AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 Au sein des fumeroles, j'immole une idole

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Zhûn
Je laisse aller, me laisse inhaler, Les vapeurs en dégradé ...
avatar

Messages : 22

MessageSujet: Au sein des fumeroles, j'immole une idole   Jeu 2 Aoû - 20:09

    Registre des habitants
    de la Ville de Paris

    Quelques informations factuelles :

    • Nom & Prénoms : Nguyen Van Quong dit Zhûn
    • Âge & Date de naissance : Âge oscillant selon l'avis des visiteurs, nous lui donnerons 38 ans pour approcher l'auguste quarantaine - 1856
    • Origine sociale : Probablement un fils de paysans ou de gens officiant au bas de l'échelle sociale. Mais il aime faire croire aux crédules qu'il est le bâtard d'un prince oriental.
    • Métier, occupation : Patron de L'Oeil d'Eboli
    • Ambitions de votre personnage : S'amuser des Occidentaux, de leur crédulité, de leur bêtise. Ses manigances lui permettent de vivre chichement, et de mieux se venger d'une société qui décrie tant son pays natal.
    • Milieu fréquenté : Voyous et criminels notoires
    • Points de Mondanité :
    • Points d'Infamie :


Tout esprit profond s'avance masqué

Description physique & psychologique :


    L'histoire de Zhûn pourrait faire l'objet d'un feuilleton - il ne manque qu'un amour contrarié. Son passé demeure obscur comme celui de nombre d'héros. Il n'en reste que le parfum du pays, mélange de poussière et de riz cuit, odeurs d'une vie simple sans l'ombre d'un souci hormis celui de la prochaine récolte. Une vie paisible jusqu'à l'arrivée des Occidentaux qui clamaient que tout était à eux. Le ciel, les rivières, les champs, les maisons... et leurs habitants. Ils arrachèrent Zhûn de sa famille sous prétexte qu'il avait été "choisi", qu'il allait vivre un grand destin et autres inepties que Zhûn ne voulait pas entendre.

    Il était déjà bien trop âgé pour croire à de telles sornettes.

    Parqué avec d'autres de ses semblables dans un bateau, Zhûn dépérissait aussi bien de corps que d'esprit. Il lui fallut pourtant faire bonne figure et oeuvrer parmi ses semblables, construire un village pareille à ceux où il avait passé sa vie avant d'arriver en France. Cette épreuve aurait pu être supportable si les Occidentaux n'avaient pas mis ensemble deux communautés différentes sous prétexte que "en Asie ils sont tous pareils". Cela revenait à faire cohabiter les Parisiens avec les Normands - il n'y avait pas plus opposé, et pourtant ils sont tous deux Français. Le séjour fut long et difficile. Zhûn ne comprenait pas ce que disaient les visiteurs mais leurs expressions les trahissait : ils riaient de lui, le jaugeaient tel un animal.

    Puis le spectacle fut terminé, l'Exposition close. Le moment idéal pour fuir, quitter les atours grotesques et se faufiler dans la ville en espérant retrouver le chemin vers le pays. Mais jamais Zhûn ne le retrouva. Laissé à la merci de voleurs et vagabonds plus doués que lui, plus expérimentés, Zhûn commença sa longue descente. Vivant au jour le jour, chipant ce qu'il pouvait trouver, essayant de comprendre les règles d'un pays encore inconnu à ses yeux.

    Sa dégaine, son teint bronzé presque noir, attirèrent rapidement l'attention des grands loups rôdant dans l'ombre de Paris. On proposa du pain contre un menu service à Zhûn qui fit ainsi ses premiers pas dans le crime. Livrant des colis dont il ne cherchait pas la nature, donnant des messages à des gens peu scrupuleux, servant de messager, courant le danger. Avec ça un peu de nourriture, parfois un toit et apprenant peu à peu la langue française, surtout l'argot des bas-fonds qui était à ses yeux un vrai code.

    Tel un singe Zhûn apprit ses tours, en créa des nouveaux, devint un des loups du bas-fond. Ses ouvrages lui valaient parfois quelques pièces supplémentaires qu'il économisait au cas où. Des économies qu'il n'eut pas à utiliser - il s'était fait un nom et une place parmi les voyous et ces derniers lui proposèrent de leur servir de QG.

    — Poul ça yé doit tenil une boutique. Je vellais bien fumelie d'opium.
    — L'opium ? Zhûn t'es un génie, y aura des pigeons à plus qu'en faire.

    L’œil d'Eboli naquit dans les bas-fonds, érigé par des mains qui avaient perdues toute blancheur. Le succès se fit rapidement, Zhûn passa des loques à un costume comme il en portait à l'Exposition - le charme du prestidigitateur en plus, accumulant les fausses soieries pour asseoir son statut.

    Sous ses airs d'étranger idiot et crédule se cache un être plus complexe. La vie dans la rue a forgé un esprit de fer chez Zhûn - il ne pardonne pas aux Occidentaux de l'avoir mené ici, de l'avoir grimé et fait agir en clown grotesque, et encore moins de se moquer de son pays. Il se doute bien qu'il n'y retournera jamais alors, à défaut, il veut emporter le plus d'Occidentaux possible dans la honte et la misère. Manière à lui de se venger et de racheter son honneur.


Seules les pensées que l'on a en marchant valent quelque chose.

Texte d'introduction au personnage ou Test RP :



    — Et pou' le missié c'sela ?

    Penché vers son nouveau client, Zhûn offrait un sourire présentant une dentition mal soignée - taches noires sur les dents blanches, haleine néanmoins rehaussée par une plante qu'il mastiquait sans cesse. Ne cachant pas son dédain le client grommela quelques mots, sans politesse aucune. Zhûn hocha la tête plusieurs fois, accentuant le balancement par des haussements d'épaules. Il jouait son meilleur rôle : celui du propriétaire rendu grotesque par ses mimiques ridicules et son parler fleurant l'orientalisme de bas étage.

    — Y bien sûl. Asséyez vous yé léviens.

    Personne d'autre que le maître des lieux ne pouvait toucher aux précieux ustensiles, aux narguilés, aux objets consacrés servant à inhaler l'opium. La drogue du peuple, la drogue de l'Occidental qui s'en encensait avec la même ferveur que celle qu'il prenait pour obtenir des louanges. Zhûn servait les deux riant en son for intérieur, en se lissant sa courte barbe en pointe (il la taillait avec soin, considérant qu'elle lui donnait l'air mystérieux des esprits de son pays).

    Il endormait ces Occidentaux, leur faisant avaler tout ce qu'il voulait. Et parfois, ma foi, une bourse disparaissait, des pièces tombaient d'une poche, rien de fâcheux en somme. Peut-être un jour devrait-il se trouver une belle idole d'ébène pour servir les clients, et mieux les emplumer.

    Un client se leva de son siège, laissant un coussin froissé et moite de sueur. Zhûn écarta le lourd rideau qui servait de porte, s'inclinant plusieurs fois en hochant la tête. Cela conférait davantage de grotesque au geste, lui donnait l'air d'un domestique ravi de servir.

    — Missié revenir quand y veut.

    La maison serait toujours ouverte pour l'accueillir, lui et son argent. Surtout l'argent.



Theatrum Mundi

Pour terminer ...

    • Pseudonyme : So-chan
    • Âge : 22 ans
    • D'où nous venez-vous ? Je suis une petite Ninie transfigurée.
    • Quelque chose à nous dire ? Pour les points je laisse notre Pierrot juge, je suis incapable de mener un bon calcul. Je m'excuse je ne sais pas faire le vietnamien, mon Zhûn parle plus comme un maghrébin. ='D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zhûn
Je laisse aller, me laisse inhaler, Les vapeurs en dégradé ...
avatar

Messages : 22

MessageSujet: Re: Au sein des fumeroles, j'immole une idole   Ven 3 Aoû - 9:02

Finiiii. /o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pierrot Lunaire
La bouche clownesque ensorcèle comme un singulier géranium
avatar

Messages : 2896

MessageSujet: Re: Au sein des fumeroles, j'immole une idole   Sam 4 Aoû - 8:07

Ah ah, personnellement, le "missié" me fait penser à Tintin au Congo, du coup c'est pas trop la bonne zone, en effet ... xD En revanche, le fait de remplacer les "r" par les "l", pourquoi pas ? J'avoue que l'accent n'est pas l'aspect le plus facile du personnage ... Mais comme il fait semblant en partie, cela peut être un peu caricatural sans trop de souci. On peut même imaginer qu'il l'a en partie perdu, depuis 15 ans qu'il est à Paris, et qu'il parle très correctement loin des regards des clients ... Razz

Après, je me pose la question du village de l'Expo universelle : comme c'étaient les annamites eux-mêmes qui bâtissaient leur décor, avec leurs outils, etc., il devait être un minimum conforme, je pense. En revanche, je crois qu'on les avais mis avec les tonkinois au moins en décrétant que c'était la même ethnie : ça peut impliquer des rivalités, des décalages entre gens qui ne se connaissaient pas du tout, ce que les Européens n'auront pas su voir. Puis les spectateurs du chantier n'avaient pas forcément le regard le plus bienveillant, comme en témoigne ce petit texte bonus sur le chantier de l'Expo. Une fois cet élément revu, je te validerai avec plaisir, mais déjà là, c'est une simple formalité. Wink

_________________
Qui c'est, lui ? Liste des PNJs utilisés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://locution-des-pierrots.blogspot.com
Thalie
Mademoiselle Clairon
avatar

Messages : 542

MessageSujet: Re: Au sein des fumeroles, j'immole une idole   Sam 4 Aoû - 10:11

J'ai remplacé les "r" par des "l" car il me semble justement qu'en Asie les deux sons sont confondus et nombre de prénoms avec des "r" se voient transformés avec des "l". Et je n'avais pas du tout pensé à "Tintin au Congo" comme quoi. xD

J'ai modifié le second paragraphe de l'histoire en conséquence. J'étais partie sur ma lancée et je n'avais pas vérifié mes infos.

_________________
PNJs Incarnés
Avatar : Oeuvre de John William Godward
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sowsow07.tumblr.com/
Pierrot Lunaire
La bouche clownesque ensorcèle comme un singulier géranium
avatar

Messages : 2896

MessageSujet: Re: Au sein des fumeroles, j'immole une idole   Sam 4 Aoû - 10:59

Ça marche, Zhûn aura sa couleur d'ici quelques instants Razz
Et pour l'Infamie, je propose aux environs de 400 : à la tête d'un important QG du crime, tout de même, autant ne pas faire les choses à moitié ! Rebienvenue parmi nous, tu connais le chemin ! Wink

_________________
Qui c'est, lui ? Liste des PNJs utilisés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://locution-des-pierrots.blogspot.com
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Au sein des fumeroles, j'immole une idole   

Revenir en haut Aller en bas
 

Au sein des fumeroles, j'immole une idole

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chronique du règne de Félix Faure :: En scène ! (hors RP) :: Les Acteurs de bonne foi :: Spectacle vivant-