AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 Lise Champmézières

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Lise Champmézières
Elle court, elle court, la cousette !
avatar

Messages : 355

MessageSujet: Lise Champmézières   Mar 20 Déc - 0:24

    Registre des habitants
    de la Ville de Paris

    Quelques informations factuelles :

    • Nom & Prénoms : Champmézières Elisabeth Marie, dite Lise.

    • Âge & Date de naissance : 31 ans, née le 18 octobre 1865.

    • Origine sociale : Ses parents étaient employés de maison chez les Saint-Loÿs, à Paris. Son père comme maître d’hôtel, sa mère comme cuisinière.

    • Métier, occupation : Couturière de luxe. Elle préfère néanmoins l’appellation « créatrice de mode ».

    • Ambitions de votre personnage : Son ambition ? Mais… faire régner le charme et la beauté, voyons ! Certes. Mais Lise ne se le cache pas : elle veut habiller les plus grandes dames de la capitale. Son rêve ? Créer LA robe, trouver LA nouvelle silhouette qui fera fureur et dont on parlera pendant des années dans tous les salons de Paris, en soupirant avec nostalgie : « Ah, il n’y avait que Lise pour inventer cela… »

    • Milieu fréquenté : Depuis son mariage en 1889 avec Edmond Champmézières, industriel cotonnier, Lise a réussi à faire oublier ses origines modestes et aurait pu accéder à quelques salons bourgeois. Elle s’en est bien gardée : comment aurait-elle pu fréquenter officiellement les petites bourgeoises et prétendre habiller les aristocrates ? Non, non, elle préfère rester à sa place, « bien modestement », et laisser sa porte ouverte à toutes les clientes potentielles que compte Paris.

    • Points de Mondanité : Si Lise ne paraît pas aux salons, elle n’en connaît pas moins toute la bonne société parisienne. Et que peut-on cacher à sa couturière, je vous le demande ? Sa réputation se fait encore par bouche-à-oreille, mais elle est excellente : en clair, la Maison de Couture de Lise est en vogue parmi ces dames ! Même la mort de son – éphémère – mari à Pondichéry n’a pas réussi à faire jaser.

    • Points d'Infamie : 0, certainement. Même les ragots, s’ils entrent généreusement chez Lise, n’en sortent qu’assez rarement.


Tout esprit profond s'avance masqué

Description physique :

Lise est faite, comme aimait le lui dire Edmond quand il voulait la taquiner, d’« un peu trop qui deviennent délicieux ». Elle a le menton un peu trop pointu, le nez un peu trop long, les sourcils un peu trop arqués… Mais les traits sont fins, le profil pur et le regard pétillant, souvent malicieux. La bouche est rouge, et très expressive. La finesse du visage se retrouve aux poignets et dans les mains.

Lise rit beaucoup. Son rire se lit d’abord dans ses yeux : le regard brun se teinte d’amusement, d’une espièglerie qui se communique à la bouche qui tente un instant de retenir un sourire. En vain. Son rire éclate et il est chaud, joyeux, gourmand.

Edmond, qui aimait donner à ses semblables des noms d’oiseaux, la comparait à une fauvette : « Une fauvette grisette, évidemment ! Petite et vive… Et l’avez-vous entendue chanter ? Ce sont d’abord quelques cris rauques, aguicheurs… Puis elle a un petit rire, vous savez, un rire rapide et joyeux que l’on voudrait boire ! »

Description psychologique :

Elle a du goût, assurément. Elle aime contempler la beauté, et la créer. Elle sait détecter le diamant sous le charbon, dessiner le chef-d’œuvre à partir de la craie : faites entrer une pauvresse chez Lise, et il en sortira une princesse. Mais surtout, surtout, n’entrez pas dans le salon de Lise juste après sa crise d’inspiration, car il y règne un désordre inimaginable. Lise est désespérément désordonnée. Ses petites ouvrières replient à longueur de journée les tissus déployés tous azimuts par Madame ! Hélas, la même confusion règne dans les pensées de la couturière, qui oublie régulièrement ses rendez-vous ou le nom de son interlocuteur. Mais jamais ses gants, heureusement.

D’aucuns l’accusent de frivolité. Il est vrai qu’elle change volontiers d’opinion, pour peu qu’un argument la touche. Elle aime mener plusieurs activités de front ; d’une grande curiosité intellectuelle, elle se passionne pour beaucoup de choses, mais brièvement. De tous les sujets dont Edmond l’entretenait, seule l’ornithologie semble avoir capté définitivement l’intérêt de Lise. Quelques perruches peuplent d’ailleurs les salons d’essayage de la Maison.

Lise est gaie, bavarde, optimiste. Elle cherche à trouver ce qu’il y a d’agréable ou de cocasse dans n’importe quelle situation. Mais elle est aussi très sensible au malheur d’autrui ; douée d’une véritable empathie, elle peut à l’occasion se montrer d’une générosité démesurée.

Seules les pensées que l'on a en marchant valent quelque chose.

« Lafayette, Lafayette… Mais ma petite Marguerite, vous n’avez que ce mot-là à la bouche aujourd’hui ! Vous avez donc été bien impressionnée par votre petite visite hier ? »

C’était le matin et Lise arpentait le salon pourpre avec agitation. Le salon pourpre était réservé à ses plus grandes clientes, tandis que le vert amande, plus grand, accueillait le reste de ces dames. Bien évidemment, on y accédait par deux portes strictement séparées.

La journée commençait comme toutes les autres. Après s’être occupée de sa toilette, Lise avait traversé le salon vert en embrassant d’un regard approbateur poufs, sofas, miroirs et grandes armoires. S’étant assurée que tout y était en ordre, elle était passée dans le salon pourpre où Marguerite, sa première ouvrière, achevait d’ouvrir les lourds rideaux de velours, ne laissant qu’un léger voilage filtrer la lumière qui baigna alors la pièce d’une couleur rosée. Ici, le décor était plus intime, les éclairages plus tamisés. Lise ajusta distraitement un pli du rideau, se retourna vivement et reprit :

« Combien de fois devrais-je vous le répéter, ces nouvelles Galeries ne sont pas une menace pour nous ! De la confection, Marguerite, de la confection ! C’est très bien pour les employées de bureau, pour les petites bourgeoises ruinées – elle disait cela sans mépris – mais… Croyez-vous que la comtesse d’Harvicourt ira chercher là-bas sa robe du soir ? Et Madame Saint-Albret ? Et si elles choisissaient la même robe, vous imaginez le scandale ? Ah remarquez, ce serait plaisant, tout de même ! »

Et elle rit en imaginant la tête de Mathilde d’Harvicourt découvrant, sur une plus fine qu’elle, la robe achetée la veille. Lise secoua la tête :

« Non, non, nous n’avons rien à craindre. Les Galeries ont leurs clientes, mais ce sont celles du Bon Marché, et non les nôtres. »

Alors qu’elle achevait ces mots, une seconde ouvrière entra dans la pièce, rouge, essoufflée, courant presque. Elle n’avait pas retiré son manteau gris. Lise ne retint pas une moue désapprobatrice :

« Rassurez-moi, Louise, vous avez une bonne excuse pour vous présenter ainsi échevelée ?
- Ah madame, ah madame… C’est que… Je passais ce matin devant les nouvelles Galeries, vous savez, les Lafayette – ils ont d’ailleurs un nouvel arrivage de chapeaux vraim…
- Oh, mais c’est insensé ! Est-ce un complot ? Vous avez donc décidé de me donner la migraine, avec vos Galeries ? Et c’est sans doute pressée par votre enthousiasme pour les chapeaux des Galeries que vous arrivez dans cet état, Louise ?
- Oh non madame, je vous assure… C’est que les Galeries sont juste à côté de l’Opéra, vous savez, et alors… »

Les yeux de la petite s’écarquillèrent, et Lise sentit l’agacement la quitter, remplacé par une certaine curiosité :

« Et alors quoi, Louise ? Achevez, je vous en prie !
- Il a explosé ! Enfin… L’Opéra, il y a eu une bombe, hier soir, en plein spectacle ! Léon, le garçon de café d’à côté m’a dit qu’il y avait au moins trente morts ! Il est fermé, maintenant… L’Opéra, je veux dire, pas le café de chez Léon !
- Une bombe ? » répéta Lise en fronçant le nez.

Elle se laissa tomber sur une boudeuse, et ses pensées s’envolèrent loin du babillage des ouvrières. Drôle d’endroit, en vérité, pour un attentat ! Visait-on les artistes ? Peu probable. Qui, alors ? Sans doute un homme politique venu assister à la représentation ? Elle imagina le spectacle interrompu par une explosion absurde, des cris, du sang… Seigneur, c’était atroce. Elle frissonna. Et certaines de ses clientes étaient peut-être parmi les victimes ? La petite Valentine, par exemple… Oh non, quelle idée insupportable ! Comme elle sentait ses yeux s’emplir de larmes, Lise se releva brusquement et admonesta Louise et Marguerite afin qu’elles se mettent à l’ouvrage. Elle-même ouvrit une armoire, caressa les étoffes, effleura un taffetas dont la couleur rouge profond lui rappela l’Opéra Garnier… Elle referma la porte de l’armoire un peu brutalement, et une pensée saugrenue lui vint : le lustre ! Le lustre sublime dont Edmond admirait l’imposante stature, avait-il souffert de l’explosion ?


Theatrum Mundi

Pour terminer ...

    • Pseudonyme : Lise, ce sera parfait !
    • Âge : 21
    • D'où nous venez-vous ? J’ai découvert le forum via Tour de Jeu.
    • Avez-vous lu le règlement ? Je serais curieuse de savoir si Félix Faure l’a lu, lui…
    • Quelque chose à nous dire ? Euh… bonjour à tous ?! :)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pierrot Lunaire
La bouche clownesque ensorcèle comme un singulier géranium
avatar

Messages : 2896

MessageSujet: Re: Lise Champmézières   Mar 20 Déc - 6:00


Eh bien, me revoilà - faisant une petite escale, de retour de la bibliothèque. Very Happy
Ne voyant rien à redire, j'ai le plaisir de tevalider. Pour la Mondanité, comme tu n'as pas donné d'estimation, je viserais bien une centaine de points : cela signifiera que Lise est assez connue voire réputée dans le monde sans toutefois y être considérée comme une grande dame ; qu'en penses-tu ? Pour le reste, tout me semble parfait.

Les demandes de RP te sont ouvertes ; n'oublie pas de poster ta fiche de personnage dans "Signes et signalements" ! Les discussions et les jeux-concours sont également à ta disposition, et n'hésite pas à me contacter si tu as des questions. (Je crois que j'ai tout dit !)

Au plaisir de te voir bientôt en jeu ! :)

_________________
Qui c'est, lui ? Liste des PNJs utilisés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://locution-des-pierrots.blogspot.com
 

Lise Champmézières

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chronique du règne de Félix Faure :: En scène ! (hors RP) :: Les Acteurs de bonne foi :: Spectacle vivant-