AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 Gros nanimaux !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Jean de Fréneuse
J'ai bu le lait divin que versent les nuits blanches
avatar

Messages : 305

MessageSujet: Re: Gros nanimaux !    Jeu 17 Mai - 7:11

Le jeune frère ouvrit grand les yeux quand l'un des enfants parla de bisou magique ... Serrant un peu plus son doigt meurtri, il balbutia d'un air affable et un peu perdu :

- Merci, mais ce ne sera pas nécessaire ...

Mais les gouttes de pluie se multipliaient - le volatile en semblait d'ailleurs fort aise et paradait avec d'autant plus de joie. Pendant ce temps-là, les deux frères réfléchissaient ... Jean répondit enfin :

- A vrai dire, je ne sais pas ... Peut-être feriez-vous mieux de rentrer vous mettre à l'abri ... Oh quoique ! Les cages des fauves ont d'un paravent pour ces demoiselles qui dessinent les animaux, afin de les préserver du soleil ... Vous pourrez sans doute vous y abriter. Quand à moi ...

Il eut un geste héroïque et s'apprêta à dire quelque chose ...

- Tu rentreras, n'est-ce pas ? lui souffla son frère.

- Si cela tourne à l'orage., concéda Jean de Fréneuse.

Et il reprit son geste, presque théâtreux dans l'âme, et d'un ton volontairement épique, presque burlesque, il reprit :

- Les places sont limitées, et comme en tout bon navire en pleine tempête, elles seront réservées aux enfants et aux dames. Courez-y, ce n'est pas le moment de tomber malade. Je flânerai un peu, en vous suivant.

Et adressant à Madame Ainsworth un sourire qui se voulait rassurant, il leur indiqua la direction avec sa canne. L'ami canard, lui, barbotait allègrement dans une flaque d'eau en formation, y trônant tel un roi en son étang.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://locution-des-pierrots.blogspot.fr/
Catharina de Fréneuse
L'enfant reconnaît sa mère à son sourire.
avatar

Messages : 401

MessageSujet: Re: Gros nanimaux !    Jeu 17 Mai - 15:30

Le clapotis des gouttes d’eau s’échouant sur le sol devenait plus fort. Je tins tout contre moi le petit garçon, appuyant sa tête rousse contre mon épaule, le protégeant, sous mon chapeau, de la pluie. La jeune fille, quant à elle, se frottait le visage, trouvant la sensation d’un liquide coulant sur son visage, désagréable. Elle grommelait, contrariée, et me jetait des petits yeux impatients. Le cocher n’ayant pas été prié de revenir de sitôt, je trouvai l’idée d’aller nous cacher sous les paravents bien bonne. Attrapant la main du garçon blond, je cherchai du regard lesdites cages aux fauves.

Cependant, j’acquiesçai à Gabriel, hochant la tête à l’intention du… mal en point ? « L’humidité et le froid ne feraient qu’empirer votre état, Monsieur. » Était-ce réellement une bonne idée de se balader sous la pluie avec une jambe blessée ? J’en doutai fortement. Je regardai la direction pointée parla canne et m’y dirigeai distraitement, obligée par les enfants qui n’appréciaient pas énormément le mauvais temps, moi non plus, d’ailleurs. La pluie annonçait souvent un temps encore plus pourri, et s’enchainait avec les orages. Je n’ai jamais vraiment aimé les orages, à vrai dire, je les détestais. Ils m’effrayaient… un peu.

« Je vous remercie de m’avoir accompagnée, messieurs et d’avoir été si tolérants avec les enfants. » Je les saluai d’un signe de tête bref et tournai les talons pour me diriger vers les cages et, à peine avais-je fait quelque pas qu’une voix forte et qui portait m’interpela. Un puissant « Catharina ! » auquel on reconnaissait un accent britannique, mais une tonalité française irréprochable. Il s’agissait de mon époux, armé de parapluie et affichant un air peu conciliant. Lorsqu’il arriva à notre hauteur, le plus petit des enfants le salua d’un signe de main enjoué mais n’obtint en retour qu’une réponse un peu absente, distraite. « Vous parlez d’un temps pour sortir… » Posant une main dans mon dos qu’il poussait pour me faire marcher vers la sortie du parc, il répondit, sec « Justement. »

Bref, il jeta un coup d’œil au frère, suspicieux. Mécontent de voir des hommes si près de moi, soupçonnant et s’imaginant déjà de drôles d’idée, il m’attrapa finalement par le bras pour me faire avancer plus rapidement, tant dis que les enfants faisait une course pour savoir qui se rendrait à la voiture le premier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hana-no-yume.deviantart.com
Jean de Fréneuse
J'ai bu le lait divin que versent les nuits blanches
avatar

Messages : 305

MessageSujet: Re: Gros nanimaux !    Dim 20 Mai - 23:41

La pluie s'était intensifiée. Madame Ainsworth salua poliment les deux hommes, comme si un accord tacite avait été passé : les au revoir les plus intéressants étaient peut-être de ceux-là, qui sont tout à fait conscients, mais ne se formulent jamais. Jean, en réponse, fit un signe de tête, respectueux, avec un léger sourire.

- Tout le plaisir est pour moi, Madame.

- Moi de même, Madame, filez-donc vous abriter ! renchérit son frère.

Déjà, elle s'éloignait ... Mais elle n'eut pas le temps de gagner le pavillon des fauves. Un homme accourrait, impérieux. Avant de partir, il jeta un regard aux deux hommes qui étaient à quelques pas, et regardaient déjà autre chose ... Jean lui rendit son regard, d'un air serein, presque étonné de se trouver sous ces yeux soupçonneux. Gabriel, lui, regardait ailleurs, par excès de délicatesse ... Ils continuèrent leur marche, sans un mot tout d'abord, Gabriel ressentant toujours la tentation de faire de grandes enjambées pour échapper plus vite à la pluie, mais se ravisant pour marcher au pas lent de son frère ... Bientôt ils seraient trempés. Quand le groupe fut bien loin, Jean lança enfin, pour faire la conversation :

- Un mari bien jaloux, sans nul doute. Que les jaloux sont ridicules ! Si c'est par fierté, ils la placent mal : quelle idée de tirer fierté de la constance d'une femme qui, peut-être, a simplement manqué d'occasions. Et si c'est par amour, c'est bien pire ... Epouse-t-on une femme par amour !


Gabriel lui jeta un regard surpris.

- J'avoue que je ne pérorerais point comme ça pour ma part, on ne sait jamais comment l'on se comportera, une fois marié ... - Un temps. Puis il ajouta - Et puis, c'est peut-être ton air débraillé qui l'aura surpris. On n'a pas idée de sortir comme ça !

Jean rit avec son jeune frère. Après tout, il ne se trouvait pas plus mal, maintenant qu'il était là.

- Je suis un malade, moi, Môssieur ! Un martyre ! J'ai bien le droit à mes quelques fantaisies. A mon âge, on ne les change pas.

- Tu parles comme un vieillard qu'on a privé de son petit verre après le repas ...

- Justement, supprimer le verre après le repas est un crime ! Tout ça pour se traîner un peu plus longtemps sur terre ... ? Va, ne réplique pas, tu peux courir appeler la voiture. Je suis.

Gabriel hésita, mais il était clair qu'ils gagneraient un peu de temps ainsi. Il hocha la tête et s'élança, commençant à courir pour échapper à la pluie ... Le jardin semblait à présent désert, nulle trace du beau soleil qui l'avait réchauffé, voilà quelques instants. Sur un des bancs, un journal se désagrégeait lentement, sous l'effet de l'eau. Les lettres s'effaçaient, peu à peu, comme un souvenir qui s'éloigne ...

Citation :
HRP ~ Je clos le topic, tu me diras si tout est bon avec cette réponse. Merci pour ce RP !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://locution-des-pierrots.blogspot.fr/
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Gros nanimaux !    

Revenir en haut Aller en bas
 

Gros nanimaux !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chronique du règne de Félix Faure :: Paris, ses faubourgs... :: Autour du Théâtre d'Art :: Jardin des Plantes-