AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 Séraphine Spéret

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Séraphine Spéret
C'est à coups de mépris public qu'un mari tue sa femme ; c'est en lui fermant tous les salons.
avatar

Messages : 32

MessageSujet: Séraphine Spéret   Sam 25 Aoû - 5:03

[font=Georgia]
    Registre des habitants
    de la Ville de Paris

    Quelques informations factuelles :

    • Nom & Prénoms :Spéret, Séraphine
    • Âge & Date de naissance : née le 7 avril 1865 (31 ans)
    • Origine sociale : Haute Bourgeoisie, née Noble
    • Métier, occupation : Femme de l’éditeur Jules Spéret
    • Ambitions de votre personnage : parvenir à conserver une apparence de respectabilité malgré les frasques de son mari, détacher sa réputation de la sienne, incarner le modèle de perfection inculqué par sa mère, entretenir son cercle d’amis et réussir à entrer dans le salon Lambresac, tels sont, parmi tant d’autres, les ambitions d’une telle femme.
    • Milieu fréquenté : Aucun salon pour l’heure, malgré le vif intérêt qu’elle porte à celui de madame de Lambresac, laquelle incarne l’idéal auquel aspire Séraphine.
    • Points de Mondanité : 300/500. Forte de sa noble extraction d'origine et bénéficiant de la notoriété de son mari en tant qu’éditeur, mais aussi en tant que bourgeois menant une vie de bohème, Séraphine réussit à profiter de cette réputation tout en la contrebalançant. Ainsi, elle affiche une façade de respectabilité si impeccable qu’il parvient à susciter une certaine admiration parmi ceux qui tiennent encore les convenances en haute estime.
    • Points d'Infamie : 00/500. A part quelques petits mensonges sur sa vie de couple ou quelques commérages susceptible de lui profiter en éliminant une rivale un peu trop présente dans son cercle d’amis, Séraphine ne fait pas grand mal, et cela ne lui viendrait même pas à l’idée, du moins dans les circonstances présentes.


Tout esprit profond s'avance masqué

Description physique & psychologique :

Mme Séraphine Spéret, née de Ressal, est une jolie petite femme dont le port de tête trahit à lui seul toute l’éducation qui a été la sienne alors qu’elle était une jeune fille. Elevée dans le respect des traditions, elle conserve de ses jeunes années un menton fier, un teint de lait et une indéfectible confiance dans les enseignements de sa mère. De longues boucles brunes encadrent un visage dont les joues pleines la désespèrent, orné d’une petite bouche souvent pincée et d’un minuscule nez retroussé qui agrandissent ses yeux verts en comparaison. Du haut de ses trente et une années, Séraphine conserve donc dans les traits une certaine jeunesse, qu’elle troquerait volontiers contre les pommettes gracieuses et racées qu’arborent nombre de ses amies.

Sa silhouette potelée, toute de formes généreuses, est le plus souvent ensevelie sous des mises à la pointe de la mode : robes aux coupes savamment étudiées pour la mettre en valeur, teintes douces soulignant la pâleur de son teint et chapeaux de toute sorte constituent les menus plaisirs de cette femme pour qui l’apparence est un élément crucial. Séraphine, malgré son mariage, tient à conserver en apparence le rang qu’elle considère être le sien. Les yeux tournés vers les grandes aristocrates de Paris et plus particulièrement vers le salon de Gisèle de Lambresac, elle se tient aux convenances les plus strictes et se lamente de l’attitude bohème de son mari.

Car il s’agit là du grand malheur de Séraphine : mariée à 17 ans avec ce riche bourgeois épris d’avant-garde et d’innovation, la jeune fille qu’elle était alors, dont l’éducation se réduisait aux conseils maternels et aux enseignements dispensés par sa gouvernante, se vit plongée dans un univers qui lui était totalement étranger. En réaction, elle se raccrocha fermement à ses certitudes – peut-être un peu naïves, à l’époque – et, bientôt, les deux époux n’eurent plus que des paroles rageuses à s’échanger… une situation que, bien souvent, Séraphine regrette. Mais comment parvenir à tenir une conversation avec cet homme frivole, vêtu de mauve et le regard toujours fuyant, toujours irritant et jamais conciliant ? Comment lui faire comprendre que, pour elle, l’oubli des traditions revient à oublier ses racines ?

Pour autant, et malgré ces dissensions, Séraphine se prend à espérer parfois qu'un jour, l'amitié pourrait revenir dans leur couple. Quelques marques d'affection et de brèves accalmies tendent à renforcer ses espoirs, d'autant que la jeune femme ne désespère pas d'avoir enfin un enfant. En effet, deux fausses couches sont venues, en quinze ans, miner encore davantage la vie de ce couple déjà disparate. Cette absence d'enfant et la crainte d'être réellement infertile pèse sur sa tranquillité de femme du monde consciente de son devoir conjugal. Aussi la conception d'un héritier Spéret est-elle à l'ordre du jour dans ses priorités.

Cette tâche risque cependant d'être compromise du fait que son mari la considère la moitié du temps comme une momie venue du fond des âges, et l'autre moitié comme une mégère assommante uniquement capable de lui lancer des platitudes domestiques au visage. Séraphine sait pertinemment d'où viennent ces impressions: après tout, elle sait se montrer très colérique. Alors même qu'elle peut se targuer d'être la reine de la maîtrise de soi lorsqu'elle se trouve en bonne société, elle se trouve incapable de se maîtriser face à ce mari qui ne la comprend pas, et ne cherche pas à la comprendre. Pour autant, jamais Séraphine n'a regardé un autre homme: que Jules monopolise suffisamment de son énergie pour qu'elle s'encombre d'un autre homme ou qu'il s'agisse d'une admiration inexprimée à son encontre, celui-ci reste le seul homme qui compte pour elle.

Séraphine n’est pour autant pas dépourvue de jugement et de conversation, des qualités apprises tant en compagnie de sa mère que sur le tas, alors qu’elle se faisait une place au sein de son nouveau voisinage. Aiguisant son esprit au fil des soirées mondaines, Séraphine, bien que ses vues soient encore naïves du point de vue de la politique ou même de l’Histoire, s’est forgé en matière d’art quelques convictions qui mettent le conventionnel à l’honneur. Peignant sans grand talent et seulement par vanité, elle est cependant assez douée au piano, ses petites mains fines devenant remarquablement agile lorsqu’elle en joue.

La petite madame Spéret est donc une femme dôtée d'une grande autodiscipline, mais qui sait se montrer tout à fait charmante dans les dîners mondains, bien que son attitude pleine de retenue ne soit point de la plus grande spontanéité. Elle se montre respectable à tout point de vue, et ses quelques talents de musicienne lui permettent de marquer les esprits sans avoir recours à des moyens plus tapageurs.

Seules les pensées que l'on a en marchant valent quelque chose.

Texte d'introduction au personnage ou Test RP :


La voiture personnelle des Spéret filait dans les rues parisiennes, cahotant sur le pavé inégal. Assise, très droite, à côté de la petite fenêtre, Séraphine regardait défiler les façades tout en affichant un désintérêt rigoureux. La pierre blanche parcourue par la lumière chaude et ondoyante du soleil se couchant sur la ville avait toujours sut éveiller en elle une admiration mêlée de nostalgie. Alors que, jeune fille, elle allait faire des visites en compagnie de sa mère, souvent elles prenaient le chemin du retour sous une semblable luminosité. Il aurait cependant été malvenu de sa part de coller le nez au carreau, comme elle le faisait parfois en cette époque reculée. Il se passa quelques minutes, la voiture pila pour laisser passer un bambin imprudent, puis repartit dans un grand fracas de roues et d’imprécations de la part de son conducteur et, enfin, le soleil sombra derrière quelque immeuble anonyme, coupant court à sa torpeur admirative.

En cette journée de juin, Séraphine ponctuait sa journée de visite d’un détour à la maison de couture. On lui avait bien proposé une soirée au théâtre, mais elle l’avait poliment déclinée, prétextant l’urgence de cette course. Un pieu mensonge... Depuis que l’Opéra avait été soufflé, en cette tragique nuit où elle avait cru perdre un mari, elle n’allait voir une pièce que de temps en temps, bien que l’on donnât désormais des spectacles tout à fait convenables au nettement moins convenable Eden Théâtre. Il y avait quelque chose de rompu, désormais, dans l’impression de magie qu’elle ressentait souvent au moment du lever de rideau. Une vague angoisse, une inquiétude, un souvenir qui hantait la conscience du public et que l’on ressentait comme une onde vague, mais présente, et qui lui gâchait le plaisir. Pour autant, la jeune femme ne pouvait cesser de se montrer en de tels endroits, et en bonne compagnie : il en allait de son image. Elle ne pouvait se permettre de passer pour une femme recluse, alors même que son mari écumait les divertissements de Paris. Si elle ne l’accompagnait pour ainsi dire jamais, elle se devait d’avoir des activités de son côté. Ainsi, et malgré la fatigue qu’elle ressentait ces derniers temps, elle se forçait à garnir son emploi du temps de milles et unes activités. Ce soir, elle avait une excuse toute trouvée.

Ils passèrent par la rue de l’Echaudé et, involontairement, elle pinça les lèvres. Encore une fois, chez les Fresson, on avait parlé d’art et d’avant-garde et de la vulgarité de certaines pièces que l’on donnait de plus en plus souvent dans Paris. Evidemment, on avait parlé de la Revue Mauve, et elle s’était contentée de serrer les lèvres sans rien dire lorsque l’on s’était tourné vers elle. On avait alors hoché la tête, pour signifier sa compassion, et la conversation avait repris. Dieu, quel embarras… Jules devait-il toujours être pour elle source de gêne ?

La voiture s’arrêta devant la maison de couture où elle devait faire faire quelques retouches sur la tenue qu’elle avait commandée pour la garden-party des Lebrun, une semaine plus tard. Cette partie là de son mensonge, à tout le moins, était vraie. La portière s’ouvrit en grinçant légèrement, et son pied chaussé d’une jolie teinte vert d’eau foula délicatement le pavé. Sa robe, de la même teinte, jusque là ramassée dans l’habitacle du véhicule, se déploya autour de sa petite silhouette et, serrant autour de ses fines épaules un châle immaculé, elle releva une tête enchapeautée de blanc vers la maison de couture. Là, attendait une robe qui, elle en était sûre, lui assurerait de ne point passer inaperçue à sa prochaine sortie.

Theatrum Mundi

Pour terminer ...

    • Pseudonyme : Epok
    • Âge : 21 ans
    • D'où nous venez-vous ? Site de référencement Puzzle
    • Quelque chose à nous dire ? N'ayant pas de raison de faire prendre le train à notre petite mondaine, j'ai plutôt décrit un voyage en voiture... J'espère que cela ne gêne pas trop.


Dernière édition par Séraphine Spéret le Lun 27 Aoû - 5:46, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armide
Caméléon psychopathe - Incarnation de l'Efficacité
avatar

Messages : 791

MessageSujet: Re: Séraphine Spéret   Sam 25 Aoû - 10:48

Coucou ! ^^ Je viens vite te faire les deux ou trois petites remarques qui nous viennent à l'esprit à la lecture de ton début de fiche. Wink Globalement, nous trouvons que tu as fort bien cerné le personnage, félicitations ! Very Happy Les quelques erreurs que nous avons remarquées relèvent du pur et simple détail :

- Si Séraphine est née le 7 avril 1864 et que nous sommes au 20 juin 1896, ça lui fait 32 ans... À voir si tu préfères garder cette date de naissance ou la changer, sachant que ça ne pose guère de problème pour la suite. ^^

- Concernant l'origine sociale, elle est issue de la petite noblesse par la naissance mais appartient par mariage à la haute bourgeoisie. C'est ce que tu entendais par "haute bourgeoisie" dans l'origine ? =)

- Nous pensons également que tu peux augmenter ta jauge de mondanité jusqu'aux alentours de 300 ou 320 points : Jules, qui a moins de mondanité que toi, a une jauge de 285 en mondanité... ^^

- Pour la jauge d'infamie, Séraphine pourrait même l'avoir au point mort (à zéro, donc) : ses petits agissements de femme honorable n'intéresseraient guère la pègre, et la jauge d'infamie se mesure justement en fonction de l'intérêt que les grands criminels pourraient te porter. Wink

- Dans la description, tu parles de Thérèse de Lambresac... En fait, son prénom est Gisèle. (Oui, je sais, ce n'est qu'un détail ! ^^)

- Tu dis que Séraphine se lamente en secret de l'attitude de son mari... En fait, ça n'a pas du tout besoin d'être secret, au contraire : l'entendre déplorer ça pourrait bien lui rapporter quelque point de mondanité supplémentaire...

- Enfin, il serait intéressant de voir quels sentiments Séraphine nourrit actuellement à l'égard de son mari, voire de savoir ce qu'elle croit qu'il pense d'elle... Ca pourrait être intéressant pour les relations entre les deux personnages. Ah, et aussi : Séraphine est-elle mère ?

Et voici... le tour des petits trucs à signaler a été fait, je te souhaite du courage pour la fin de cette fiche ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Séraphine Spéret
C'est à coups de mépris public qu'un mari tue sa femme ; c'est en lui fermant tous les salons.
avatar

Messages : 32

MessageSujet: Re: Séraphine Spéret   Sam 25 Aoû - 22:49

J'ai corrigé tout cela. Pour Gisèle de Lambresac, je crains d'avoir été influencée par la conversation que l'on menait tambour battant dans mon oreille et qui concernait ma grande-tante. Je ne vois pas d'autre explication logique au surgissement du patronyme de Thérèse dans ma fiche.

J'ai résolu la question des enfants par des fausses couches. Je pense que cela peut apporter au personnage de Séraphine: le fait de ne pas être capable de pourvoir aux convenances par un enfant lui apporte un peu de raisons de s'angoisser réellement.

J'ai tenté d'apporter quelques éclaircissements concernant sa relation avec Jules. Je vous laisse seuls juges ^^

Merci pour le coup de pouce. Je prépare le test RP.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armide
Caméléon psychopathe - Incarnation de l'Efficacité
avatar

Messages : 791

MessageSujet: Re: Séraphine Spéret   Dim 26 Aoû - 1:04

Et c'est parfait ! ^^ On attend impatiemment la suite ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armide
Caméléon psychopathe - Incarnation de l'Efficacité
avatar

Messages : 791

MessageSujet: Re: Séraphine Spéret   Lun 27 Aoû - 2:31

Coucou ! Je vois que tu as posté ton RP d'introduction. Peut-on considérer la fiche comme terminée ? =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Séraphine Spéret
C'est à coups de mépris public qu'un mari tue sa femme ; c'est en lui fermant tous les salons.
avatar

Messages : 32

MessageSujet: Re: Séraphine Spéret   Lun 27 Aoû - 5:28

Oui, je pense que j'ai tout dis :p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armide
Caméléon psychopathe - Incarnation de l'Efficacité
avatar

Messages : 791

MessageSujet: Re: Séraphine Spéret   Lun 27 Aoû - 5:44

Impeccable ! Very Happy

En plus, excepté deux petits détails, nous n'avons globalement rien à redire. Tout ce qui serait à corriger, c'est la date de naissance ou l'âge (née en 63, ça lui ferait 33 ans à l'époque du forum; si tu veux qu'elle en ait 31, c'est en 65 qu'elle doit être née Wink) et le fait qu'elle prenne le fiacre. Étant donné la fortune de Jules - peut-être pas colossale, mais quand même importante -, il est très probable que Séraphine dispose d'une voiture personnelle. Ce qui ne change qu'un ou deux mots, quoi. Wink

Et voilà ! Je te laisse vite corriger ça, ensuite je me ferai un plaisir de t'ouvrir les portes de Paris ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Séraphine Spéret
C'est à coups de mépris public qu'un mari tue sa femme ; c'est en lui fermant tous les salons.
avatar

Messages : 32

MessageSujet: Re: Séraphine Spéret   Lun 27 Aoû - 5:47

Je pensais au fiacre en tant que véhicule personnel des Spéret, mais c'est vrai que ça porte à confusion étant donné que c'est surtout le nom d'un transport public. C'est corrigé, ainsi que la date de naissance ^^ Voilà!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armide
Caméléon psychopathe - Incarnation de l'Efficacité
avatar

Messages : 791

MessageSujet: Re: Séraphine Spéret   Lun 27 Aoû - 5:54

Et c'est parfait ! Bienvenue parmi nous, chère amie ! Very Happy Je t'ajoute ta couleur, tes points de mondanité et tout le reste. Wink En outre, tu peux d'ores et déjà poster ici ta fiche de signalement (si tu veux te référer à celle de Jules, tu la trouveras ici), demander un petit RP ou répondre à une demande par là, ouvrir une boîte aux lettres par là-bas ou encore venir discuter avec les autres membres du forum en toute intimité dans le salon Félix Faure. Et, bien entendu, la chatbox sera ravie de t'accueillir. Il paraît qu'on y sert de délicieux cocktails virtuels... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Séraphine Spéret
C'est à coups de mépris public qu'un mari tue sa femme ; c'est en lui fermant tous les salons.
avatar

Messages : 32

MessageSujet: Re: Séraphine Spéret   Lun 27 Aoû - 5:55

Merci bien! Je m'en vais me promener dans Paris de ce pas :) Sans doute nous y recroiserons nous...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armide
Caméléon psychopathe - Incarnation de l'Efficacité
avatar

Messages : 791

MessageSujet: Re: Séraphine Spéret   Lun 27 Aoû - 5:56

Sans aucun doute ! Wink (Même si Armide ne se croise pas en tant que telle, étant un compte uniquement MJ, tu risques fort de croiser mes PJ Charles-Armand, Eustache et, bien sûr, ton cher époux ! ^^)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Séraphine Spéret   

Revenir en haut Aller en bas
 

Séraphine Spéret

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chronique du règne de Félix Faure :: En scène ! (hors RP) :: Les Acteurs de bonne foi :: Spectacle vivant-