-il sèchement, tâchant de garder les accents de son nouveau personnage. Mais comme il n'en était qu'à l'ébauche, il tâtonnait et avait résolu pour l'heure qu'il tenterait de parler le patois des rues. Ou du moins...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armide
Caméléon psychopathe - Incarnation de l'Efficacité
avatar

Messages : 791

MessageSujet: Re: Ascension   Sam 12 Jan - 16:04

Annie, caricaturiste

Notre Joconde fin-de-siècle ne sursauta même pas quand le singulier personnage qui s'offrait à sa vue stoppa si brutalement et nerveusement qu'il aurait pu faire fuir la moitié de Paris et décourager toute tentative d'agression de la part des filous qui rôdaient peut-être par là. L'habitude, ou l'indifférence ? Toujours était-il qu'elle n'avait même pas attendu le "oui" pour commencer à griffoner : de toute manière, les dessins, ça peut se vendre à n'importe qui, et il se trouverait bien un quidam pour vouloir la caricature d'un autre que lui.

Bon, malheureusement pour elle, le monsieur avait dit non... d'une drôle de manière, d'ailleurs. Curieux accent que celui-là, elle ne l'avait jamais entendu ailleurs, jamais, dans la bouche de personne. Peut-être bien qu'il venait de loin... ou peut-être bien qu'il était un quelconque filou déguisé de roman. Un mouchard, peut-être ? En voilà une bonne idée de caricature ! Vite, vite, le crayon courait sur le papier à grands traits un peu raides et contrefaits, comme l'était la pauser du monsieur. Le dessin prenait forme. Tout en crayonnant, la petite femme lui répondit :
Oh, c'pas cher... pis ch'suis pas dans vot' ch'min...

Et tout en parlant, elle continuait à dessiner... Seriez-vous assez curieux pour vous pencher sur votre image ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elke von Herzfänger
Un jour je serais, le meilleur dandy, je moustach'rai sans répit
avatar

Messages : 358

MessageSujet: Re: Ascension   Jeu 24 Jan - 0:09

Et elle continuait imperturbable. Un élan de curiosité poussa Ludwig à desserrer le poing, à lâcher le personnage et à se pencher. Ce qu'il y découvrit lui déplu fortement mais l'intonation de sa voix semblait avoir changé.
" Qu'est-ce que tu fais ! Ce ne pas comme ça ! " Il attrapa le carnet, donnant un coup du dos des doigts sur la feuille, comme si le geste, par magie, allait arrangé le trait. " Regarde mieux, vraiment, as-tu pas des yeux pour voir ? " Incité par ses propres propos, il s'accrocha à ces pupilles-là et y resta suspendu. Une sourire s'esquissa sur ses lèvres.
" Mais ça ne pas étonnant. Tu prends quoi, au juste ? "

Et dans sa petite tête ravagée d'un imaginaire débordant, il profilait déjà l'utilité que la jeune fille pourrait avoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armide
Caméléon psychopathe - Incarnation de l'Efficacité
avatar

Messages : 791

MessageSujet: Re: Ascension   Mar 29 Jan - 5:53

Annie, caricaturiste

Elle n'avait même pas vu la réaction venir. Quelques instants après que l'homme eut attrapé son carnet de croquis, Annie était encore estomaquée, les mains ouvertes vers le vide, son crayon griffonant sur l'éther. Puis, elle revint de sa surprise et regarda l'homme, toujours de son air complètement étranger. Leurs regards se croisèrent, elle remarqua le rictus de l'homme et se demanda un moment ce qu'il pouvait bien être, comme personnage... Aurait-elle eu la malchance de se retrouver face à quelqu'un animé de mauvaises intentions, comme c'était déjà arrivé, selon toute évidence, aux filles de Bellevile ?...

Mais les paroles qu'il prononça ne furent pas d'une teneur précisément inquiétante, quand bien même la mine du monsieur ne lui revenait toujours pas. Il lui demandait ce qu'elle prenait, elle répondit : "Dix sous, monsieur...".

Visiblement, ils ne parlaient pas de la même chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elke von Herzfänger
Un jour je serais, le meilleur dandy, je moustach'rai sans répit
avatar

Messages : 358

MessageSujet: Re: Ascension   Jeu 31 Jan - 0:56

"Dix sous, monsieur..."

Elke - Jalender ? Bref, fronça les sourcils et mis un temps à comprendre ce que la môme était en train de lui raconter. " Oh tu crois que je vais te payer ça ? " Il parti d'un rire franc mais contenu. " Je vais payer, peut-être, si tu me mènes à l'endroit où tu te fournis. "Et sans lui rendre son carnet, il ouvrir légèrement le face à face qu'ils avaient formé pour se positionner plutôt vers la rue et ainsi, enjoindre l'ingénue inconnue à lui montrer la route. Comme une petite fée qui le guiderait vers d'inestimables trésors.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armide
Caméléon psychopathe - Incarnation de l'Efficacité
avatar

Messages : 791

MessageSujet: Re: Ascension   Jeu 31 Jan - 1:38

Annie, caricaturiste

Où elle se fournissait... Où elle se fournissait... Voilà bien une étrange question ! Un moment, Annie resta coite - mais était-ce particulièrement étonnant venant d'un tel personnage ? -, puis elle crut comprendre : le monsieur avait jugé la qualité de son papier remarquable, et il voulait s'en acheter aussi ! C'était forcément ça. Ca ne pouvait qu'être ça. De quoi aurait-il pu parler d'autre, puisque leur conversation, brève au demeurant, n'avait porté que sur ce dessin...

La caricaturiste haussa légèrement un sourcil, signe d'hésitation chez elle - mais ça, il fallait encore le savoir. C'était peut-être un leurre... Un moyen de l'attraper par derrière et de la violenter ! Depuis quelques jours déjà, elle n'était pas spécialement rassurée : ces filles de Belleville... elle ne les connaissait pas, mais... elle aussi était une jeune fille de modeste, très modeste condition, qui se déplaçait seule le soir. Qui sait si... ? De toute façon elle n'avait pas le choix : il fallait vivre. Donc gagner de l'argent. Donc vendre des caricatures. Donc suivre le monsieur.
Voyant qu'il se détournait vers la rue - sans lui rendre son carnet -, Annie avança, de sa démarche de somnambule, dans les rues de Montmartre. En dépit de son esprit naturellement brumeux, elle était un peu plus aux aguets qu'à l'habitude, attendant le moment où... Tandis qu'ils avançaient, elle toussa plusieurs fois. Arrivés devant une petite échoppe, à l'enseigne "Encres et papiers Girardin", elle désigna la porte de la main. "C'est là, m'sieu... Mais c'fermé à c't'heure..." Ils ne s'étaient vraiment pas compris.

Spoiler:
 

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elke von Herzfänger
Un jour je serais, le meilleur dandy, je moustach'rai sans répit
avatar

Messages : 358

MessageSujet: Re: Ascension   Mer 6 Fév - 0:32

Il suivit, indolent, animé de cette croyance naïve d'obtenir enfin et simplement une information qu'il désirait : elle avait finalement plié au lieu de minauder comme sans comprendre. Hélas hélas, c'était encore se laisser abuser par un doucereux espoir ; on ne tarda pas, d'ailleurs, à le souffler sans ménagement.

Encres
et papiers
Girardin ?!

La main se refermant fermement sur le cahier en amorça la dégradation. Elle se moquait ouvertement ! Comme un couperet, assénant son regard assassin à nouveau, il sentit monter en lui une hargne sans nom. Fixant la gamine, il éleva à leur hauteur le gagne pain de la pauvre ingénue et sans hésitation, en déchira une poignée de pages ; il balança le reste du corps mutilé dans le caniveau et les bribes qu'il tenait dans sa main, il les froissa d'une froide véhémence. Cette boule aussi, il la jeta sur les pavés.

Il attendait. Il ne cilla pas, ne parla pas. Il regardait fixement son imposteur et attendait qu'elle aille, penaude, ramasser l'instrument de sa mascarade.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armide
Caméléon psychopathe - Incarnation de l'Efficacité
avatar

Messages : 791

MessageSujet: Re: Ascension   Lun 11 Fév - 7:41

Annie, caricaturiste

Les bras ballants, Annie le vit faire. L'envie de se jeter en avant, de récupérer ce calepin qui était sa seule source de revenus, ne lui manquait pourtant pas. Mais face à cette envie, la peur qui dominait. L'homme était plus fort qu'elle, tellement plus fort... et il était en colère. Elle ne comprenait pas pourquoi il réagissait ainsi. Mais on lui avait tellement répété que de toute manière, elle ne comprenait rien ! Alors, elle se taisait...

Au bruit du papier, du calepin, succéda un silence relatif. Les bruits de la rue. Annie ne bougeait toujours pas. Elle se mordait la lèvre, écoutait autour d'elle. La fuite était tentante... mais elle ne fit pas un seul mouvement. Il y avait un bruit... des conversations dans une maison proche. Annie releva les yeux, regarda l'homme en face. Sans se préoccuper du carnet, elle désigna la maison, s'approcha d'un pas feutré et se pencha vers une fenêtre, veillant à ne pas se faire remarquer...
HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elke von Herzfänger
Un jour je serais, le meilleur dandy, je moustach'rai sans répit
avatar

Messages : 358

MessageSujet: Re: Ascension   Ven 15 Mar - 5:18

Silence.

Elle ne bougeait pas. Elke sentait sourdre en lui une sourde vague d'énervement contrôlé. Elle l'éprouvait... Elle allait bouger ou bien ! Il n'y tenait plus, l'impatience prenait corps en son sein, le rendait aveugle, incapable de constater le pouvoir qu'il exerçait sur la jeune inconnue. Or, inconscient de cette force, lorsqu'elle se détourna de cette tension et de son carnet gisant au sol pour flâner ailleurs, comme un spectre d'opium, il lui sauta dessus et l'attrapa au col :

" Tu ! "

Mais dans le même mouvement, peut-être simplement le temps que l'information se traite et se révèle à sa pensée, il prit conscience de la position de la jeune fille et de ce qu'elle semblait espionner. Espionner... Nouveau fourmillement, cette malsaine curiosité qui pointe et chatouille. Il se réduisit au silence, sans même le réaliser, et tout deux restèrent ainsi immobiles et discrets.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armide
Caméléon psychopathe - Incarnation de l'Efficacité
avatar

Messages : 791

MessageSujet: Re: Ascension   Ven 15 Mar - 5:58

Annie, caricaturiste

Il y avait une voix... Une voix qui dépassait les autres... Peut-être à cause de son timbre grave... Peut-être juste à cause du vin... Alors oui, la jeune fille saisissait la conversation in medias res, et les premiers sons qu'elle avait entendu n'avaient pas formé sens dans sa tête, allez savoir pourquoi. Peut-être parce qu'elle n'avait pas fait très attention, tout simplement. Ou peut-être pour autre chose. Si bien qu'Annie, en dépit de l'agression de l'homme derrière elle, résolut de ne plus y penser pour simplement se concentrer sur la conversation. Les deux espions malgré eux entendirent alors ces quelques mots :

« Allez, on peut y aller maintenant, on en a basourdi assez, plus qu'à...
- Mais t'as un grain ou quoi ? Les cognes y'z'ont même pô entervé qu'y avait plein d'filles qui rentraient pu chez elles. Faut continuer...
- La ferme ! J'ai entendu que'que chose...
»
Médusée par la première phrase, la jeune femme avait en effet reculé d'un pas, peut-être un peu bruyamment. Un des parleurs avait entendu quelque chose. Éperdue et effrayée, Annie fit preuve d'une sagacité quasiment insoupçonnable chez une personne aussi évanescente qu'elle : avisant deux chats aux alentours, elle s'empara d'un caillou et le lança en direction de l'un d'eux. Elle atteignit l'animal, qui en miaula de stupeur. Puis, attrapant l'homme au bras, elle l'entraîna silencieusement et rapidement deux rues plus loin. Ah ! elle ne pensait plus à son cahier, maintenant !

"Z'avez entendu ça ?!?" dit-elle enfin, comme à moitié sortie de son état d'hébétement quotidien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elke von Herzfänger
Un jour je serais, le meilleur dandy, je moustach'rai sans répit
avatar

Messages : 358

MessageSujet: Re: Ascension   Dim 24 Mar - 13:04

Une conversation, deux hommes, et beaucoup de termes qu'il ne saisissait pas. Il comprit, mais pas assez vite, qu'ils n'étaient pas de bons espions et que déjà on les avait repéré. Mais la suite fut rapide et en quelques secondes, la jeune adolescente fouettait d'autres chats avant qu'il ne se sente brusquement tiré par une force qui le délogea de son immobilité pour l'entrainer dans une folle course. Plus loin, le souflle déréglé :

"Z'avez entendu ça ?!?"

Diable, l'opium pourtant endort les sens et ensommeille l'enthousiasme physique ! Il n'y a pas deux minutes, elle semblait dans une dimension parallèle – et là, c'était l'allemand qui ne savait plus bien où il était. Il reprit son souffle, plus surpris qu'éprouvé.

« Oui, je entendu, oui. » Mais je n'ai pas tout compris... aurait-il dû ajouter, sans pour autant s'y résoudre. La conversation prenait forme petit à petit mais il n'avait véritablement compris qu'une infime partie, celle qui parlait des filles qui ne rentraient plus chez elle ; le reste, c'était encore plein d'argot qu'il n'entrevoyait qu'à grand peine et il n'était pas bien sûr ni d'avoir correctement entendu, ni de posséder la traduction adéquate pour que tout ce charabia fit proprement sens.

« Oui, oui... c'est par rapport avec les agressions de jeunes filles, non ? J'ai lu sur ce propos dans les journaux... Tu sais quelque chose. » Dit-il en la regardant, et ponctuant plutôt par l'affirmative que par une véritable question.

Ne l'avait-il pas oublié, lui aussi, l'affront de tout à l'heure, et le carnet, qui lui non plus, ne rentrerait plus chez lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armide
Caméléon psychopathe - Incarnation de l'Efficacité
avatar

Messages : 791

MessageSujet: Re: Ascension   Lun 1 Avr - 10:43

Annie, caricaturiste

L'homme avait retrouvé un peu de son souffle, et parlait différemment. Bien que naturellement brumeuse, Annie ne pouvait s'empêcher de remarquer quelques détails qui auraient échappé à la plupart des autres dans la même situation. Comme la couleur d'un ruban dans une chevelure, comme la mélodie d'un vielleux au loin, comme un chien qui gambadait ou un chat terré dans le coin d'un mur. C'était sans doute ce qui les avait sauvé peu avant... si du moins on pouvait les considérer comme sauvés, ce qui n'était pas gagné.

L'homme venait de lui poser une question rhétorique. Elle savait quelque chose... Sans doute. Dans son coin, la prudence était de mise ces derniers temps : il ne faisait certainement pas bon être une jeune fille à Montmartre, lorsque sévissaient des ravisseurs qu'on n'avait même pas le temps de voir venir. Et ils avaient entendu les ravisseurs. Ils savaient où ils se cachaient !
« Ben sûr... Les journaux, y z'en parlent quasi pas, pasque les filles et les gamines, y s'en moquent... Mais ici, plusieurs filles sont pas rev'nues chez elles un soir... Des gars du coin ont... vu... un fiacre... Y z'en ont déjà embarqué plus de vingt, et y disent qu'y vont pas s'arrêter... »



Pendant ce temps, à quelques rues de là, les gars étaient sortis de la petite maison où il leur avait semblé qu'ils étaient écoutés... Un bruit de ferraille et des miaulements, voilà qui ne suffisait pas à les rassurer : on leur en avait fait des pires, vraiment, et même si le hasard existait, on n'était jamais trop prudent. Dans la clarté vacillante des réverbères, celui des criminels qui était sorti voir de quoi il en retournait put apercevoir l'insolite spectacle d'un paquet de feuilles de papier froissées, puis d'un carnet jeté à même le caniveau. L'une des feuilles portait encore quelques coups de crayon, la caricature d'un dandy déguingandé... Le carnet était commun, le trait l'était moins. En homme qui avait un peu fréquenté le coin et repéré de potentielles victimes, le criminel reconnut le style d'une jeune femme de Montmartre... Le carnet, déchiré de surcroît, ne pouvait s'être retrouvé là par le plus grand des hasards. On les avait écoutés.

Il prévint les autres. On se mit en quête de la fille, à la fois parce que c'était une proie potentielle et une épée de Damoclès sur leur tête. En s'aidant de la logique, les bandits ne manquèrent pas de trouver la direction dans laquelle les deux fuyards avaient bien pu s'aventurer... Et maintenant, vous entendez des bruits inquiétants, des pas qui se rapprochent... Une ombre se profile au carrefour. Dans le noir, vous distinguez un type bâti en armoire à glace, dont la dégaine ne dit rien qui vaille. Annie est dos à lui, et ne l'a pas encore vu - quand bien même elle a pu entendre ses pas. Il faut fuir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elke von Herzfänger
Un jour je serais, le meilleur dandy, je moustach'rai sans répit
avatar

Messages : 358

MessageSujet: Re: Ascension   Jeu 4 Avr - 22:50

« Ben sûr... Les journaux, y z'en parlent quasi pas, pasque les filles et les gamines, y s'en moquent... Mais ici, plusieurs filles sont pas rev'nues chez elles un soir... Des gars du coin ont... vu... un fiacre... Y z'en ont déjà embarqué plus de vingt, et y disent qu'y vont pas s'arrêter... »

Voilà qu'elle coopérait enfin, qu'elle était finalement utile. Mais le sort cultive un humour bien spécifique. Spécieux et noir à souhait, plein de subtilités auxquelles il faut laisser le temps de se dévoiler. Était-elle enfin d'un quelconque intérêt pour l'allemand qu'il fallait que la discussion s'écourte sur le champ. Derrière elle, un colosse. Dans la tête du garçon, un éclat. Juste le temps d'un regard...

"Cours !" Lâcha t-il aussi brusquement.


Il saisit sa main et l'entraina aussi sec. Instantanément défilait dans sa tête une carte plus ou moins fidèle des rues de Montmartre. Montmartre ! ah, ça ! Il l'avait parcouru de jour, de nuit... mais certes jamais en courant !
En bon dandy de son espèce il y répugnait tout spécialement - et n'eut été, évidemment, l'urgence de la situation... Et ses fripes le gênait, et sa cane tout autant... mais pas question de ralentir. Place du Tertre, il visait l'escalier - descendre, ça serait gagner en vitesse. N'y aura t-il pas aux alentours d’abbesses de quoi se cacher ?

Oh certes, de son père, il n'avait pas retenu nombreux enseignements. Mais pourtant militaire aguerri, il lui avait appris que la fuite n'est pas toujours un déshonneur. Et après tout, qu'aurait-il pu faire d'autre ?

Il s'élança dans l'escalier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armide
Caméléon psychopathe - Incarnation de l'Efficacité
avatar

Messages : 791

MessageSujet: Re: Ascension   Mer 10 Avr - 16:21

Annie, caricaturiste

Courir ?... Pourquoi courir ? Pourquoi l'homme réagissait-il subitement ainsi ? Annie étourdie de ces questions n'eut pourtant pas le choix : il l'avait attrapée par le poignet, il la serrait trop fort, elle ne pouvait que galoper à sa suite... ou se retrouver manchote, ce qui n'aurait pas été le nirvana lorsqu'on était caricaturiste et qu'on gagnait (difficilement) son pain à coups de crayon. Elle courut donc, puisqu'il le fallait.

Derrière eux, l'homme avait été rejoint par deux complices. L'un d'entre eux laissa échapper un « Merde ! » suivi d'un mot que vous ne comprenez pas. Était-ce de l'argot français, était-ce une autre langue ? Impossible à dire. Entendant ces mots, Annie s'était très brièvement retournée et avait vu la silhouette de l'agresseur. Elle comprit bien vite qu'elle devait son salut à la fuite dans laquelle l'homme étrange l'avait embarquée, et courut plus vite, si du moins il était possible. Elle était maigrichonne et peu endurante par nature, mais la peur donne des ailes.
Et l'on courut dans Montmartre. Les trois poursuivants ne lâchaient pas, et les deux proies étaient assez vulnérables, entre le petit dandy et la caricaturiste. Nul doute que le salut viendrait soit de la Providence, soit de la ruse : ils n'étaient pas de taille à se défendre. D'ailleurs, Annie arrivait au bout de sa résistance. Elle sentait qu'elle ralentissait le monsieur qui la traînait presque, qu'elle se perdrait de toute façon et qu'elle le perdrait avec elle s'il ne la lâchait pas. Elle utilisa un peu de son souffle pour tenter de dégager sa main de l'étreinte du jeune homme.

« Y s'rap... prochent... M... M'sieu... Lâ... lâchez moi. » L'homme n'était maintenant plus qu'à une dizaine de mètres d'eux. Un coup de revolver claqua dans l'air, mais rata les deux cibles. À la faveur d'un regain de vitesse, l'un des trois poursuivants aggripa Annie à la taille. C'était fichu. Mais la jeune fille n'était pas sans ressource, et pendant qu'elle criait un « Fuyez ! » à son compagnon d'infortune, elle parvenait, en se débattant, à frapper son agresseur en plusieurs endroits. Un deuxième homme sortait de sa poche un mouchoir et un petit flacon, mouillait le mouchoir et l'appliquait sur le visage d'Annie. Avant de sombrer dans l'inconscience, elle parvint à arracher le foulard de son agresseur, un étrange foulard très large et rayé. Un réverbère éclairait la scène. L'homme démasqué avait la peau très sombre. Un nègre, peut-être ? À la faveur du répit offert par Annie, vous avez pu le voir un bref instant. Avant que le troisième homme, un peu à la traîne, ne reprenne la poursuite, tandis que les deux autres emportaient la malheureuse caricaturiste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elke von Herzfänger
Un jour je serais, le meilleur dandy, je moustach'rai sans répit
avatar

Messages : 358

MessageSujet: Re: Ascension   Lun 15 Avr - 10:03

Ils dévalèrent l’escalier et la course continua. Evidemment, c’était tout sauf pratique de la traîner ainsi, autant pour elle que pour lui.

« Y s'rap... prochent... M... M'sieu... Lâ... lâchez moi. »

L’attention attirée par les mots, il tourna la tête. Un coup de revolver. La gamine lâcha la prise, glissa de l’emprise d’Elke, impuissant. Il la vit se faire enlever, faillit tomber à cette seconde, trébucher à l’autre. Tout ce qu’il aperçut, c’était une tête basanée et un rapt mené de main de maître sous ses yeux affolés.
Les gars connaissaient trop bien leur affaire pour que ce fût leur premier essai. C’était clair : il tenait les agresseurs de Belleville. Ou plutôt était-il tenu au talon par ces agresseurs. L’un d’eux lui courrait toujours après et Elke se redressait à peine d’un déséquilibre qui aurait pu lui être fatal. Dans sa tête les idées suivaient le même effrénément. Il n’avait pas pu savoir si l’homme qui le poursuivait était le détenteur de l’arme. Tant pis. Il fallait agir vite. Il avait pris la rue Devret et arrivait à présent à un nouvel escalier. En bas, il le savait, la rue tournait pour regagner plus loin la place des Abbesses, mais avant de retrouver cet espace aéré, on traversait une zone d’une relative tranquillité. L’heure aidait, et son souffle ne lui laissait guère d’autre choix : il dévala ce nouvel escalier en dévissant sa canne, manqua de tomber pour la troisième fois et se retourna brusquement vers son agresseur. Il brandissait sa lame, droite, pointée vers l'inconnu. Son autre bras pointait vers le sol, la main serrait le fourreau par son extrémité et l'orientait vers l'arrière. Elke avait un pied sur une marche et l’autre à l’étage d’en dessous. Semblait-il en mauvaise posture par rapport à l’agresseur qui arrivait par le haut. Il avait fléchi les genoux et l’on sentait qu’il tenait fermement sa position, quoiqu’elle semblait lâche et détendue : il était prêt à bondir à tout moment. N’en déplaise aux convenances de l’escrime, il se tenait, comme le jargon du bretteur le voulait, dans une variation improvisée et imparfaite de la sixte. Cette position, il le savait, était la plus adéquate à l'extrême situation dans laquelle il se trouvait.

Le calme revenait à grand peine, ses tempes battaient au rythme de cœur surexcité. Son diaphragme se soulevait et s’abaissait de façon visible, entraînant ses épaules dans ce mouvement de va et vient, mais son regard était autoritaire et sans faille. La main verrouillée, le regard sûr, de tout son corps il provoquait l’adversaire.

Approche si tu l’oses.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pierrot Lunaire
La bouche clownesque ensorcèle comme un singulier géranium
avatar

Messages : 2896

MessageSujet: Re: Ascension   Jeu 8 Aoû - 23:11

La position de M. von Herzfänger n'était point avantageuse et ce, malgré sa maîtrise des armes... Le premier agresseur arrivait cependant aussi essoufflé que lui - il n'avait l'avantage que de la carrure et de la position ("que", n'est-ce pas ?). Celui-ci avait encore le visage masqué par un foulard de toile claire - du même genre que celui que la gamine avait arraché à son ravisseur. Mais l'heure n'était point à l'observation : le malandrin ne prit pas le temps de reprendre son souffle et ne proféra pas un mot : il s'élança - en un mot, il osa. L'attaque d'Elke le manqua de très peu - parant avec violence, l'autre porta un coup rapide, à l'aide d'un poignard à la lame effilée - entaillant le bras de son adversaire. Ils étaient à présent au même niveau, sur un escalier étroit. Elke était blessé et son adversaire était agile, mais l'arme de ce dernier était aussi plus courte et de moindre portée que son épée. Cependant, se débarrasser d'une gamine maigrichonne ne devait pas prendre beaucoup de temps : qui dit que les autres ne surgiraient pas bientôt, à leur tour... ? Que faire, alors ?
Ciel, que diable allait-il faire dans cette galère... ?

Citation :
Deux lancers de dés (réussite) pour déterminer l'évolution de l'action. Bonne chance !

_________________
Qui c'est, lui ? Liste des PNJs utilisés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://locution-des-pierrots.blogspot.com
Elke von Herzfänger
Un jour je serais, le meilleur dandy, je moustach'rai sans répit
avatar

Messages : 358

MessageSujet: Re: Ascension   Ven 16 Aoû - 5:25

Le silence qu'on déchire d'un cri. Ah salope... ces voyous ! Peste ces renégats qui ne respecte rien ! Les règles, himmel, les règles !

L'agresseur lui avait ouvert le bras et, à présent à sa hauteur, s'apprêtait à recommencer. Sans perdre une seconde, l'allemand, bouillant de rage, jailli sur le malotru en visant la gorge.

Le coup d'épée suivait une courbe en demi cercle. Comme on fauche les blés, s'il le touchait, Elke pouvait entailler le cou, peut-être même sectionner la carotide. A dire vrai, c'était là son intention, et l'on pouvait constater que sa rage avait englouti sa raison.

Pour l'heure, il fallait gagner de l'avance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pierrot Lunaire
La bouche clownesque ensorcèle comme un singulier géranium
avatar

Messages : 2896

MessageSujet: Re: Ascension   Ven 16 Aoû - 5:25

Le membre 'Elke von Herzfänger' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Réussite' :

#1 Résultat : 2

--------------------------------

#2 'Réussite' :

#2 Résultat : 3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://locution-des-pierrots.blogspot.com
Pierrot Lunaire
La bouche clownesque ensorcèle comme un singulier géranium
avatar

Messages : 2896

MessageSujet: Re: Ascension   Lun 19 Aoû - 23:01

Hélas, le coup ne porta pas - était-il fait de brume, cet homme de main ?! Cependant, à la contre-attaque, le poignard fila, sans résistance aucune, et vint aggraver les blessures. Pendant l'assaut, le foulard de toile qui lui couvrait le visage s'était légèrement relâché et pendait un peu, rendant les mouvements du voyou plus imperceptibles - les gênant légèrement, aussi.  Etait-il judicieux de tenter le tout pour le tout ? Entre l'honneur et la vie, n'y avait-il qu'un choix possible ?

Citation :
Fonctionnement : pour vous deux, le premier dé c'est l'attaque, le second la défense. Donc Elke a eu deux en attaque - contre deux en défense : résultat nul ; l'adversaire cinq en attaque contre trois en défense : blessure non mortelle mais importante. Je te laisse Le sort n'a pas joué en ta faveur...

_________________
Qui c'est, lui ? Liste des PNJs utilisés


Dernière édition par Pierrot Lunaire le Lun 19 Aoû - 23:10, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://locution-des-pierrots.blogspot.com
Pierrot Lunaire
La bouche clownesque ensorcèle comme un singulier géranium
avatar

Messages : 2896

MessageSujet: Re: Ascension   Lun 19 Aoû - 23:01

Le membre 'Pierrot Lunaire' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Réussite' :

Résultat : 5, 2

_________________
Qui c'est, lui ? Liste des PNJs utilisés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://locution-des-pierrots.blogspot.com
Elke von Herzfänger
Un jour je serais, le meilleur dandy, je moustach'rai sans répit
avatar

Messages : 358

MessageSujet: Re: Ascension   Mar 20 Aoû - 1:50

Grinçant des dents, l'allemand ne prit même pas une seconde pour réfléchir et contre attaqua. Je vais t'embrocher oui !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pierrot Lunaire
La bouche clownesque ensorcèle comme un singulier géranium
avatar

Messages : 2896

MessageSujet: Re: Ascension   Mar 20 Aoû - 1:50

Le membre 'Elke von Herzfänger' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Réussite' :

#1 Résultat : 1

--------------------------------

#2 'Réussite' :

#2 Résultat : 1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://locution-des-pierrots.blogspot.com
Pierrot Lunaire
La bouche clownesque ensorcèle comme un singulier géranium
avatar

Messages : 2896

MessageSujet: Re: Ascension   Mar 10 Sep - 2:38

Non seulement le coup rata, mais en plus l'adversaire semblait plus déchaîné que jamais. Oubliant toutes les règles de l'escrime, il donna de sa main libre un coup de poing bien senti dans la mâchoire du prussien, qui perdit l'équilibre. Il tomba dans les escaliers et roula lamentablement jusqu'en bas, où il demeura, sonné comme jamais. Il n'eut que le temps de voir le gars au foulard s'enfuir, et des ombres se mouvoir devant ses yeux...

....................................................................................................................

Ce fut d'abord une odeur, lourde, un peu rance. Un relent de vinaigre sous le nez. Puis la sensation des draps crasseux et humides contre la peau. La douleur, à plusieurs endroits - bras, mâchoire, côtes... Des bruits vagues, au loin - vieille faïence ébrechée. Lorsque M. von Herzfänger ouvrit les yeux, il vit d'abord un plafond lézardé, recouvert de tâches de moisissures. Un linge humide et frais était posé sur son front, des charpies entravaient ses mouvements et soignaient - tant bien que mal - ses blessures. Et puis il y eut une voix rauque.

- Fichtre ! Y s'réveille ! Grouille-te !

Et un monstre se pencha sur lui. Enfin un monstre... Ce n'était qu'une pauvre femme. Les cheveux gras et lâchés dans le dos, à la manière des vieilles pierreuses, la chemise mal boutonnée - indécente et plus blanchie depuis des lustres. Mais c'est d'un geste doux que la vieille sorcière prend le linge et éponge le front suant du prussien.
- Ca va mieux ? J'vous ai trouvé au bas des escaliers l'aut'jour... J'ai ben vu des papiers dans vot' veston, mais j'sais pas lire, alors...

L'autre jour... ? Depuis combien de temps était-il là ? Qu'était devenu le gars au foulard ? Et Annie... ?

_________________
Qui c'est, lui ? Liste des PNJs utilisés


Dernière édition par Pierrot Lunaire le Mar 10 Sep - 2:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://locution-des-pierrots.blogspot.com
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Ascension   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ascension

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chronique du règne de Félix Faure :: Paris, ses faubourgs... :: Autour des Funambules-