AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez
 

 Course Hippique [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Rebecca Burnett
Complainte des pianos qu'on entend dans les quartiers aisés
Rebecca Burnett

Messages : 61

Course Hippique [libre] Empty
MessageSujet: Course Hippique [libre]   Course Hippique [libre] EmptyMer 2 Mai - 5:33

    Dans la maison des Montmorency*, l'agitation était à son comble. Tout le monde revêtait ses plus beaux vêtements et jubilait à l'idée d'une sortie à l'hippodrome, que l'oncle de Rebecca avait planifié depuis quelques jours. Les deux petite cousines de la pianiste américaine étaient très excitées à cette idée, mais malgré leurs jeunes âges, elles tâchaient de ne pas trop le montrer car elles cherchaient toujours à avoir un comportement posé, pour avoir l'air de Dames dignes de ce nom. Mais Rebecca n'était pas dupe et elle voyait bien les étincelles d'impatience qui brillaient dans leurs yeux. Rebecca Burnett, contrairement aux deux petites Montmorency, n'avait encore jamais eu l'occasion d'assister à une course hippique. Elle avait du mal à saisir le fruit de cette excitation collective.

    Voyant que chacun soignait sa toilette de façon presque excessive, elle revêtit l'une de ses plus belles robes. C'était un cadeau de sa mère, une robe beige (voire très légèrement orangée) brodée de façon très printanière, qui venait de New York. Elle prit également le somptueux chapeau à voilette qu'elle avait acheté lors de ses premiers jours à Paris.

    Ils prirent la voiture pour se rendre à l'hippodrome. Le temps était à son avantage pour ce genre de sortie. Les deux petites étaient ravies, et Rebecca se sentait heureuse également, sans vraiment savoir pourquoi. Elle sortit de la voiture et découvrit le fameux hippodrome que ces cousines lui décrivaient sans relâche depuis le début de la matinée. Son oncle et sa tante marchaient devant, en se tenant par le bras, et la jeune femme marchait derrière en compagnie des petites filles.

    Celles ci ne cessaient de lui donner des coups de coude discrets pour lui faire remarquer certaines choses : un cheval qui passait près d'eux, une dame dans une toilette époustouflante, un homme ayant un chapeau ridicule... La jeune américaine riait beaucoup. Elle regardait autour d'elle et voyait mille voitures et de nombreux chevaux. On était à l'hippodrome et pourtant, à en croire la tenue des gens, on se serait cru au bal. Elle était fascinée par ce spectacle et commençait à comprendre l'excitation des Montmorency. Elle suivait sa famille d'accueil à travers la foule, tout en discutant avec ses cousines.

    Ils prirent place dans les gradins de bois, à un endroit peu agréable ou l'on ne voyait pas grand chose. Son oncle était parti pour parier. Elle était assise et chatonnait un air dans sa tête - ou peut être bien à voix haute, elle ne s'entendait pas. Ses deux cousines parlaient entre elles et sa tante avait rejoint l'une de ses amies. En quête de quelqu'un avec qui parler, elle regarda discrètement qui était assis à côté d'elle. Elle ne voulait pas risquer d'engager une conversation avec quelqu'un qui lui déplaisait ou qui semblait étrange. Elle distingua en premier lieu un étrange chapeau..

    *
    Spoiler:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/
Invité
Invité
Anonymous


Course Hippique [libre] Empty
MessageSujet: Re: Course Hippique [libre]   Course Hippique [libre] EmptyMer 16 Mai - 23:22

Rinaldo "Il Magnifico" Berlinghieri, magicien

À peine fut il arrivé dans la Capitale que Rinaldo décida d'en reprendre ses distances en se rendant aux courses. À vrai dire, cette expédition n'était pas tout à fait de son initiative puisqu'au cours de la nuit dans quelque cabaret, il avait comme qui dirait été pris sous l'aile d'un dandy incapable de tenir en place. Après avoir tenté d'impressionner le flambeur avec quelques uns de ses tours de passe-passe. Ce dernier, vite lassé, l'invita néanmoins à le suivre jusqu'à l'hippodrome ; « Rien de tel que la frénésie du jeu pour rester debout après une nuit blanche ! » s'enthousiasma déjà l'infatigable épicurien. Mais une fois sur place, Rinaldo n'avait pas eu le temps de faire enregistrer son pari, qu'il avait déjà été délaissé par son protecteur. Il déplaçait désormais sans entrain costume et haut-de-forme vers les gradins qui lui semblait les plus accessibles, moins dans l'idée de suivre la prochaine course et de savoir si elle allait le rendre riche que pour se reposer un peu. Qui l'observait alors devait d'ailleurs probablement se dire combien cette silhouette malingre qui avançait au ralenti détonnait au milieu de toute l'agitation des courses. Dès qu'il fut enfin assis, il soupira comme s'il revenait de la mine. Alors, machinalement, il manipula son billet de jeu qu'il faisait apparaître et disparaître en rythme entre ses doigts ... c'est seulement après une ou deux bonnes minutes de cet exercice qu'il prit la peine d'observer qui l'entourait et remarqua que des yeux à côté étaient posés sur lui.

Trop conscient de son état de fatigue et du milieu dans lequel il se trouvait, il ne prit cependant pas le risque d'aborder directement la jeune femme par peur d'un hypothétique esclandre dont il n'aurait la force de se défendre. Au lieu de ça, se tournant ostensiblement vers Rebecca, le magicien exhiba son billet pendant quelques longues secondes avant de le chiffonner entre ses mains pour le faire disparaître définitivement ... Il leva alors son chapeau pour saluer ce maigre public mais quelque chose n'allait pas : il se gratta le sommet du crâne pour en extirper un billet plié en deux qu'il enfonça dans sa poche en souriant timidement.
Revenir en haut Aller en bas
Rebecca Burnett
Complainte des pianos qu'on entend dans les quartiers aisés
Rebecca Burnett

Messages : 61

Course Hippique [libre] Empty
MessageSujet: Re: Course Hippique [libre]   Course Hippique [libre] EmptyVen 18 Mai - 4:06

    Lorsque ses yeux croisèrent ceux de son voisin, Rebecca ne réalisa même pas que ce regard était à la limite de la convenance. En réalité, surprise par l'apparence de l'homme qui était assis à côté d'elle, elle le scruta de la tête aux pieds avec insistance. C'était un homme qui devait avoir près de trente ans, au teint pâle et aux cheveux bruns. Il semblait très étrange. Mais elle n'était qu'au début de ses surprises.

    Quelques secondes plus tard, l'homme exhiba son billet de jeu. La jeune femme se demanda ce qui lui prenait. Pourquoi lui présentait-il son billet ? Elle hésita à tendre la main pour prendre le billet, mais avant même qu'elle n'ait eût le temps d'y réfléchir, son voisin fit disparaître son billet, comme par magie. Notre pianiste américaine cligna les yeux, comme pour vérifier que sa vision ne lui avait pas joué des tours. Mais il n'en était rien.

    Le magicien fit alors réapparaître le billet lorsqu'il souleva son chapeau, en souriant. Rebecca, qui n'avait jamais vraiment assisté à des tours de magie, était très étonnée.

    Elle avait déjà vu son père faire disparaître de petits objets sous sa serviette de table, mais elle avait vite compris quel était son truc. Cette fois, elle n'avait rien vu, et elle avait la sensation d'avoir du le papier s'évaporer dans les airs, avant que le magicien ne le fasse réapparaître en se grattant la tête.

    Vous faites de la magie ?
    lança t-elle, stupéfaite.

    Lorsqu'elle se laissait un peu aller, ou qu'elle parlait sans trop s'en rendre compte, Rebecca avait un accent américain très prononcé. Quand elle faisait attention, il était plus léger. Mais la question qu'elle avait formulé était sorite de sa bouche machinalement, elle n'avait même pas pris le temps de réfléchir avant de parler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/
Invité
Invité
Anonymous


Course Hippique [libre] Empty
MessageSujet: Re: Course Hippique [libre]   Course Hippique [libre] EmptyVen 18 Mai - 11:29

Rinaldo "Il Magnifico" Berlinghieri, magicien

« Faire de la magie ? estima Rinaldo avec un sourire timide. Ou seulement le faire croire, quelle différence, au fond ? Ce que je fais, mademoiselle, c'est de redonner aux êtres moderners l'envie de croire qu'aux pieds des arcs-en-ciel, il y a encore un chaudron d'or et un leprechaun pour le garder ! »

Mais qu'est-ce qui lui avait pris de digresser sur un mythe irlandais ? Était-ce l'accent de Rebecca qui l'avait incité à croire que cette image allait rendre Rinaldo un peu plus familier aux yeux de la jeune fille ? Mais c'était là tout le style de Rinaldo, finalement, dire n'importe quoi sans trop savoir où ça le mènerait ... et plutôt que de demander innocemment si les intonations qu'il avait cru déceler provenait bien d'une île britannique, il s'introduisit, tout en simplicité, en retirant de nouveau son chapeau :
« Rinaldo Berlinghieri, l'illusionniste surnommé "Il Magnifico" du Piémont à la Campanie, qui prit tous les risques pour le simple plaisir de mystifier les cardinaux de Rome et qui ne fut soustrait à une excommunication certaine que pour avoir pourfendu quelques unes des plus terribles superstitions des Carpates ! » Le temps de se présenter, le jeune homme sembla ne plus du tout être soumis à la fatigue. Il poursuivit dans un genre pince-sans-rire : « Enfin ... rien d'aussi répréhensible que de parier sur des chevaux au lieu de consacrer sa fortune à une œuvre de charité, si cela peut vous rassurer. ... Ou encore d'appartenir à l'Eglise Anglicane. » remarqua-t-il faussement pour lui-même, car néanmoins à haute voix.
Revenir en haut Aller en bas
Rebecca Burnett
Complainte des pianos qu'on entend dans les quartiers aisés
Rebecca Burnett

Messages : 61

Course Hippique [libre] Empty
MessageSujet: Re: Course Hippique [libre]   Course Hippique [libre] EmptyJeu 24 Mai - 2:25

    Lorsqu'elle entendit le mot illusionniste, Rebecca ouvrit de grands yeux emplis d'une curiosité presque enfantine. Illusionniste. Ce mot lui plaisait. Elle écouta le magicien parler, celui-ci parlait beaucoup, assez vite, et il employa un ou deux mots qu'elle ne connaissait pas. La pianiste américaine parlait très bien français, mais le sens de certains termes ou de certaines expressions lui échappaient encore de temps en temps. Il lui fallut se concentrer pour comprendre ce qu'il disait. Cela lui rappelait certains jours, ou lorsqu'elle était fatiguée, Rebecca ne comprenait plus un mot de français. Elle secoua la tête comme pour se remettre les idées en place et se présenta à son tour en ces termes :

    Enchantée de faire votre connaissance,dit-elle en souriant gentiment Je suis Rebecca Burnett, je viens d'Amérique et j'étudie le piano au Conservatoire.

    Soudain, elle s'arrêta de parler car elle sentit qu'on la regardait. Elle se retourna et vit que ses deux petites cousines l'écoutaient, et regardaient le magicien avec stupéfaction. Alors elle ajouta :

    Et voici mes cousines, qui sont parisiennes. Marie, Jeanne, voici monsieur Berlinghieri, illusionniste

    Elle eût un peu de mal à prononcer le nom du magicien. Lorsqu'elle eût fini sa phrase, les cousines en question ne dirent rien. Elles les regardaient, d'un air à la fois béat et accusateur. Rebecca jeta un coup d’œil en leur direction, puis se retourna vers l'illusionniste en haussant les sourcils. Décidément, elle ne comprendrait donc jamais les deux petites.

    Elle savait déjà ce qu'elles raconteraient à leur mère en rentrant à la maison, tels deux chiens biens dressés : Maman, Rebecca a encore parlé avec un inconnu ! Et sa tante répliquerait alors C'est très mal élevé, Becky ! Ma soeur ne t'a t-elle donc jamais dit qu'on attend d'être présenté par le biais de quelqu'un que l'on connait avant d'engager la conversation ?. Mais Rebecca n'était plus une enfant et elle n'écoutait pas ce genre de reproches. En Amérique, les lois quant à la politesse étaient tout autres. Elle hasarda à l'adresse de l'illusionniste :

    Vous donnez vous en spectacle à Paris, monsieur Berlinghieri ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/
Invité
Invité
Anonymous


Course Hippique [libre] Empty
MessageSujet: Re: Course Hippique [libre]   Course Hippique [libre] EmptyJeu 31 Mai - 6:20

Rinaldo "Il Magnifico" Berlinghieri, magicien

« Et bien ... ma foi ... pas vraiment ! » Le jeune homme tentait de maintenir l'attention des deux petites cousines avec un foulard qu'il fit ramper autour de ses poignets ... « ... pour résumer la situation brièvement, disons que je n'ai encore aucune résidence. Je viens à peine d'arriver à Paris. » ... subitement, comme dans un éclair aveuglant, le morceau de tissu devint une balle de cuir qui traça son arc jusqu'au pied des enfants.

« Ta-DAAAM ! » s'exclama le magicien, la mine radieuse, attirant sur lui l'attention de quelques proches spectateurs dans le gradin.

« Mais les scènes parisiennes ne manquent pas : cette situation devrait bientôt se normaliser. Peut-être pourrais-je faire envoyer une invitation ? Je crains cependant que les tours que je réserve pour ce soir prochain ne soient pas du goût de vos cousines. » observa Rinaldo, qui retrouva une expression plus sombre.
Revenir en haut Aller en bas
Antoine "Le Zozio" Viret
Si votre ramage se rapporte à votre plumage, vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois
Antoine

Messages : 238

Course Hippique [libre] Empty
MessageSujet: Re: Course Hippique [libre]   Course Hippique [libre] EmptyMar 26 Juin - 6:53

Un peu plus loin, devant vous, quelqu'un attire votre attention.
Une dame, possédant un embonpoint très important, a l'air intéressée par les tours de passe-passe de Il Magnifico. Ses longs cheveux blonds filasses sont quelques peu emmêlés. Sa démarche est bizarre, comme gênée, et quelque chose d'étrange se dégage d'elle.

La voilà qui se rapproche de vous, un grand sourire amusé aux lèvres. Cette... dame (vraiment, avec ses quelques poils au menton ?), cette dame, donc (à défaut de meilleur qualificatif), semble vouloir vous adresser la parole.
Elle s'arrête juste devant vous. Elle se tortille à présent, farfouillant sa robe de ses mains ! Mais que fait-elle donc ?

... Quelque chose se trouve sous cette robe, et ce n'est pas de cette dame dont il est question !

...Une... guitare ? Oui, c'est bien cela, une guitare en sort, qui tenait lieu et place du supposé embonpoint.

Une voix bien grave accompagne le son de cette guitare. La perruque blonde glisse de la tête de cet hurluberlu, qui s'éloigne en chantant:

"Le Magicien bénéficie de la crédulité
De l'Américaine fraîchement débarquée !
Profitez donc des courses,
Pendant que je profite de vos bourses !"

Au dernier vers, déjà à la sortie, le Zozio exhibe ses proies, que vous reconnaissez comme votre !

A peine avez-vous le temps de les voir, que le voilà déjà parti, poursuivi par des agents de la sécurité hurlant, et s'accusant l'un l'autre de n'avoir pas réparer le grillage de protection autour de l'hippodrome...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rebecca Burnett
Complainte des pianos qu'on entend dans les quartiers aisés
Rebecca Burnett

Messages : 61

Course Hippique [libre] Empty
MessageSujet: Re: Course Hippique [libre]   Course Hippique [libre] EmptyVen 29 Juin - 5:43

    La jeune fille s'amusait de voir comme le magicien faisait des tours tout en parlant, avec le plus grand naturel qui soit. Cela lui semblait aussi aisé que de marcher. On aurait dit qu'il faisait tout cela de façon presque automatique. Les gens autour d'eux regardaient Il Magnifico avec stupéfaction, et elle entendait tantôt murmurer "vous avez vu ce que je viens de voir ? épatant !" et des enfants qui s'exclamaient "ooohhh!". La jeune américaine écoutait le magicien parler. Puis Rebecca répondit en souriant à l'illusionniste, qui venait de lui proposer de lui envoyer une invitation :

    Ce serait avec joie !

    Tandis qu'ils parlaient tous deux, elle n'avait pas remarqué cet étrange personnage qui se rapprochait d'eux. S'agissait-il d'une femme ou bien d'un homme ? Elle n'aurait su le dire. La personne s'arrêta devant eux, et fouilla dans sa robe. Que diable faisait-elle ? Elle sortit une guitare et se mit à chanter en s'éloignant vers la sortie, ces quelques mot :"Le Magicien bénéficie de la crédulité De l'Américaine fraîchement débarquée ! Profitez donc des courses, Pendant que je profite de vos bourses !". Après avoir chanté cette chanson, l'homme (Rebecca avait déduit qu'il s'agissait d'un homme lorsqu'elle avait entendu sa voix) s'éclipsa en courant, suivi de très près par des agents de la sécurité. Effrayée aussitôt, Rebecca posa anxieusement la main sur son petit sac. Sa bourse avait disparue.

    Mon Dieu ! S'exclama t-elle, Cet homme vient de s'emparer de tout mon argent !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/
Absalom "Ulysse" Lion
Facilités de paiement, mais de l'argent. De l'argent, bonne gens!
Absalom

Messages : 14

Course Hippique [libre] Empty
MessageSujet: Re: Course Hippique [libre]   Course Hippique [libre] EmptyMer 12 Sep - 3:43

Nouvelle course, nouvelle victoire d'un cheval, cette fois encore, un nom peu original, d'une robe entre l'alezan et l'acajou, balzane blanche à l'antérieur droit. Quelques chanceux qui remporte la mise. Beaucoup de malchanceux qui baissent leurs chapeaux, penauds avant de retourner miser autre chose , souvent plus , prétextant une nouvelle vague de veine ou un défaut de leur porte bonheur ou de leur bonne étoile sur la course précédente , défaut bien sur corrigé comme par magie pour la course prochaine . Êtres stupides, masses stupides .Surtout quand Absalom reconnait certains membres de Cercle de Madame de Lambressac ou du Cénacle, devant déjà à la famille Lion des milles et des cents, prêts datant déjà de son défunt père. Note pour le même, accrochée dans son cerveau méandreux et à donner dès que possible à la prochaine réception réunissant la famille Lion, listant avec précision leur nom et rang pour ne pas refinancer le prêt. Autre colonne pour ceux qui ont réussis à se constituer un petit pécule et qui ont la sagesse de ne pas tenter le diable. Renfoncer le haut de forme dans un soupir avant de se tourner quand on s’assoit. Regard bleu azuré qui fixe ses amandes noires. Visage lunaire des Lions. Aviel pour la famille. Célestin pour le monde. On n’échappe pas à la traditionnelle coutume du prénom quand on nait dans cette famille De dix ans son cadet. Première année en droit à la faculté de Paris. Avec lui, contrairement au trois quart de sa promotion, l’intention d’y travailler et de s’y faire une place et des relations. Et de séduire de son visage d’ange.

«- Alors ?
- Pour qui me prends-tu ? Je t’avais dit que c’était un faux tocard et que le terrain était suffisamment lourd pour lui. »

Il dépose devant lui une petite liasse et des pièces et Abs hausse un sourcil. Vocation ratée de pronostiqueur de course. Quand il lui demande s’il va rejouer, Aviel secoue la tête, posant son haut de forme sur ses genoux et lissant ses favoris blond cendrés. Pas de chevaux suffisamment intéressants, pas la peine de tenter plus et de gagner moins. Ils se lèvent tous deux, entament une discussion sur les chevaux, cherchant juste à masquer leur discutions sur les observations d’Absalom, tentant de les compléter et de les affiner. La perfection est un mythe mais il est toujours possible de s’en rapprocher. Le cheval Magnelli, anglo-arabe entrainé en Italie et ayant fait le long déplacement pour ravir quelques prix et le public français mais ayant raté sa course d’entrée désigne monsieur le baron de M. , grand joueur endetté au possible et ne pouvant plus rembourser ses obligations ainsi que ses charges. Au contraire, la victoire de Valence, cheval français, grand favori de sa course désigne, monsieur V., industriel chanceux aujourd’hui et qui sera donc en mesure de rendre ce qu’on lui a prêté. Rien de plus simple.

Un cri fait se retourner les deux hommes, s’attardant sur le gradin un peu plus haut d’où il se trouve. Un groupe de trois femmes qui s’affolent, à voir leur toilette de très bonne extraction. Des agents de sécurités qui s’affolent. Des gens qui tapotent à leur tour leurs sacs, vérifiant que ne leur manque. Un type étrange qui s’éloigne, comme sans se faire voir. Et Aviel qui fixe Absalom d’un regard excité. La chance est avec eux. Une occasion de se faire bien voir. Une occasion de se faire de nouvelles relations, ces têtes n’étant pas connues. Et son cousin qui soupire tant bien que mal et qui fait mauvaise mine à le suivre. Ils se faufilent dans la foule, prenant sous leurs ailes les jeunes femmes. Aviel parle, Absalom surveille

« Point d’inquiétude, mesdemoiselles, la sécurité est aux trousses de votre voleur. Seulement, lourdauds comme ils sont, je doute qu’il le rattrape. Combien contenait votre bourse ? Nous avons été chanceux, mon cousin et moi, nous allons vous dépanner. Êtes-vous seules ?»

Sourire charmeur de l’ange blond, visage froid du pierrot lunaire qui le suit. Mais avenant tous les deux, proposant une aide .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



Course Hippique [libre] Empty
MessageSujet: Re: Course Hippique [libre]   Course Hippique [libre] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Course Hippique [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chronique du règne de Félix Faure :: Coulisses (hors RP) :: RPs archivés-