AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 Par-delà les coulisses...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Jane McCillian
Âme de Lillian Russell
avatar

Messages : 108

MessageSujet: Par-delà les coulisses...   Lun 17 Oct - 7:43

Jane se précipite dans les coulisses. Quelle chaleur ! Quel tumulte ! Et tous ces badauds qui crient et couvrent sa voix. Et tous ces bonhommes qui crachent et boivent sans prendre la peine de regarder le spectacle. Heureusement que demeurent les artistes ruinés, égarés, les autres acteurs et les étudiants sans le sous pour admirer, du fond de la salle, le jeu animé et appliqué de la jeune fille. Jane se dit, une nouvelle fois, qu’elle ne pourra décidément pas poursuivre indéfiniment sa carrière d’actrice aux Funambules. Carrière ? La jeune londonienne se retient de pouffer à sa propre bêtise.
Le tumulte de la salle fait place à l’agitation des coulisses. Jane vient d’achever sa petite pièce, quasi-improvisée et toute la troupe est fière des applaudissements du public. Tous ont fait un tabac ce soir. Cela signifie que de nouvelles représentations auront lieues dans les prochains jours. Et qui dit représentation dit monnaie. Bien évidemment, tous ne jouent pas pour les quelques sous accordés par le directeur à la fin de la semaine, non ! certains sont là pour l’amour du théâtre et, avec un espoir presque ridicule, la gloire.
Jane observe ses collègues se disperser dans les loges. Elle était la dernière à passer ce soir, maintenant la scène sera vide jusqu’au lendemain. Les quelques Noms du quartier viennent faire leur inspection. Jane salue d’un signe de tête un banquier modeste qui assiste fréquemment aux représentations et semble apprécié par le patron. Elle tente de se frayer un chemin parmi tous les artistes. Elle sait que tous se pressent de quitter le théâtre, car ils ont mieux à faire ailleurs. Certains iront dépenser leurs quelques pièces au Fumoir ou aux Folies Bergères (pour les plus fortunés !). D’autres partent retrouver la chaleur d’un foyer, le joug d’une mère. Certaines actrices s’apprêtent à fouler le pavé, car il leur faut bien deux gagne-pains pour vivre ! D’autres encore se hâtent d’aller retrouver une conquête, un amant, une femme aimée pour lui murmurer des mots doux et s’adonner à la volupté, loin du bruit et de la crasse.
Jane, elle, n’a rien à faire. C’est pour cela qu’elle prend son temps et ne fait pas preuve du même agacement lorsqu’elle avance de deux pas pour reculer de quatre, repoussée par la petite cohue.
Elle sourit à quelques-unes de ses compagnes de scènes, sympathiques de temps à autre. Jane n’a jamais songé à se lier d’amitié avec l’une des actrices des Funambules : chaque artiste, ici, a ses démons, son passé et ses ambitions d’avenir. Tout ce qui compte, c’est le patron et le public, rien d’autre ! Tous sont déterminés, pas si secrètement que ça, à quitter un jour le théâtre du petit peuple pour être accueilli ailleurs. Alors il ne sert à rien de se lier, de s’apprécier car ce serait risquer de devoir quelque chose à quelqu’un. Et les dettes, quelles qu’elles soient, finissent toujours par entacher la gloire.
Dans l’ombre du grand couloir éclairé par les bougies, Jane distingue les gentlemen, venus féliciter les actrices. Elle aussi a ses admirateurs, mais elle sait trop peu jouer de ses charmes et ceux-ci se désintéressent vite d’elle au profit de femmes plus audacieuses, plus charmeuses. Plus intéressées aussi. Jane, au fond d’elle-même, admire un peu ces femmes qui savent y faire, et se demande si un homme pourra un jour regarder au-delà de sa candeur d’orpheline.
Dans un coin, notamment, elle aperçoit Sybille, l’actrice à la crinière de feu. Celle que l’on surnomme « La Blanche » semble plongée dans une discussion passionnée avec un jeune étudiant. Son regard croise celui de Jane…


Spoiler:
 


Dernière édition par Jane McCillian le Lun 31 Oct - 5:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Par-delà les coulisses...   Lun 31 Oct - 4:48

    Le théâtre ! Le mot lui-même est grandiose. Tant de vie, tant de chaleur, tant de passion en si peu de syllabes ! Le lieu lui-seul est un univers parallèle, où s'entremêle des existences éphémères et translucide, des êtres vivants un soir durant, avant de s'évanouir en fumée opaque. Ha vraiment, on ne peut qu'aimer le théâtre, l'adorer, le chérir !

    Enfin, non. Sibylle n'a jamais vraiment été grande amatrice de spectacles. Elle ne comprenait pas l'engouement du spectateur, jugeait futiles ces pantomimes de vies réelles, ces imitations censées nous faire rire, pleurer, peur. Pour elle, c'était d'une inutilité rare que de s'agiter sur une scène en essayant "d'incarner un personnage".

    Seulement, elle lui devait beaucoup, au théâtre. C'est l'endroit qui lui permettait de ne pas avoir à fouler le pavé pour vivre, d'avoir quelque chose à faire de ses journées. Elle n'était pas particulièrement douée, mais il n'avait pas tant besoin de talent pour réussir sur les planches. De jolies rondeurs bien placées, un visage agréable, et si le client est exigeant, une jolie voix. Si vous réunissez tous ces atouts, la salle se tait pour quelques instants, pendant que les hommes vous contemplent. Puis, quand leur yeux ont été rassasiés, qu'ils ont bu tout leur saoul de votre beauté, ils reprennent leurs conversations et vous laissent seule, à gigoter sur scène. Et puis on baisse le rideau.

    On s'accommodait de tout, même de cette vie de bohème. De toutes façons, Sibylle en était certaine : un soir viendrait où un riche banquier viendrait la demander en coulisses, avant de l'inviter à son bras dans des salons. Etre actrice, c'était provisoire, elle n'en doutait pas une seconde.

    Malheureusement, les seules personnes qui venaient de temps en temps l'applaudir derrière le rideau n'étaient souvent que des étudiants sans le sou, parfois des artistes qui juraient leurs grands dieux que leur prochaine oeuvre ferait un tabac au prochain salon. Ce soir-là ne dérogeait pas à la règle.

    Sibylle n'avait guère fait grosse impression sur le public du jour, mais elle s'en fichait pas mal. En revenant vers sa loge, elle avait trouvé Ludwig, un jeune étudiant qui était déjà venu le voir. Elle l'avait trouvé charmant et sympathique, mais refusait catégoriquement de se coller avec lui. Les soit-disant jeunes hommes irréprochables, elle avait suffisamment donné, depuis que l'homme qu'elle croyait être son fiancé l'avait abandonnée, seule à Paris, n'étant plus rien qu'une fille perdue. Elle évitait de le mentionner, au détour d'une conversation, expliquant plutôt qu'elle était une petite bourgeoise qui en avait eu assez des convenances de sa caste. Cela donnait une certaine profondeur au personnage de Sibylle Taillefer.

    Au détour d'une phrase, voilà notre jolie rousse qui aperçoit une "collègue", Jane, que tout le monde appelle La Londonienne. Sibylle lui fait un petit signe de la main, avant de glisser quelque chose à l'oreille de son ami.


« Ha celle-là, elle est vraiment trop ! Elle croit qu'elle va faire carrière ! »

    La jeune femme était parti dans un petit rire moqueur — elle se demandait si la Londonienne l'avait entendue, et si elle allait répondre à cette petite pique, elle qui semble si timide avec les hommes...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jane McCillian
Âme de Lillian Russell
avatar

Messages : 108

MessageSujet: Re: Par-delà les coulisses...   Ven 4 Nov - 3:25

Jane esquisse un sourire. Rien de bien sincère, bien sûr, mais elle n’est pas actrice pour rien ! La Sybille, elle, affiche son mépris railleur avec beaucoup d’amusement. Il y a cette lueur dans son œil, ce sourire accroché au coin des lèvres, cette petite phrase glissée à l’oreille du voisin. Le jeune homme aux côtés de Sybille est un étudiant, que Jane a déjà rencontré, ici ou là. Un garçon bien, elle croit. Elle se demande bien ce que Sybille a pu chuchoter à cette oreille pourtant si ingénue. Sûrement une moquerie, à propos de son jeu ou de son absence de courtisans. La Londonienne sait bien que Sybille est de celle qui rivalise avec plaisir et dévore les faibles, les incendiant d’un seul regard, d’une seule remarque, d’un simple ricanement. C’est bien pour cela qu’elle ne s’approche pas d’elle et s’avise bien de lui adresser la parole. Sybille est dangereuse.
Elle traverse la cohue en diagonale pour aller saluer « La Blanche » se sentant, ce soir, pousser des ailes.

-Bonsoir Sybille. Félicitations pour ton interprétation !

Plantée là, dans sa robe toute blanche, la jeune londonienne se trouve un peu ridicule. Mais elle apprécie la mine plutôt respectueuse de Ludwig–ça y est, son nom lui est revenu, il rend parfois visite à d'autres de ses collègues, vient d'arriver dans la capitale, avec son accent adorable et son allure si troublante.

-Bonsoir Ludwig! Que pensez-vous de Paris ? Je ne me souviens plus bien, combien de temps cela fait-il que vous êtes arrivé ?


Jane sourit avec douceur, sans provocation, pour ne pas répondre au regard de sa collègue. Elle la fixe quelques instants. La contemple presque. Sybille est très jolie, il faut l’avouer. Cette peau, cette chevelure, cette finesse. On ne peut être aussi belle et profondément mauvaise, Jane en est persuadée. Et c’est bien pour cela que « La Blanche » la fascine autant !
Elle attend la réponse de Ludwig, sans grande impatience, mais tente aussi de cerner encore un peu plus Sybille Taillefer, toujours tapie dans l’ombre…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elke von Herzfänger
Un jour je serais, le meilleur dandy, je moustach'rai sans répit
avatar

Messages : 358

MessageSujet: Re: Par-delà les coulisses...   Dim 5 Fév - 10:06

Elke n’avait pas mis longtemps à comprendre que c’était au théâtre qu’il pouvait faire de nombreuses rencontres. Il errait depuis lors çà et là, dans les salles dont il avait le plus souvent lu le nom dans les journaux. Les actrices semblaient être un bon moyen d’entrer dans le monde : il fallait juste trouver celle qui attirait les faveurs des grands.

Or cette Sybille semblait assez populaire. Néanmoins Dieu qu’elle était froide : Elke ne devait pas être à son goût – il avait dû faire une erreur de calcul en se présentant comme un étudiant, à l’avenir il saurait changer de masque.
Ils n’avaient pas échangé depuis longtemps qu’elle lança à son oreille une pique concernant la demoiselle qui s’approchait d’eux. Ludwig, comme il se faisait appeler, sourit, par politesse. Il avait vaguement entendu parler de Jane. On disait qu’elle était anglaise, et qu’elle soit étrangère en plein Paris rendait Elke compatissant : il se sentait proche d’elle d’une certaine façon. Il y avait matière à exploiter.

Lorsqu’elle le salua, il répondit et courba l’échine pour déposer un baiser sur le dos de sa main. Pour ces manières là au moins, il avait toute l’habilité requise.


-Bonsoir Ludwig! Que pensez-vous de Paris ? Je ne me souviens plus bien, combien de temps cela fait-il que vous êtes arrivé ?

« Oh, Paris est agréable. Il est plus froid et, comment dit-on déjà… ah ja, plus chaleureux. » Il ponctua d’un sourire. « Leider, leider, mademoiselle, je suis ici depuis longtemps alors que j'ai fait peu... Voulez-vous ce soir m'accompagner et montrer une part de cette belle ville ? » Il avait déjà décidé des plans pour la soirée : Sybille ne le mènerai sûrement nulle part, elle devait attendre quelque galant qui pourrait l’entretenir et Elke, lui, devait tout de même surveiller ses finances. Cependant, il avait toujours grand besoin de relation et cette jeune demoiselle n’était pas tellement plus âgée que lui. Elle avait par ailleurs l’air plus agréable. C’était tout ce qu’il fallait au garçon. Sur ces bonnes paroles il se retourna vers Sybille et la salua.

« Je vous souhaite de passer un soirée excellent, mademoiselle. » Un bref haussement de coiffe et il donnait déjà le bras à Jane pour sortir du théâtre.


Dernière édition par Elke Von Herzfänger le Mar 20 Mar - 11:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jane McCillian
Âme de Lillian Russell
avatar

Messages : 108

MessageSujet: Re: Par-delà les coulisses...   Lun 13 Fév - 6:14

Cela était rapide et désarçonna quelque peu Jane. Elle n’était pas accoutumée à se faire inviter de la sorte par des jeunes hommes. Mais c’était différent. Elle se faisait d’abord inviter par un étranger, un exilé, comme elle. Et ça, ça rapprochait beaucoup.
Elle attrapa le bras de Ludwig, abandonnant une Sybille désintéressée d’eux. Vraiment, elle ne pourrait jamais la comprendre !

-Que voulez-vous voir de Paris, Ludwig ? Je sais d’expérience que les rues nous en apprennent beaucoup et cela quelles que soient les rues. Je dois vous avouer que je ne connais que très peu le quartier où nous nous trouvons. Il est peu recommandé de s’y aventurer pour une femme seule.

Elle priait pour que l’étranger avide d’expériences parisiennes ne l’entraîne pas dans un de ces fumoirs où elle perdrait la raison. Elle était déjà assez perdue comme cela.

-Mais n’avez-vous pas froid ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elke von Herzfänger
Un jour je serais, le meilleur dandy, je moustach'rai sans répit
avatar

Messages : 358

MessageSujet: Re: Par-delà les coulisses...   Dim 19 Fév - 13:22

Elle prit son bras et ils sortirent : Elke était satisfait, le désintérêt de Sybille évitait tout drame inutile. Les femmes de Paris étaient si extraordinaires ! ce n’est pas dans sa campagne allemande qu’on l’aurait laissé partir ainsi. Ah, douce liberté…

-Que voulez-vous voir de Paris, Ludwig ? Je sais d’expérience que les rues nous en apprennent beaucoup et cela quelles que soient les rues. Je dois vous avouer que je ne connais que très peu le quartier où nous nous trouvons. Il est peu recommandé de s’y aventurer pour une femme seule. (…) Mais n’avez-vous pas froid ?

« Froid ? Oh non, je pris l’habitude de ce temps parisien ! Maintenant, je suis tout équipé ! » Répondit-il sur un rire léger et taquin. Quant à ce qu’il voulait voir… les rues..? Elle lui proposait une balade nocturne ? Mince, ce n’était pas du tout ce qu’il cherchait… une balade, c’était bon pour faire connaissance avec elle, or Elke voulait faire connaissance avec la ville. Il maintenait son sourire, flottant, pendant que ses pensées le traversaient à toute allure.

« … ce que je veux voir… » … il pouvait bien tenter ça… après tout… « Avez-vous un endroit préféré ? Je serais heureux si vous m’amenez à un lieu que vous aimez beaucoup. »


Dernière édition par Elke Von Herzfänger le Mar 20 Mar - 11:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jane McCillian
Âme de Lillian Russell
avatar

Messages : 108

MessageSujet: Re: Par-delà les coulisses...   Sam 25 Fév - 5:55

Ce qu’elle aimait…
Jane aimait les théâtres, Jane aimait les gens, Jane aimait le tumulte sur la Place du Marché le matin…

« Notre-Dame de Paris ! L’avez-vous déjà vu ? Ne dites rien, laissez-moi vous y emmener, c’est un lieu magique. On y trouve des gens de toute sorte, ça respire l’Art et la bonne nourriture, tout cela dans une ambiance religieuse et autour d’un monument magistral…Je…vous allez adorer, Ludwig, je vous le promets ! »

C’était lorsqu’elle faisait des monologues endiablés de ce type que l’accent de Jane ressortait le plus. Elle ne prenait pas le temps de travailler ces intonations, ni d’arrondir son palais. Mais cela importait peu, entre étrangers, l’accent ne comptait pas.

« Mais cela nous ferait une longue marche…Peut-être pourrions-nous prendre une voiture ! »

Elle ne connaissait rien des finances du jeune homme. Mais elle se dit que s’il rechignait, ils pourraient toujours partager les frais. Ou marcher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elke von Herzfänger
Un jour je serais, le meilleur dandy, je moustach'rai sans répit
avatar

Messages : 358

MessageSujet: Re: Par-delà les coulisses...   Lun 12 Mar - 7:36

« Notre-Dame de Paris ! L’avez-vous déjà vu ? Ne dites rien, laissez-moi vous y emmener, c’est un lieu magique. On y trouve des gens de toute sorte, ça respire l’Art et la bonne nourriture, tout cela dans une ambiance religieuse et autour d’un monument magistral…Je…vous allez adorer, Ludwig, je vous le promets ! »

Prise d'enthousiasme, elle oublia son maintien et laissa transparaitre davantage de sa nationalité. Cela amusa beaucoup Elke, intérieurement. Ah, doux étrangers en exil... Si seulement il existait une place pour vous ici...

Non pas que Paris fut hostile, mais, pensant à ses maladresses de langage ou de bienséance, il n'était pas toujours sûr de faire comme "il faut" ; les règles étaient différentes à ce jeu-ci. Puis il avait remarqué aussi que ses tenues semblaient parfois surprendre ; quant à son accent, c'était une sacrée loterie. Du peu qu'il avait cotoyé quelques étragers - et Jane y comprit - il ne s'était jamais senti jugé, car ces étrangers étaient vivaient ce qu'il vivait : il y avait comme une aura sympathique dans leurs rencontres, une acceptation subtile et plus souple.

Il fallait dire que les parisiens n'étaient pas de tout repos.

« Mais cela nous ferait une longue marche…Peut-être pourrions-nous prendre une voiture ! »

Oh oui, une voiture, bonne idée.
"Oui, bonne idée" Répéta t-il à voix haute. Une bonne idée..? Cela faisait pourtant un petit moment que le jeune homme n'avait pas tenu ses comptes. Mais il était encore si insouciant...

Ouste vous, les tracas : placez-vous sur le côté pour le moment, ce n'est pas l'heure d'entendre vos sermons.

Laissons-les pour l'instant attraper une voiture, voyez-le, gentilhomme, qui l'aide à s'installer avant de prendre place à sa suite. Allons pour notre Dame, même si Ludwig n'était pas plus emballé que ça par l'idée d'de voir des prêtes. Néanmoins, les "quais de seine" semblaient être des endroits fort réputés, et il était de bon ton de connaître le quartier. Mais point trop de considérations, il lui fallait être saillant. Il se tourna sensiblement vers Jane :

"Alors, vous aimez l'art et le bonne nourriture. Dites-moi alors, pour lequel des deux faites-vous le métier d'Actrice ?" Il avait pris soin de bien accorder son verbe faire - il ne voulait pas se faire reprendre encore ! mais c'était avec malice qu'il avait délivré cette question pernicieuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jane McCillian
Âme de Lillian Russell
avatar

Messages : 108

MessageSujet: Re: Par-delà les coulisses...   Lun 23 Avr - 9:22

La voiture s’ébranla, le fouet du cocher claqua. L’habitacle était sombre et chaud. Jane se laissa un peu aller contre le dossier.

« L’Art, oui, celui qui me touche en tout cas. Pour ce qui est de la bonne nourriture, qui ne l’aime pas ? Je dois avouer que je n’ai pas beaucoup eu l’occasion d’entrer dans les restaurants de Notre-Dame mais…les odeurs en disent déjà long. Pour le moment, le métier d’actrice ne me rapporte pas l’argent nécessaire au grand restaurant. Et pour ce qui est de ma notoriété, elle ne me fera jamais inviter…. »

Mais qu’est-ce qu’il lui prenait de parler autant! Ça n’était pas dans ses habitudes, absolument pas. Elle ne voyait pas le visage de Ludwig dans son intégralité mais sentait qu’il l’écoutait, avec attention.

« Et vous, aimez-vous l’Art, la bonne nourriture ? Les deux ? Ou peut-être avez-vous une toute autre passion… »

En effet, elle ne savait rien de son compagnon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elke von Herzfänger
Un jour je serais, le meilleur dandy, je moustach'rai sans répit
avatar

Messages : 358

MessageSujet: Re: Par-delà les coulisses...   Lun 23 Avr - 12:26

Paris défilait, Elke était comme attiré par cette douce contemplation mais il tentait de ne pas trop regarder par la fenêtre…

« L’Art, oui, celui qui me touche en tout cas. Pour ce qui est de la bonne nourriture, qui ne l’aime pas ? Je dois avouer que je n’ai pas beaucoup eu l’occasion d’entrer dans les restaurants de Notre-Dame mais…les odeurs en disent déjà long. Pour le moment, le métier d’actrice ne me rapporte pas l’argent nécessaire au grand restaurant. Et pour ce qui est de ma notoriété, elle ne me fera jamais inviter…. »


Le sourire du garçon s’accrût dans l’ombre. Quelle douce enfant ! Être si naïve et dans le monde du théâtre : une bien dangereuse chose que cela ! Ou peut-être alors était-elle excellente comédienne… L’un ou l’autre, c’était également délicieux pour notre fieffé coquin.

« Et vous, aimez-vous l’Art, la bonne nourriture ? Les deux ? Ou peut-être avez-vous une toute autre passion… »

Tout étonnant que cela fut, cette simple question rendit Elke très morose. Une autre passion… sans pouvoir se contrôler il se sentit glisser doucement vers la haine, la honte et l’animosité. Il voulut porter sa main à son cœur car il lui semblait qu’on lui pinçait une artère… mais il ne fit rien. « Mes passions n’ont pas l’art de plaire » Voulut-il répondre… mais ç’eût été malpoli, et la pauvre anglaise n’avait rien à voir avec la condescendance de son père. Néanmoins, il était fort conscient que sa passion savait toucher un certain public, aussi ne se refusa-t-il pas à l’avouer :

« Oh on a appris à un garçon comme moi à aimer l’Art et la bonne nourriture, aber… je appris tout seul à aimer à la passion la danse. » Il se pencha légèrement afin d’attraper au vol, à la lueur faible d’un lampadaire, le regard de sa compagne – et afin surtout qu’elle vit son visage et l’éclatant sourire qu’il affichait à ce moment précis. Il n’était jamais mécontent de parler de danse ; et c’était bien le seul sujet sur lequel il était toujours sincère. Néanmoins, imperturbable, il reprit :
« Aimez-vous la danse, mademoiselle Jane ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jane McCillian
Âme de Lillian Russell
avatar

Messages : 108

MessageSujet: Re: Par-delà les coulisses...   Lun 7 Mai - 23:07

Jane fut touchée par la soudaine sincérité de Ludwig. Son regard s’était tourné vers le sien et, enfin, une lueur d’intérêt véritable avait percé dans son regard.
Ainsi, c’était la danse qui animait le cœur et l’esprit de Ludwig. Etait-ce la danse également qui l’avait mené à Paris ?

« A vrai dire, je ne l’aime pas assez. Ou plutôt, disons que je l’aime mais sans aucune fidélité. »

A combien de ballets avait-elle assisté en réalité ? Il pouvait se compter sur les doigts de la main. Et pour ce qui était de danser elle-même… Elle avait bien pris quelques cours, comme toute demoiselle de bonne famille, à Londres, mais ne s’en souvenait guère.

« Mais de quelle danse parlez-vous ? Ne faites-vous que l’admirer ou la pratiquez vous également ? »

S’il dansait, Ludwig était à coup sûr un bon danseur. Son physique le disait, le criait même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jane McCillian
Âme de Lillian Russell
avatar

Messages : 108

MessageSujet: Re: Par-delà les coulisses...   Sam 6 Oct - 4:46

Jane et Elke eurent une soirée mémorable sur les quais de la Seine. Ils s'oublièrent quelques instants, les yeux émerveillés par des spectacles de rues. Leurs bavardages se firent plus enthousiastes au fil de la soirée et le jeune homme finit par déposer bien sagement la jeune actrice chez elle, à l'aube, après qu'ils se soient arrachés l'un à l'autre la promesse de se revoir! Une amitié qui commence donc...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Par-delà les coulisses...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Par-delà les coulisses...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chronique du règne de Félix Faure :: Paris, ses faubourgs... :: Autour des Funambules :: Les Funambules-