AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez
 

 Rinaldo Berlinghieri

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité
Anonymous


Rinaldo Berlinghieri Empty
MessageSujet: Rinaldo Berlinghieri   Rinaldo Berlinghieri EmptyJeu 10 Mai - 22:00

    Registre des habitants
    de la Ville de Paris

    Quelques informations factuelles :

    • Nom & Prénoms :Rinaldo Berlinghieri, dit « Il Magnifico »
    • Âge & Date de naissance : 27 ans (né en 1869)
    • Origine sociale : Immigré gênois, né dans la pauvreté, c'est grâce à la profession de marin qu'il a appris les secrets des fakirs et été initié au spiritisme par les gitanes d'Europe de l'Est.
    • Métier, occupation : Illusioniste et ses dérivés de salons : hypnotiseur, spirististe, voyant ...
    • Ambitions de votre personnage : Tout droit arrivé de Rome où son triomphe lui a valu son surnom : « Il Magnifico », le grand magicien Rinaldo Berlinghieri est venu conquérir les théâtres de la capitale française afin que sa célébrité traverse frontières et océans !
    • Milieu fréquenté : Il entend se faire remarquer du Cénacle de la forestière, mais fréquente déjà volontiers les Invités de la Présidente. Pour l'heure, il ne se produit guère que dans les cabarets, aux Funambules.
    • Points de Mondanité : 150
    • Points d'Infamie : 70


Tout esprit profond s'avance masqué

Description physique & psychologique :

Sur son visage impassible et encadré par un collier de barbe faussement négligée, Rinaldo laisse l'impression de quelqu'un de déterminé et de sérieux derrière un regard froid. C'est ce personnage, d'Il Magnifico, qu'il présente et exacerbe lors de ses spectacles de prestidigitation. Et pourtant, à l'image d'une chevelure luxuriante constituée de mèches en spirales, l'esprit de Rinaldo est des plus bouillonnants et il ne lui faut guère de temps pour relater au gré de ses rencontres quelques faits extraordinaires ayant eu lieu dans un pays lointain et dont il aurait été le témoin plus ou moins direct.

Il faut dire qu'en faisant plus ample connaissance avec Rinaldo, on découvre quelqu'un de curieux de tout et surtout de ce qu'il y a de plus curieux. L'évocation des avancées scientifiques insolites ou la psychanalyse dans ce qu'elle peut parfois avoir de plus farfelue ne manque pas de provoquer une étincelle de passion dans ses yeux. Son visage s'éclaire même complètement lorsque l'ambiance se fait occulte, car Rinaldo aime découvrir les secrets de toutes sortes ... gare, donc, à ceux qui le choisissent pour confident.

Il sait cependant témoigner sa loyauté vis à vis des parts d'ombre de chacun, et ne sait que trop bien la valeur d'un secret non révélé pour les crier sur tous les toits. De toute façon, à mesure que l'on devient intime avec Rinaldo, la moindre de ses paroles publiques devient sujet à caution, tant il est passé maître dans l'art de la digression et de la diversion. Lui-même semble parfois sombrer dans les pièges de sa mythomanie, quelque fois.

Seules les pensées que l'on a en marchant valent quelque chose.

Texte d'introduction au personnage ou Test RP :



Dans le compartiment d'un train qui s'apprête à arriver à la gare de Lyon, Rinaldo coiffé de son haut-de-forme et d'un costume noir digne d'un bourgeois de sortie mais qu'un œil avisé saura excentrique pour un voyageur de quelque condition soit-il, amuse un couple, un vieillard mal fagoté et le contrôleur qui entrait là pour ne faire que son travail.

« Oh mon billet ? mon billet, oui, bien entendu ! » s'interroge tout haut Rinaldo alors qu'il extrait d'une de ses poches un jeu de carte. L'air pour le moins concerné, il en fait un éventail d'où aucun billet de train n'apparait.
« J'ai hélas la manie de ranger les documents importants parmi ce jeu, en dépit du fait qu'il a tendance à les faire disparaitre. Mais, à l'adresse du contrôleur qui manifestait des signes d'impatience, je sais déjouer cette malédiction ... car voyez-vous (tournant son visage vers chaque passager désormais) je suis Rinaldo "Il Magnifico" Berlinghieri, le plus notoire des magiciens de Turin à Naples, initié au spiritisme par les sorcières de Bohème, docteur en Hypnose à l'université de Prague ... »

Il présente les cartes à l'aîné des passagers, que le discours avait semble-t-il rendu quelque peu inquiet puisqu'il triturait son propre billet entre ses doigts recroquevillés, et lui intime d'en choisir une. L'homme s'exécute et observe un 5 de trèfle quand l'illusioniste lui demande avec une candeur désarçonante.

« Alors ... est-ce mon billet de train ?
- Euh ... quoi ? Mais, non ... C'EST UN CINQ DE TRÈFLE ! (qu'il exhibe d'ailleurs victorieusement à l'employé)
- Voila qui est pour le moins étrange, se lamente l'illusioniste, s'emparant de la carte qu'il mina d'observer sous toutes les coutûres.
- Ça aura valu le coup d'essayer. » annonça le contrôleur dont la gestuelle invitait Rinaldo à le suivre dans le couloir.
Avant de se lever, l'Italien plaça la carte à jouer dans la poche de veste du vieillard qui protesta aussitôt. S'empressant de la retirer, c'est finalement un autre billet de train qu'il extirpa de sa poche, l'air incrédule, tandis que la jeune femme commençait à applaudir.

Vif comme l'éclair, la main de Rinaldo saisit attrapa l'un des deux billets que le vieillard tendait face à lui. « Et voila ... la patience est toujours récompensée, n'est ce pas, monsieur le contrôleur ?! » Ce dernier poinçonna, non sans un air contrarié, et continua sur sa lancée en se penchant sur les billets du couple tandis que Rinaldo remercia le vieillard d'une tape amicale pour son concours. Et alors que ç'allait être au tour du vieillard d'être contrôlé, Rinaldo déclara :
« Mais c'est que je vais tout de même avoir besoin de mon 5 du trèfle quand nous serons arrivés ...
- ... ce billet n'est pas valide monsieur, il est périmé et ne concerne même pas cette ligne !
- Qu-qu-Quoi ?!, réagit aussitôt le vieux dupé. C'est ce sale rital qui a fait un échange !
- Ola ola, doucement, l'ami, répliqua Rinaldo alors sous le feu de tous les regards. Il n'y a aucune magie là-dessous, personne n'a rien échangé et d'ailleurs regardez dans votre poche : fouillez mieux ! »
Et effectivement, le vieil homme produisit de nouveau le cinq de trèfle de depuis sa poche.
« Et alors, questionna Rinaldo, comment expliquez vous que vous ne l'avez pas trouver tout à l'heure ?
- C'est simple, il avait les deux billets depuis le début : c'est parce que vous êtes complices !, s'emporta l'autre passager, extrêmement fier de sa déduction.
- Il faut bien savoir reconnaître ses faiblesses, confessa alors Rinaldo qui poursuivit par un sermon à l'adresse du vieil homme : à quoi celà vous mène-t-il, à la fin, de détourner l'argent que je vous charge de dépenser utilement pour nos tournées ?
- COMMENT ?!, rugit l'ancêtre. Mais ce billet je l'ai acheté avec MES sous à moi !
- En tout cas, l'un d'entre vous va devoir me suivre, constate calmement le contrôleur.
- Et en tout cas, j'ai mon titre de transport. » indique Rinaldo, un sourire satisfait accroché au visage.

Et alors que le compartiment retrouvait son calme en l'absence du vieux resquilleur et de l'employé ferroviaire, la jeune femme ne put retenir sa curiosité :
« Pardon monsieur, mais n'est-ce pas particulièrement cruel de votre part d'abandonner ainsi votre complice.
- Madame, veuillez m'excuser si je vous ai paru ingrat envers un employé, mais en l'occurrence, vous vous méprenez sur cet homme : il s'agit plutôt de quelqu'un qui a laissé passer sa chance. Bien entendu, tout ce numéro que nous vous avons proposé et qui, hélas, ne s'est pas conclu de la manière dont je l'avais espéré, n'est pas de la véritable magie ... juste un tour de passe-passe comme il est habituel de le faire avec des accessoires tels que les cartes, les lapins et les foulards. Cependant ... madame, monsieur, vous connaissez déjà la vérité à mon sujet, car je vous l'ai dite, vous avez en face de vous un véritable magicien susceptible de défier les lois du monde physique et d'invoquer les esprits d'oûtre-tombe. Si mon complice s'était mieux comporté aujourd'hui, il aurait pu partager demain les bénéfices d'une gloire qui m'attend à Paris telle que je l'ai laissé à Rome après un numéro de Grande Évasion. Hélas pour lui, le spectacle doit continuer et les professionnels de mon espèce ne peuvent tolérer de telles erreurs : imaginez vous un peu vers quels drames je me précépiterai en laissant mes affaires courantes et quelques détails préparatoires de mes exhibitions à un être qui se contente du prix d'un billet pour me trahir, se faire voleur et mettre en péril la résolution d'une insignifiante petite illusion pour enfants. Faillite et accident !
- Oh ! je ne crois pas que de toute façon, je m'y serais laisser prendre, indiqua le mari qui se frisait la moustache. C'était évident que quelque chose clochait : par exemple, que faisait donc un tel traine-savates dans notre voiture ?
- Peut-être que je devrais couper madame en deux, alors ?
- Oh ! se scandalisèrent les deux tourteraux.
- C'est plutôt à ce genre de tour que je me consacre d'habitude, ne le prenez en aucun pour une menace. La mort, d'ailleurs, n'est pas une si grande menace que cela. Rinaldo semble soudainement pris de bougeotte et gesticule, exalté par ce qu'il s'apprête à raconter. Nombre de grands sages ont appris les secrets qui l'entourent et on pu se jouer de la Faucheuse ! J'ai vu dans le cœur des Indes, un sage qu'on aurait dit centenaire rester assis pendant plusieurs heures à même le sol, immobile et raide comme une armoire normande. Aussi inanimé qu'une statue grecque, nous pouvions poser la main sur une poitrine d'où aucune pulsation n'émânait. N'importe quel croque-mort de nos contrées l'aurait enseveli dans la minute ... Mais attendez plutôt quelques minutes, je vais vous montrer ce qu'il m'a appris. »

Rinaldo releva la manche de son poignet gauche et s'immobilisa, imitant en quelques petites minutes un état de transe qui en aurait effectivement demandé beaucoup plus. Les deux passagers restaient muets et circonspects quand le regard absent et le visage lugubre, Rinaldo demanda dans un soupir : « Prenez mon pouls ...
- Oh Seigneur ... qu'il est faible ! Tenez, Juliette !
- Mais ... je ne sens rien ?
- Vous vous y prenez mal. Montrez ! ... Il s'est encore ralenti, je crois ... non attendez : il ne bat plus du tout ! »
Si il n'y avait eu le vacarme des roues sur les rails, le silence aurait été assourdissant dans le compartiment. Le couple restait interdit et incapable de savoir ce qu'il fallait faire quand, miraculeusement, Rinaldo rouvrit les yeux et provoqua un léger mouvement de son bras. Les pulsations reprirent pratiquement aussitôt pour le plus grand émerveillement de la jeune femme !
- Incroyable !
- J'ai bien cru que vous alliez nous laisser avec un cadavre sur le dos, pesta l'époux. »
Prenant le temps de reprendre ses esprits, l'illusioniste rétorqua sur la défensive :
« Par bonheur, les Indiens sont moins impressionnables et ont évité bien des tragédies idiotes en sacrifiant à la coutûme de l'incinération des cadavres. Mais je ne voulais pas vous effrayer, seulement vous montrer une partie de mon véritable talent. On ne remplit pas les théâtres, ni de Rome, ni d'ailleurs, seulement avec des cartes.
- Est-ce-que vous avez vu ... enfin ... l'autre-monde ? demanda l'innocente jeune femme.
- C'était trop fugace cette fois, madame, mais j'ai bien ce talent, oui.
- Vous vous rendez compte, mon ami : peut-être qu'il pourrait éclaircir toutes cette affaire de l'Opéra si on lui en donnait l'occasion !
- Allons, allons ... cessez de faire la publicité de telles extravagances !, tempéra l'époux.
- Mais que s'est-il donc passé de si grave à l'Opéra ? interogea un Rinaldo désormais en pleine possession de ses moyens.
- UNE BOMBE ! DES DIZAINES DE MORTS ! explosa elle-même la jeune femme, qui ne put retenir ses larmes.
- Excusez-la ... quelques connaissances ont été directement frappée par cet attentat. A vrai dire, toute la bonne société parisienne a été touchée par cette infamie d'une manière ou d'une autre ... Puis un autre attentat a encore frappé un café, depuis. Vous arrivez à un bien triste moment, monsieur Berlinghieri, je le déplore. »

Mais, alors que la locomotive entamait sa bruyante décélaration, Rinaldo annonça :
« N'oubliez pas que la mort n'est plus une menace pour ceux qui ont su en percer les secrets. Cependant, cette situation est fort préoccupante, car où donc se réunit la bonne société, dans une ville placée sous le joug de la terreur et dont la plus grande salle a été réduite en cendres ?
- L'Eden-théâtre a bien ouvert depuis ...
- Qu'à celà ne tienne, le coupa l'artiste. Car après tout, ce ne sont ni les accessoires, ni les lieux, qui font le talent ... n'est-ce pas ? »
Puis, se levant de sa place, Rinaldo fit un mouvement de révérence maladroit à cause du mouvement du wagon et déclara à ses compagnons de rail : « Nul doute que si vous appréciez les sensations fortes et la nouveauté, nous saurons nous retrouver, dans un cabaret ou dans la salle la plus prestigieuse dont Paris disposera dans quelques mois. Madame, monsieur, au revoir. »


Theatrum Mundi

Pour terminer ...

    • Pseudonyme : Il Magnifico
    • Âge : bien tassé
    • D'où nous venez-vous ? Une envie d'écrire, sur cette époque : tant mieux et par l'intermédiaire de Tour de Jeu
    • Quelque chose à nous dire ? Pas encore ... mais j'ai apprécié la lecture de ce forum déjà.

Revenir en haut Aller en bas
Pierrot Lunaire
La bouche clownesque ensorcèle comme un singulier géranium
Pierrot Lunaire

Messages : 2896

Rinaldo Berlinghieri Empty
MessageSujet: Re: Rinaldo Berlinghieri   Rinaldo Berlinghieri EmptyDim 13 Mai - 6:36

Bonjour, Monsieur le Magnifique !

Puis-je ? Je vois bien "Terminé" en sous-titre, mais tant qu'on ne me fait pas signe, je reste toujours en retrait, de peur d'envahir ... x)

Dans tous les cas, c'est une très belle fiche que voilà, et qui a été très très plaisante à lire ! Vous voilà validé tout aussitôt, avec 150 points de Mondanité et 70 d'Infamie !

Il est à présent temps de se trouver un RP (notons qu'une jeune américaine de bonne famille attend d'être impressionnée par vos talents, à l'hippodrome, vous pouvez aussi faire une demande expresse dans la section prévue à cet effet) et de créer boîte aux lettres et fiche d'évolution en RP. Le sujet des bienvenues n'attend qu'une petite présentation, et il est aussi possible de réclamer un rang personnalisé dans les discussions.

On me souffle enfin qu'après cette validation, il est tout à fait possible de participer aux jeux d'écriture en cours, que ce soient les mots à placer ou le fait-divers mystère. Wink

Et encore bienvenue parmi nous ! Rinaldo Berlinghieri 2483377738

_________________
Qui c'est, lui ? Liste des PNJs utilisés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://locution-des-pierrots.blogspot.com
Invité
Invité
Anonymous


Rinaldo Berlinghieri Empty
MessageSujet: Re: Rinaldo Berlinghieri   Rinaldo Berlinghieri EmptyMar 15 Mai - 22:11

C'était bien terminé ! Merci pour la validation ... je me suis occupé rapidement du signalement/progression RP.
Les choses sérieuses vont pouvoir commencer !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Rinaldo Berlinghieri Empty
MessageSujet: Re: Rinaldo Berlinghieri   Rinaldo Berlinghieri Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Rinaldo Berlinghieri

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chronique du règne de Félix Faure :: En scène ! (hors RP) :: Les Acteurs de bonne foi :: Fermeture de rideau :: Fiches des inactifs-